In bed with Madonna

Portrait de cierva54

Salut,Je suis en couple depuis quelques années et nous sommes toujours aussi bien ensemble, mais comme tout couple, on a un petit soucis. Nous sommes séropo tout les deux, moi je le vis très bien et lui apparament aussi (mais chut), du coup sexuellement mon compagnon a une chute incroyable de libido, par contre moi pas du tout. De ce fais, il m'est arrivé d'aller 2 ou 3 fois à côté, ce qui me fais totalement chier car je suis très bien avec et je l'aime comme au premier jour. J'aimerais tant retrouvé cette passion au lit avec mon homme, alors comment faire?

Portrait de Sebastyen

Je comprends ce que tu peux ressentir cierva54.Je suis passé par là aussi et je suis encore en plein dedans.lol.Je ne sais pas si ça vient des médicaments ou bien d'un état général mais c'est très handicapant,je te l'accorde.J'ai peur que mon ami croie que je n'ai aucun désir ou que je ne l'aime plus.Je suis obsédé par tout ça,j'ai peur et du coup ma libido en prend un coup là encore.Mon médecin hospitalier m'a dit de prendre rendez-vous avec un endocrinologue afin de voir où se situe le souci.Donc à très vite pour les résultats  :-)

Sebastyen

Portrait de cierva54

Merci pour ta réponse, je m'aperçois que je ne suis pas tout seul dans cette position. J'espère que pour toi cela ira mieux et si tu le veux bien, tiens moi au courant pour la suite, merci encore. Cierva54
Portrait de AKHENATON

De tout coeur avec toi!

Quant on parle de sexualité,ca n'a pas à être un grand tabou!

Moi je suis hétéro (ce qui veut rien dire quand on aime ,on aime),

Tu peux continuer par lui donner de l'amour,car la sexualité doit rester un acte du coeur,des gestes sensibles,de l'attention,et qui sait un jour le miracle peut être!

je te trouve correct de ne pas le fuir pour cela!

Il a besoin de toi

 

 

 

 

 

Pharaon d'egypte Akhenaton 1er

Portrait de cierva54

merci, j'ai bien compris ton message et tu as tout à fait raison, quand l'acte sexuel vient du coeur et pas d'ailleurs... Et comme je disais l'amour c'est pas cela qui manque car je l'aime à mourir pour lui.Par contre je ne suis pas d'accord quand tu dis "je te trouve correct de ne pas fuir pour cela! il a besoin de toi", car je ne fuis pas, je reste à ces côté comme il reste aux miens. on a besoin l'un de l'autre, mais pas seulement pour la maladie, mais parce qu'on s'aime tout simplement. maintenant je suis heureux de te connaitre car tu m'as fait comprendre certaines choses que je ne vois pas forcément. Alors à bientôt pour ton avis car cela m'intéresse d'avoir d'autres points de vue que le mien. Je me permet de te faire un bisous en tout honneur bien sûr. Cierva54
Portrait de gayseropo

Salut cierva54 et Sebastyen ,

 

Je suis gay et séropo, je prends un traitement pour le VIH depuis 6 mois.

Je comprends bien que l'on n'ait pas envie d'aller "voir ailleurs" pour des rencontres quand on aime la personne avec qui l'on vit mais... nous avons touTEs notre propre libido... et le sexe dans une relation cela compte ; en tout cas pour moi.

 

Alors, quand son partenaire n'a plus ou peu de libido...

Je vécu avec un ex, lui séropo moi séronég, et d'emblée il m'a dit que je pouvais des rencontres sex avec d'autres mecs si, por cet aspect, il ne m'apportait pas toujours ce dont j'avais envie (besoin?).

 

Maintenant que je suis séropo, et seul, je peux vous dire que c'est dur de vivre ce qui n'est pas une simple "panne" mais une diminution, voire une perte de sa libido, ... à commencer par l'absence d'érection satisfaisante.  C'est franchement pas le top pour le mec que tu rencontres pour un plan, et je ne parle même pas de se projetter dans une nouvelle relation amoureuse sans sexe !

