Les archives communautaires

Portrait de seb rentre d hibernation

Bonjour , je dois avouer , que je suis un peu paume sur le sujet , voici donc quelques questions que je me pose depuis un moment

Merci aux personnes qui pourront m aider a i repondre

Donc pour commencer , je touche AAH depuis 7 ans , tjrs au maximum donc 666 euros et je n ai jamais rencontre personne ni pour visite medical , ni pour rien . j ai droit a l aah jusque 2012

Puis je m inscrire a l anpe , ?

Comment savoir dans quelle categorie je suis?

ai je le droit aux emplois reserves?

et enfin si je ne peux retravailler d ici la (question sante) , j ai cru comprendre que l aah c etait pour une periode max de 5 ans a renouveler une fois, donc 10 ans et apres fini?

merci a vous

sebastien

Portrait de patock

salut seb, je suis en aah depuis 1O ans, donc cela fait 3 fois que l'on me renouvelle mon aah qui va j'usqu'en 2013, cela ce renouvelle automatiquement, je recois mon dossier, que je transmet a mon docteur, qui le remplis lui meme, après il l'envois directement au departement, moi je touche par mois, 652,60 e aah + 104,77 e MVA MR, ensuite je touche l'allocation logement qui est de 235,58 e ce qui fait un total de: 992,95 e, par mois. en ce qui concerne le travail: tu as le droit de travailler 20/100 mais il y aurras une dèduction sur ton aah. ma carte d'invalidié est a 80/100. voila qui rèpond a tes questions, si tu veux dial en direct je te donnerrais mon adresse perso, quand tu me repondras, a plus kiss patrick
Portrait de PAMELOS

Bonjour mon grand

Il existe le complément de ressources -179,80 après en avoir fait la deamande auprès de MDPH qui statue et valide une ouverture de droit que la CAF doit finaliser par le vesrsement de cette allocation  CDR (complément de ressources)  soit 179,80  par mois en plus des 666€... de d'AAH = soit un total de garantis de ressources 846 €

plusieur critères sont pris en compte pour ouvrir se droit

*** être reconnu   80% et plus de taux  de handicape

***habiter un logement indépendant(

*** que la commission  estime que tu as moins de 5% de capacité de gain

*** n'avoir pas perçu de revenu relevant une activité professionnelle pendant l'année qui précède la demande et  au jour de  la demande. 

toucher à taux plein l'AAH ou en complément d'une pension d'invalidité,d'accident de travail ou  ( critère appliqué depuis peu depuis  peu) perçevoir le FSI fond sociale invalidité en complément d'une pension invalidité minime qui fai un montant égale à  l"AHH 

  comme le dit PATOCK le retour à l'emploi d'une personne handicapée   est perdanr du coté revenus   ,il faut attendre la mise en place de l'équivalent du RSA qui donnerait le doit de cumiler  revenus +AAH pendant  pendant plusieurs mois puis selon au cas par cas  tout dépendra du revenu d'ativité  

***il n'y plus de catégorie mon grand ,et pour ton renouvelement prends toi y au moins six moi à l'avance .

voilà je suis également à ta dispo pour info supp ça tu le sais

as tu reçu mes mails???

             bises PAM 

Portrait de seb rentre d hibernation

Merci pour vos reponses , j i voit plus clair deja .

c sympas de votre part

pam je n ai recu aucun mail

bisous

seb

Portrait de nathan

Voici une question qui a été posée récemment au gouvernement à propos de l'AAH :

Question orale sans débat n° 0577S de Mme Mireille Schurch (Allier - CRC-SPG)

    * publiée dans le JO Sénat du 04/06/2009 - page 1359

Mme Mireille Schurch attire l'attention de M. le ministre du travail, des relations sociales, de la famille, de la solidarité et de la ville sur la situation financière des bénéficiaires de l'allocation aux adultes handicapés reprenant une activité professionnelle.

L'allocation aux adultes handicapés (AAH) a pour objet de garantir un revenu minimum aux personnes handicapées pour qu'elles puissent faire face aux dépenses de la vie courante.

Cette allocation liée au handicap de la personne, constitue une garantie de ressources pour ces personnes.

Toutefois, la création d'une entreprise ou la reprise d'une activité salariée par une personne handicapée conduit à une diminution importante non seulement de cette allocation liée au handicap, mais aussi de celle de la majoration pour la vie autonome et celle de l'aide personnelle au logement. Ainsi, au lieu de bénéficier d'un complément de revenus permettant de gagner nettement plus que les seules prestations sociales, la reprise d'activité professionnelle pour une personne handicapée, peut conduire à une baisse de revenus. Ceci revient alors à pénaliser les personnes handicapées, contre la logique d'insertion défendue lors de l'adoption du revenu de solidarité active, et à contrecourant de ce qui était attendu du pacte pour l'emploi des personnes handicapées.

Elle souhaite savoir dans quelle mesure la législation actuelle permet d'encourager les personnes handicapées bénéficiaires de l'allocation aux adultes handicapés à exercer une activité professionnelle et si la réforme de l'AAH permet d'apporter une réponse adéquate pour les bénéficiaires de cette allocation qui souhaitent exercer durablement une activité.

