"Révélation" : la campagne de AIDES sur le Tasp !

Initiative Publié par Sophie-seronet 2149 lectures
Notez l'article : 
0
 
A -
A +

A la veille de la Journée mondiale de lutte contre le sida, AIDES lance une nouvelle campagne réalisée par TBWA\Paris, baptisée "Révélation", une campagne qui va bousculer les représentations sur le VIH.

C’est une information largement validée scientifiquement, mais qui peine encore à se frayer un chemin jusqu’au grand public : une personne séropositive sous traitement ne transmet plus le virus, rappelle AIDES en lançant sa nouvelle campagne. Les médicaments antirétroviraux sont aujourd’hui si efficaces qu’ils rendent le virus indétectable dans le sang et les liquides sexuels des personnes vivant avec le VIH. Les personnes séropositives ne transmettent alors plus le VIH, même en cas de relation non protégée par préservatif. "Une telle information bouscule en profondeur les représentations sur les personnes vivant avec le VIH", estime AIDES.

Une bouffée d’oxygène pour les personnes séropositives

"Il est de notre responsabilité de faire connaître cette information au plus grand nombre", explique Aurélien Beaucamp, président de AIDES. "Car ce qui pèse aujourd’hui le plus sur la qualité de vie des personnes séropositives, ce n’est pas le virus. Ce sont les discriminations quotidiennes qu’elles subissent". Un décalage considérable subsiste, en effet, entre progrès thérapeutiques et perception sociale du VIH, rappelle l’association. En France : 86 % des personnes séropositives dépistées et traitées ont une charge virale indétectable. Elles sont donc en bonne santé et ne transmettent pas. Et pourtant, les réactions de rejet dans la sphère affective et sexuelle restent particulièrement importantes. Selon la dernière enquête de AIDES "VIH, hépatites et vous" réalisée en mars 2016, 49,1 % des cas de discriminations déclarés ont lieu dans le contexte sexuel. Ces discriminations qui touchent à l’intime sont ressenties de façon extrêmement violente par les personnes séropositives. "Par peur du rejet, de nombreuses personnes s’empêchent d’avoir des relations affectives ou sexuelles, n’osent plus parler de leur pathologie, évitent de prendre leur traitement en public. Autant de situations qui les enferment dans une forme d’auto-exclusion, ce qui est particulièrement dommageable pour leur qualité de vie et leur capacité à prendre soin de leur santé", avance Aurélien Beaucamp.

Une campagne résolument optimiste

La campagne de AIDES imaginée par l’agence TBWA\Paris se décline en quatre visuels en noir et blanc photographiés par Mathieu César. Cette campagne adresse au grand public ce message simple : "Les séropositifs sous traitement ont beaucoup de choses à nous transmettre. Mais pas le virus du sida." Un message fort et une façon de marquer les esprits en faisant passer le message avec douceur et sérénité. Chaque visuel présente un couple faisant l’amour lors d’une activité sportive ou artistique : parachutisme, plongée sous-marine, danse et piano. L’un ou l’une des deux vit avec le VIH, se soigne… et transmet son savoir, son talent à son ou sa partenaire. Par cette campagne, AIDES entend donner "à voir une autre image des personnes séropositives : celle de gens doués, amoureux, qui entendent rappeler au monde qu’ils ne se résument pas à leur séropositivité".

Pays : 

Commentaires

Portrait de JLB06

mais pour la baises en plongé non .....jai testé ....à moins d,avoir une trompe d,éléphant !!!!Tongue Out

Portrait de amalfi

Mon infectio m en a parle depuis longtemps, mais il me disait qu il ne pouvait pas divulguer cette info.

Mais, maintenant, est ce que ca va etre percu correctement.

Je penses que ca va etre difficile.

Portrait de la-vie-en-rose

Je trouve le message : "Les séropositifs sous traitement ont beaucoup de choses à nous transmettre. Mais pas le virus du sida." pas du tout explicite.

Il manque de clarté : est-ce qu'une personne QUI N'EST PAS DÉJÀ INFORMÉE (c'est là l'enjeu) va comprendre en lisant cette phrase qu'un(e) séropositif(ive) sous traitement n'est pas contaminant(e) ? Je n'en suis pas sûr.

Autre interrogation : on comprend bien qu'une personne séropo peut transmettre des choses via sa profession, mais pourquoi font-elles l'amour (ou s'apprêtent à) dans le cadre de leur travail ? Je trouve que ça crée une confusion pas du tout souhaitable. 

Dernière remarque : les photos sont très esthétiques mais elles manquent cruellement d'humanité. Sur aucune des trois photos la personne supposée séropo ne REGARDE son(sa) partenaire. Ce détail ne renforce pas le message. 



Portrait de bubulle

Je m'inscris au parachutisme dés maintenant.

Portrait de detlevera

ces jeunes gens sont belles et beaux mais les images présentées sont elles représentatives... de quoi d'ailleurs ?

Est ce que  tout le monde est sensé s'identifier à cela ?? Est ce qu'un plus grand nombre va être sensible au message ? Ou aux images ??

Portrait de unepersonne

 il faudrait des campagnes de pubs contre le VIH  soient renouvellées  en longueur d'année ( une fois tous les deux mois par exemple ) afin que le message envoyé entre bien dans le crane des gens les moins informés

 

Portrait de JLB06

l,humour passé la campagne de AIDES et chic et choc ....La critique oui mais on peut pas faire que sa ! faut avancé ....

Portrait de Butterfly

Je le veux ce David Mdr !! 

vOILOU 

Portrait de Spooky

ENFIN depuis le temps qu'on le savait, mieux vaut tard que...

Portrait de hellow

...mais, si la volonté de Aides était réellement d "informer", pourquoi ne pas simplement diffuser des visuels présentant des séropositives enceintes et ayant des enfants

   afin de "révéler" que :

                                                          les séropositifs sous traitement n'ont que la Vie à transmettre.!?

                                                          _

Portrait de anilenz

je trouve trouve la campagne tv belge sur le sujet beaucoup plus explicite. ou on parle d'amour et de fonder une famille avec un séropo