Et pour moi, je le vis comme échec... Echec d'avoir insister (en vain) pour commencer un traitement parce que la seule pensée de ma charge virale me perturbait énormément quand je voulais actif, même avec kpote. Arrivé à 300 T4, le traitement a été prescrit et depuis, la libido a rapidement disparu. Aaaaaargh ! J'ai demandé à mon médecin VIH, à mon médecin traitant, s'il y avait un lien avec les médicaments, on a fait un dosage de testotérone, rien. Et moi qui voulait un traitement pour pouvoir "baiser" plus serein...

Bien sûr le T4 ont remontée, la charge virale est devenue indétectable (youpi), mais côté sex... plus de libido, presque plus d'érection (et pas que pour une rencontre, même chose pour mes petits "plaisirs solitaires").

 

C'est tellement pas évident à vivre pour moi que je ne vois du coup pas l'intérêt de continuer à prendre mon traitement.

Le prendre pour continuer à vivre avec le VIH, ok, mais sans pouvoir rencontrer un nouveau compagnon qui lui attend aussi des relations sexuelles avec celui qu'il aime, non.

 

Si vivre avec son traitement se résume à continuer à vivre seul, sans sex, pour peut-être rencontrer un compagnon avec lequel tu ne baises pas, franchement... j'étais mieux sans traitement, je me sentais plus vivant.

 

Bises,

J-C 

Portrait de gayseropo

PS : si des mecs ont vécu ou vivent ma situation par rapport à leur libido, leurs érections, je suis preneur de toute info ou expérience de vie !

Kiss à tous,

J-C 

Portrait de cierva54

Salut gayséropo,

 

Je commence par te dire que tu m'as touché par ton témoignage, je comprends tout à fait ce que tu peux ressentir. Mais sache que malgrés tout ces désagréments, il y a des moments ou malgrès tout, on arrive à composer avec (peut être pas légal...) et je t'assure qu'il vaut mieux continuer son traitement pour survivre et avoir effectivement perdu quelque chose d'important que de perdre la vie.

Je n'ai pas de conseil à te donner, mais je peux seulement te dire de réfléchir avant tout acte et sache que si besoin je suis à ton écoute, peut être pourrais-je te donner 2 ou 3 trucs pour améliorer ton quotidien.

Sur ce, je me permets de te faire un bisous.

A bientôt.

 

Cierva54 

Portrait de gaynard

salut à tous, sero + depuis 1987 ,moi aussi à ce jour j'ai un gros probleme de libido, actuelement je fait des injection de testo, pour l'instant cela ne m'apporte rien mais je n'en suis qu'a la seconde , j'aimerais bien savoir si cela fonctionne reélement quelqu'un à t'ils eu des effets positif,car j'ai besoin de reconstruire ma vie affective et sans libido il est difficile d'y arriver, je me pose beaucoup de questions sur mon avenir que je ne vois pas tres rose ,que faire ?

merci de m'avoir lus à +

Portrait de Sebastyen

Bonjour Gayséropo et bienvenue sur Séronet... Je crois que la perte de libido fait partie des effets indésisables que beaucoup d'entre nous ont eu lors des début d'une prise de traitement.A mon avis,il faut attendre que le corps s'habitue peu à peu au traitement.Peuvent entrer en ligne de compte et/ou en plus,un état de fatigue passager,état moral bas,la chaleur depuis peu etc...Il y a pleins de paramètres possibles. Je ne pense pas que le fait d'arrêter la prise de traitement soit une bonne solution surtout qu'il n'y a aucune preuve que c'est lui qui fasse diminuer la libido. En tout cas,je compathie.Je sais ce que c'est et c'est vrai que ce n'est pas génial dans un couple et encore moins évident à expliquer et le faire comprendre à notre/nos partenaire(s).Il ne faut pas pour autant se bouffer la vie avec ça.Adopte comme moi la positive attitude sexuelle et tu verras,on se surprend à de nouveaux plaisirs. Sebastyen
Portrait de Centvin

