"Révélation", la campagne de AIDES attaquée à Laval

Interview Publié par jfl-seronet 338 lectures
Notez l'article : 
0
 
A -
A +

Après la campagne de prévention de Santé Publique France qui montrait des couples gay, "Révélation", la campagne de AIDES sur le Tasp, a suscité des réactions, des attaques et même des dégradations. A Laval, les locaux de l’association ont été tagués. Responsable régional de AIDES Pays de la Loire, Gaël Gourmelen revient sur ce qui s’est passé et les plaintes qui ont été déposées. Interview

Un article de "Ouest-France", le 26 décembre dernier, indique que des dégradations ont été commises sur des locaux de AIDES à Laval dont les vitrines présentaient la dernière campagne de prévention "Révélation" sur le Tasp lancée à l’occasion du 1er décembre. Que s’est-il passé ?

Gaël Gourmelen : Dans un premier temps, la vitrine a été taguée à la bombe rose, puis, deux jour plus tard, peinte au gros pinceau : du blanc et du bleu cette fois ! (voir photo). En parallèle, cette même semaine, une voisine du local avait appelé notre lieu de mobilisation s'offusquant de ces affiches qui, selon elle, choquaient un de ses enfants âgé de 9 ans. Celle-ci s’est d’ailleurs déplacée le lendemain de son appel au local afin de mieux faire comprendre son point de vue et son souhait de voir les affiches retirées.

A la suite de ces dégradations, AIDES a-t-elle déposé plainte ?

Nous avons déposé une main courante auprès du commissariat de police de Laval. Durant cette même semaine, une plainte a été déposée contre nous, contre notre campagne. Un collectif se serait créer pour agir de différentes manières contre notre campagne... y compris en interpellant la municipalité. Le procureur a décidé d'ouvrir une enquête. Il pourrait nous demander d'enlever les affiches de notre vitrine. Les administrateurs et la direction de AIDES ont déjà indiqué qu’ils refuseraient. Affaire à suivre.

Comment réagissent les militants de AIDES et comment expliquez-vous ces attaques ?

C'est le retour actuel du puritanisme. Un conservatisme, un puritanisme qui sont portés par des personnalités qui semblent avoir le vent en poupe, comme on a pu en juger avec les primaires les Républicains. Durant cette période, on a bien vu le positionnement de l’entourage de François Fillon qui a été très critique concernant la campagne de prévention de Santé publique France. La députée Isabelle Le Callenec (LR, Ille-et-Vilaine), porte-parole de François Fillon durant la primaire, a dénoncé une campagne de prévention "très suggestive", allant jusqu’à sous-entendre que cette campagne pouvait inciter à l’homosexualité et qu’elle lancerait "un message électoral en direction d’une communauté". De son côté, Alain Juppé avait soutenu cette campagne, mais pas tout son entourage. Juste à côté de Laval, il y a Angers où les affiches de la campagne de Santé publique France ont été enlevées à la demande du sénateur-maire les Républicains Christophe Béchu, un proche d’Alain Juppé. Et ne parlons pas de la Vendée… Les militants de AIDES vont bien, cela donne du sens à leur engagement.

Pays :