Pegasy® vs PegIntron® : match nul chez les coinfectés

Publié par Costa 453 lectures
Notez l'article : 
0
 
A +
A -
 
Alors que le traitement standard de l'hépatite C chronique consiste actuellement en une bithérapie associant interféron pégylé et ribavirine, à raison de 24 semaines pour les génotypes 2 et 3 du VHC et de 48 semaines pour les génotypes 1 et 4 ou en cas de coinfection par le VIH, une étude publiée en janvier par Hepatology conclut à l'absence de différence significative entre interféron alpha-2a et interféron alpha-2b chez les personnes coinfectées.
niveau.jpg

Réalisée par une équipe espagnole auprès de 182 personnes coinfectées par le VIH et le VHC qui n'avaient jamais été traitées auparavant, l'étude visait à comparer l'efficacité et la sûreté de 2 formes d'interféron pégylé : l'alpha-2a (Pegasys® de Roche) et l'alpha-2b (PegIntron® de Schering-Plough). De sexe masculin pour la plupart, les personnes participant à l'essai étaient à 63% touchées par le génotype 1 ou 4 du VHC, avec une fibrose de stade 3 ou plus pour près d'un tiers d'entre elles. La comparaison portait à la fois sur la réponse virologique soutenue (RVS) ou sur l'indétectabilité de l'ARN du VHC pendant 24 semaines à l'issue du traitement.

Les résultats montrent un taux moyen de RVS de 44%, sans différence significative entre le Pegasys® et le PegIntron®, mais avec des variations importantes en fonction du génotype : 32% pour le premier et 28% pour le second en cas de génotype 1 ou 4, contre respectivement 71% et 62% chez les porteurs du génotype 2 ou 3. La réponse virologique précoce à 12 semaines de traitement était, pour sa part, de 80% pour les personnes traitées par Pegasys® et de 70% pour celles traitées par le PegIntron®. Enfin, 96% des participants ont été victimes d'effets secondaires qui ont entraîné l'arrêt de traitement dans 10% des cas (13% sous Pegasys® contre 8% sous PegIntron®).

Des résultats qui amènent les investigateurs à conclure que deux types d'interféron pégylé "ne présentent pas de différences significative, que ce soit en matière d'efficacité ou de sûreté" chez les personnes coinfectées par le VIH et le VHC.


Source : http://www.hivandhepatitis.com/hiv_hcv_co_inf/2009/012309_a.html

Illustration : Topfer