Bonjour à tous et bon séjour durable sur ce site, je voulais faire part de mon expérience de vie par rapport au thème : "Comment vivre sa sexualité avec le VIH ?". J'ai eu une première expérience de vie en la matière c'était dans mon premier couple. J'ai vécu quatorze ans avec mon ami de 1977 à 1991.Nous étions un couple ouvert et on avait chacun nos amis mais on se protégeait.Néanmoins on se faisait dépister en CDAG régulièrement et en 1988 à l'occasion d'un résultat mon ami s'est retrouvé positif et moi séronégatif.Donc ce que j'ai eu à vivre comme expérience c'est vivre en tant que séronégatif avec un séropositif.On a été un an sans faire l'amour car lui ne voulait car même avec des capotes il avait peur de m'infecter.Cette année passée de 1989 à 1991( année de son décès) nous avons eu une vie sexuelle avec des hauts et des bas,mais plutôt des hauts dans l'ensemble car on avait toujours l'impression que c'était un des dernières fois ou on faisait l'amour ensemble.A la fin la seule chose qui nous a empêché de faire l'amour c'était son état de santé et les dernières constantes hospitalisations.A sa demande on a même fait l'amour dans la chambre d'hôpital car il en avait marre de ne plus rien faire.Donc sur la fin abstinence obligée par la force des choses.Je dirais que pendant les six derniers mois je n'avais plus envie de baiser étant plus préoccupé par l'évolution de son état de santé et sa survie. Deuxième période d'expérience de vie dont je voulais vous faire part,c'est mon expérience de séropositif.J'ai découvert ma séropositivité huit ans après le décès de mon ex en 1999. Je suis de nouveau en couple gay depuis mai 2000,et mon compagnon est séronégatif,et tient à le rester...Nous avons eu deux ans ou tout se passait bien sexuellement on se protégeait pour les rapports de pénétrations et on s'autorisait des fellations sans capote d'un commun accord car l'un et l'autre on aime pas les fellations avec capote. Les fellations sans capote ne se sont pas faites toutes seules je ne voulais pas au début mais lui insistant j'ai cédé mais je voulais aussi comme lui les faire sans. A la 3iéme année sous les conseils d'un médecin il n'a plus été question de pratiquer de fellations progressivement,puis sur les cinq dernières années nos rapports sexuels se sont espacés,pour en arriver a plus aucun rapport.Notre couple est un couple ou tout repose sur l'affectif.Depuis six ans on a chacun nos amants. Il y a deux ans j'étais tellement malheureux que j'ai failli rompre avec lui,mais la perspective d'être seul en tant que séropo à nouveau m'a tellement fait flipper,que l'on a reconstruit notre couple sans sexualité.J'ai toujours envie de lui,et il a toujours envie de moi,mais je ne supporte pas qu'il est peur de me sucer et donc ma libido tombe si j'essaye de faire l'amour avec lui.Je n'arrive plus à l'orgasme avec lui,et lui s'en étant rendu compte n'a plus envie de faire l'amour à un partenaire qu'il ne fait plus jouir. Je vous livrerais un deuxième témoignage sur ma sexualité en tant que séropo avec les autres gays. Bises à tout le monde, Centvin.
Portrait de gaynard

salut à tous, et je suis tout a fait d'accord avec cette réflexion: (C'est tellement pas évident à vivre pour moi que je ne vois du coup pas l'intérêt de continuer à prendre mon traitement. Le prendre pour continuer à vivre avec le VIH, ok, mais sans pouvoir rencontrer un nouveau compagnon qui lui attend aussi des relations sexuelles avec celui qu'il aime, non. Si vivre avec son traitement se résume à continuer à vivre seul, sans sex, pour peut-être rencontrer un compagnon avec lequel tu ne baises pas, franchement... j'étais mieux sans traitement, je me sentais plus vivant. ) moi je n'ai plus de libido depuis deux ou trois ans pour l'instant même si je fait comme si ,je me sent mal dans ma peau de ne pas pouvoir faire ou même envisager de rencontre , pourtant ,j'ai envie d'aimer mais comment faire j'envisage aussi d'arrêter mon traitement je fait de injection de testostérone mais qui pour l'instant ne me font aucun effet mais je n'en suis qu'au début,je ne sait pas si il y a une réelle solution à ce problème ,mais je sais que je ne laisserais pas cette situation me bouffer la vie . maintenant en ce qui me concerne, est ce que la solution ne serais pas de trouver un mec dans la même situation pour partager au moins de l'amour et de l'affection , ça reste à méditer si la médecine ne peut rien faire pour nous ,s'adapter est peut être la solution ???
Portrait de ptitmatou75

J'ai une question pour toi Centvin. Tu dis que tu n'arrives plus à l'orgasme avec lui" et que "ton ami n'a plus envie de faire l'amour à un partenaire qu'il ne fait plus jouir". Pourquoi ne pas lui proposer d'autres méthodes pour te faire jouir ? Vos phantasmes ont sûrement évolué avec le temps. Peut-être ne sait-il plus comment faire, alors que toi tu sais ?
Portrait de Centvin

Bonsoir, merci pour ta réponse.Je te remercie pour la sagacité de ta remarque.J'avoue que j'y ai moi-même penser à suggérer d'autres méthodes pour me faire jouir.Malheureusement notre rituel sexuel était très classique et passait au niveau des préliminaires par les fellations et donc les autres pratiques du moins pour mon compagnon sont moins évidentes. Pour mon partenaire me sodomiser et me faire jouir dans cette pratique est pour lui en tant qu'actif très excitant.Les autres pratiques ne l'intéressent que peu. De plus on est tombé dans le travers ce que tu ne faits pas avec moi,tu le feras avec les autres.Je retiens malgré tout ta proposition. Cordialement, Centvin.
Portrait de eros21

je viens de te lire ....et moi qui est appris que j etais infecté depuis 8 mois (et sans traitement ....) a l heure actuel j ai peur ....tres peur de ce que j entend et ce que je lis ...comme tu le dis si bien vivre avec des t4 haut ...mais sans libido et sans erction....et sans amour ....desolé j ai tres peur de ca ...peur de tout cet avenir qui m attend et surtout le vivre caché de bocoup de mondes et de la familles .......j esp qu avec un peu de piment et de jeu ont peut aider a une situation meilleur (du moin j essaye d y croire et de me persuader....) sinon.................. allez je te laisse un peu ..je souhaite vraiment que tout s ameliore pour toi et que tu retrouve une libido correct ......je pense tres fort a toi crois moi biz a bientot
Portrait de cierva54

Salut eros21, Je comprends que tout cela peut te faire peur, surtout qu'il n'y a pas longtemps que tu connais ton statut sérologique, mais rassure toi, toutes personnes est différentes. Je pense qu'il ne faut pas que tu te projètes dans l'avenir en lisant des expèriences de personnes touché de puis quelques années, car maintenant la recherche à quand même un peu avancé et les traitement moins lourds et tu n'auras pas forcéments les conséquences que nous avons connus ou que nous connaissons. Pour ce qui concerne ton entourage, je pense que c'est à toi de voir, peut être que dans ton cas, il est préférable de te concentrer sur toi et sur ta santé avant, car le moral c'est la santé... Sur ce, je te souhaites bonne continuation et surtout fait attention à toi, en espèrant que je t'ai un peu aidé pour te rassurer. Bisous Cierva54
Portrait de Sebastyen

Pour ma part,je pense que Séronet est un exellent outil d'information et de rapprochement des personnes.Mais n'y a t-il pas un danger majeur,et qui,en mon sens,n'est pas à prendre à la légère:les commentaires que peuvent laisser certaines personnes. Je comprends parfaitement qu'Eros21 soit terrifié en lisant certains commentaires.Il vient à peine d'apprendre sa contamination et lis de tels témoignages.Si avec ça il a encore le moral et surtout,de l'espoir,chapeau!Personnellement,moi j'aurai baissé les bras dès le départ et peut-être même pire.Chaque personne réagit différament aux traitements donc il est possible que lui n'ait pas du tout ces soucis de libido,voire complètement l'inverse.En tout cas,c'est tout le bonheur que je lui souhaite... Sebastyen
Portrait de gaynard

cher Sebastyen, tout d'abord à tu participer à cette conversation pour user d'un jugement aussi extrême ? de plus il me semble que eros21 est entrée dans un dial, et puis il n'était pas question de le terrifier, je pense qu'il sait que chaque individu réagis à sa façon aux traitement , et la conversation ne portais pas uniquement sur les effet secondaire des traitements ,mais aussi sur un vécu perso et actuel d'une pathologie, les personne concerné par ce dial ont conscience d'avoir pus heurter la sensibilité de eros21,et ne le laisserons pas avec une vue négative nous somme des gens raisonnable et assez intelligent pour remettre les choses en place avec eros21 avant de juger, voir tous les intervenant pour avoir une opignon plus objective et éviter des commentaire sortie de son contexte @ + pour un dial Sebastyen si tu le désire
Portrait de cierva54

Sebastyen, Ou voit tu du terrorisme? Ayant participer à cette conversation, je peux t'assurer qu'il est rentré sur le chat et voilà. Après il a posé des questions sur mon vécu, je ne vais quand même pas lui dire "tu verras, c'est cool de vivre avec"... Je pensais que ce site était pour parler franchement, maintenant je pense que tu n'y était pas donc tu n'as pas droit de juger quoique ce soit sans connaitre le contenu et l'aboutissant car je te signale que cette conversation c'est très bien passé et il était même soulagé d'avoir des réponses à ces questions. Donc maintenant si toi ça te choque, il faut voir avec toi même et non les autres qui n'y sont pour rien. Sur ce, j'espère avoir une conversation plus constructive avec toi, à bientôt sebastyen. Cierva54
Portrait de BM-k

Bonjour, Personellement je trouve très touchant la façon dont ces garçons se sont exprimés en toute simplicité et sans fausse pudeur et je n'y vois rien de "terroriste" !! Et s'il était vraiment besoin de "rassurer" les plus jeunes dans la positivité, comme certains l'ont écrit déjà : "ça n'arrive pas tout le temps, à tout le monde" ; et perso je n'ai pas vraiment de gros problèmes, ni de mécaniques (sauf périodes troublées par ailleurs), ni relationnels (des annecdotes avec des gens pas très malins, mais rien de traumatisant !). Quant aux problèmes purement mécaniques : le sexe ça marche beaucoup avec la tête et plus on se convaint qu'on ne va pas y arriver : moins on y arrive ! J'ai pu connaitre quelques périodes de doute ; sur les conseils d'un ami, j'ai essayé les fameuse pillules jaunes : ça rassure, ça permet de retrouver ses marques et de se caler à soi-même... enfin ce n'est que MON expèrience, qui ne vaut que ce qu'elle vaut... BM-k
Portrait de cierva54

Merci BM-k, je suis ok car c'est la vérité, je pense que plus que tu pense que tu ne peux pas, moins ça marche, mais personnellement je ^pense vraiment que c'est psychologique car en fait au début je pensais que c'était le traitement et en fait je m'aperçois que cela ne vient pas de moi et que ça marche bien. Donc je suis d'accord que certains traitement nuise (pour l'avoir vécu), mais je pense aussi que c'est surtout ce que l'on pense de soi même car malheureusement n'oublions pas que cette pathologie est mesquine et qu'elle sait jouer avec notre cerveau. Mais comme tu le dis très bien et je suis tout à fait d'accord avec toi, c'est mon expérience et chacun doit vivre la sienne et se protèger si besoin... Merci encore pour ton témoignage, il en faudrait plus. Sur ce, je me permet de te faire un bisous et à bientôt. Cierva54
Portrait de Sebastyen

J'aimerai répondre à tous ceux qui ont vivement réagis dans un commentaire que j'ai écris plus haut. En aucun cas je porte de jugement sur qui que ce soit.Je ne pense pas être la personne la mieux placée pour ça.Je n'étais pas dans la conversation non plus,c'est vrai.J'ai donc un avis extérieur face aux tenants et aux aboutissants (que je n'ai pas).Et il est là le souci.C'est que,tout le monde n'a pas participé à la conversation et je pense que beaucoup réagiraient comme j'ai pu le faire.Je voulais seulement montrer que des propos "virtuels" peuvent être dangereux du fait que chacun les interprêtera à sa façon et suivant son état moral du moment.C'est le problème du virtuel.Il n'y a aucune attaque contre quiquonque et comme j'ai pu le dire dans le message,c'est très bien qu'il existe des lieux comme celui-ci où l'on peut s'exprimer sans crainte,livrer son expérience personnel. Je voudrai m'excuser envers les personnes que j'ai froissé,le but n'était pas là. Sebastyen
Portrait de cierva54

Salut sebastian, tout d'abord sache que je ne suis pas froisé, tout le monde à droit de s'exprimer... Je voudrais juste te signaler qu'une conversation sur le chat ou tu n'étais pas présent ne regarde personne (et cela devient privé, alors pourquoi tu veux que tout le monde le sache?). Sinon, pas de soucis on peut parler de tout, je suis ouvert et rien à cacher. A bientôt. Cierva54
Portrait de BESA

Bonjour à tous! Juste un mot à vous dire: Mon médecin VIH m'a dit qu'il existent des molécules plus "toxiques" que d'autres même sur le plan sexuel. Cette "toxicité" s'ajouterait aux problèmes psychologiques crées par l'annonce de la séropositivité et la fragilité que cela comporte dans la sexualité (culpabilité, perte d'estime en soit, dégradations physiques, changement des pratiques sexuels et des partenaires). Il est vrai qu'avec Sustiva et Kivexa je n'ai pas des troubles sexuels... Consultez vos spécialistes et n'hésitez pas à demander un deuxième voir un troisième avis.
Portrait de cierva54

Merci Besa pour ces renseignement, intéressant, à voir car je suppose que tout dépends de la personne, mais je le prends pour moi si tu permets et je vais étudier cette piste. Alors encore merci.... Cierva54
Portrait de titou63

cela fera bientot un an que je vie avec mon copain et cela fait un an et demis que je suis malade mon copain est seropo depuis 9 ans et je pe dire que meme si j ai du mal a accepté ma seropo je pe dire qu il m aide detout son coeur a vivre combat et ce mal de vivre parfois
Portrait de melanissa

il existe ,le viagra,le cialis et autres ,qui peuvent aider;mais surtout,si on a un tt seropo,faire controler par le doc.si l'un des produit n'est pas incompatible avec le tt,le doc verifiera ds le vidal.çà peut sauver un couple.

je crois que la fidélité peut tout,mon ami a 28 ans de moins que moi,nous sommes ensemble depuis 13 ans et jamais d'écart,cette règle permet d'etre inventif ; l'amour implique la tendresse,il est vrai qu'il n'a jamais fréquenté le milieu.Quand j'ai ete malade++,il m'a dit:je t'interdis de mourrir;notre amour est toujours plus grand et jamais un seul conflit en 13 ans;nous nous respectons,et chacun sait écouter l'autre.un couple  c'est magnifique si on le veut vraiment.

Portrait de micheltlse

Franchement, je ne crois pas que les mollécules chimiques soient seulles responsables de chute de la libido. Il y a l'évolution sur la durée de la nature du désir dans un couple stable et parfois l'émergence plus ou moins consciente de fantames nouveaux ou de la nécesité de se rassurer en trouvant la preuve que l'on peut encore plaire physiquement à un "autre". Il y a toutes les emmerdes (et le vih en est une belle, plus tout ce qui va avec) qui est de nature à dévaloriser l'image de soi-même et donc le désir que l'on inspire et donc enfin celui que le l'on ressent. La conséquence peut-être une perte de libido ou ce désir accentué de se rassurer à plaisant à un autre. Je n'ai jamais consulté un sexologue de ma vie. Il est cair que le jour où je le ferai, si je devais le faire, ce sera avec l'ami qui partage ma vie depuis 3 ans maintenant.

Bises à tout le monde.

Portrait de aKroBat

Salut,

 

J'ai eu pas mal de problème du même genre en terme de libido vacillante et j'en ai parfois encore.

En effet c'est super chiant mais peut-être surtout pour les mecs avec qui on est qui ne comprennent pas forcément que cela ne correspond pas nécessairement à au fait que l'on n'a pas de désir pour eux.

 

Les traitements ont peut-être à voir avec ça car il y a quelques années mon ami m'avait fait remarqué que cela avait commencé avec un changement de médocs.

En même temps faut pas croire que sans traitement ça puisse aller mieux de ce côté là. Quand mes T4 baissaient, je me souviens que j'étais super fatigué et du coup cela avait le même effet.

 

Une chose aussi à laquelle on ne pense pas souvent. La plupart des anti-dépresseurs troublent la libido. Est-ce que ton mec en prend? 

 

Pour le reste l'absence de libido n'empêche pas d'avoir envie de tendresse. Les périodes où cela m'arrive je vais vers les caresses et les massages qui créent une chouette intimité. Je me suis aussi souvent aperçu que c'était aussi une question de retard à l'allumage. Prend le temps d'installer une intimité et de l'érotisme.

 

En revanche le truc que je déteste le plus dans ces situations c'est quand je sens des reproches. Pour le coup je crois que cela me donne encore moins envie de sexer. 

 

 

 

Fuck me safe or go and fuck yourself

Portrait de domiparis

personnellement j'ai pris et prend tellement de medts pour mes neuropathies dues au vih et medts vih  j'ai été trés malade en 2001  et je vivais avec un sero neg qui n'avait aucune libido puis un seropo idem ! mais aucun écart et n'en ressentant pas le besoin je ne me masturbais plus du tout et en mai j'ai rencontré un homme trés désirable que j'adore avec qui on a une sexualité qui est trés évolutive j'ai l'impression de rajeunir de 20 ans je n'osais pas lui dire que j'avais envie de lui ( ds les deux roles ) à partir d'aout on a commencé lui ne bande pas assez mais jouit ^par contre je bande plus facilement mais je n'arrive pas à jouir , pour moi ce n'est pas important car j'atteins l'orgasme avec lui mais je sens bien qu'il est un peu frustré de ne pas me voir jouir mm s'il me dit le contraire , c'est surement aussi de ma faute car je le caresse , embrasse , etc partout et presque tt le tps il reconnait qu'il est tellement bien qu'il se laisse faire et s'occuppe pas assez de moi ! je ne sais pas à quel médecin demander , et celà m'embéte d'aller voir un sexologue ou devoir prendre du viagra ou autre à cause des autres medts ( qui st passaient de plus de 30  à 16 par jour !) et puis est ce que cela sera " un bon " sexologue ??? alors ???
Portrait de lea-mûre-trans-seroplus

Une ancienne compagne (que j'm toujours) m'a dit qu'un soir, dans un bar une vieille pute lui a dit "ce qui compte ce n'est pas les gens avec qui on couche c'est les gens avec qui on dort".

Il y a des gens avec qui on baise, on pourrait pas dormir avec eux, sitôt le coup tiré on a qu'une envie: qu'ils se taillent.

Il y a des gens qu'on aime mais le sexe ne suit pas, et pourtant comme on dort bien à côté d'eux! C'est un barométre à suivre

Je crois que les amours de sommeil valent bien les amours de baise. Evidemment les deux à la fois c'est l'idéal...En attendant, un amour de sommeil ça se trouve plus difficilement qu'un coup.

lèa qui aime dormir avec S+10

et qui ronfle!

Portrait de jean-rene

Tu dis, Léa, "il y a des gens qu'on aime mais le sexe ne suit pas, et pourtant comme on dort bien à côté d'eux!". Comme je suis d'accord avec ça!

Et pourtant, dire "le sexe ne suis  pas", n'est pas tout à fait exact dans mon cas: il y a alors le côté sexuel des caresses mais pas la sauvagerie du génital qui est réservée à ceux "avec qui on baise".

C'est drôle, cette barrière qui existe, dans le sexuel entre les caresses et le génital. Ca doit correspondre à une séparation quelque part dans la tête.

Portrait de jean-rene

J'ai été trop caricatural ce matin.

En effet, avec "les gens qu'on aime", il peut y avoir du génital, et, inversement, avec ceux "avec qui on baise", il peut y avoir des caresses.
D'autre part, il n'y a pas de"barrière", dans l'acte sexuel, entre les caresses et la génitalié puisqu'on y passe insensiblement de l'une à l'autre.

Mais, ce que je voulais dire, c'est que j'ai l'impression que, dans le cerveau les caresses et la génitalité proviennent de deux zones différentes. Les caresses sont dans la douceur et semblent provenir d'une zone de DEMANDE d'amour. La génitalité  est plutôt dans la violence et semble provenir d'une zone d'EXIGENCE d'amour.

Comme l'indiquait Léa, ces deux zones peuvent, dans la vie quotidienne, s'exprimer de façon exclusive avec  deux types de personnes différentes.

Mais le fait que la génitalité soit dans l'exigence et même dans la violence, explique pourquoi elle "couche" si mal avec toutes les méthodes rationnelles de réduction des risques.

Portrait de croquant

blog très intéressant, et après ttes ces années comment allez vous.

psy, médocs, tésto....qu est ce qui a le mieux marché?