Enfin, elle demande à M. le ministre si l'on ne pourrait pas envisager que l'aide liée au handicap, en raison de sa spécificité et des dépenses inhérentes au handicap, soit composée d'une part incompressible indissociable du handicap et donc indépendante des ressources de la personne.

Portrait de nathan

La parole est à Mme Mireille Schurch, auteur de la question n° 577, adressée à M. le ministre du travail, des relations sociales, de la famille, de la solidarité et de la ville.

Mme Mireille Schurch. Madame la secrétaire d'État, je vous souhaite, à mon tour, la bienvenue dans cet hémicycle.

Ma question porte sur la situation financière des bénéficiaires de l'allocation aux adultes handicapés, l'AAH, reprenant une activité professionnelle.

J'illustrerai mon propos par deux cas concrets.

J'ai reçu, dans ma permanence de Montluçon, un jeune polyhandicapé, bénéficiaire en 2008 de l'allocation aux adultes handicapés, de la majoration pour la vie autonome et de l'aide personnalisée au logement.

Après s'être beaucoup battu, soutenu par ses parents, pour accéder à une formation initiale et professionnelle, il a réussi à créer une entreprise de valorisation des espèces avicoles dans le département de l'Allier, accompagné par la communauté de communes d'Huriel et fortement encouragé par la chambre d'agriculture.

Tout allait donc bien pour ce jeune homme jusqu'à ce qu'il se trouve, en mars 2009, débiteur de près de 3 000 euros. Bien que son entreprise n'ait pas encore dégagé de revenus, il est confronté à une baisse drastique de ses trois prestations. Sa situation a tourné au cauchemar.

Il n'a pourtant pas manqué de saisir toutes les instances concernées, la Caisse d'allocations familiales, la Mutualité sociale agricole, la maison du handicap, et même le Président de la République, sans succès, hélas !

À la suite de mon intervention, la CAF a procédé à un nouvel examen et se rendant sans doute compte d'une erreur, a décidé la neutralisation de ses ressources pour un an, comme la loi le prévoit, mais seulement pour un an !

Par ailleurs, j'ai reçu une jeune femme qui a dû renoncer à un emploi à temps partiel dans le journalisme pour continuer à percevoir l'AAH. Une activité professionnelle aurait entraîné, en effet, une chute de ses revenus.

Ainsi, les personnes handicapées sont pénalisées, à l'encontre de la logique d'insertion défendue lors de l'adoption du revenu de solidarité active et à contre-courant de ce qui était attendu du Pacte pour l'emploi des personnes handicapées.

Un emploi de salarié ou d'entrepreneur offre un début de reconnaissance sociale, l'assurance à terme d'une retraite, l'épanouissement personnel et l'indépendance. Aussi, face à la volonté de ces personnes d'avoir une activité rémunératrice et source de valorisation sociale, tout doit être fait pour les accompagner et les encourager.

Le handicap est présent tout au long de la vie et induit des dépenses qu'il faut assumer. La collectivité publique a le devoir de créer pour la personne handicapée un régime lui permettant d'assumer son handicap et de trouver sa place dans la société, dans un souci d'équité entre les citoyens. L'aide aux adultes handicapés devrait alors contenir une part incompressible, liée au handicap et non aux revenus.

Il n'est pas certain que la prestation de compensation du handicap – se substituant à l'allocation compensatrice pour tierce personne et à l'allocation compensatrice pour frais professionnels – remplisse cette fonction. Les personnes handicapées sont réticentes à opter pour cette prestation. De plus, quelle considération a-t-on de la dignité de la personne lorsqu'elle doit justifier toute sa vie des frais liés à son handicap par des factures et autres paperasseries qu'exige la prestation de compensation du handicap ?

Madame la secrétaire d'État, comment le Gouvernement compte-t-il encourager les personnes handicapées à exercer une activité professionnelle tout en assumant le handicap ?

Ne pourrait-on pas envisager qu'une aide mensuelle comprenne une part incompressible liée au handicap et indépendante des ressources de la personne concernée ?

Portrait de nathan

Mme la présidente. La parole est à Mme la secrétaire d'État.

Mme Nora Berra, secrétaire d'État chargée des aînés. Madame la sénatrice, les réformes engagées par le Gouvernement ont un même objectif : faire en sorte que l'accès à l'emploi se traduise toujours, pour les bénéficiaires des minima sociaux, par une augmentation de leurs ressources, et non l'inverse, comme cela pouvait être le cas jusqu'à présent.

Éviter que les bénéficiaires de l'AAH ne subissent une perte brutale de leur allocation quand ils accèdent à l'emploi était déjà une préoccupation forte de la loi du 11 février 2005, qui a autorisé un cumul entre l'AAH et le salaire, impossible jusque-là : la personne handicapée continue ainsi à percevoir une allocation partielle tant que son salaire n'atteint pas le SMIC à temps plein.

Lors de la Conférence nationale du handicap du 10 juin 2008, le Président de la République a voulu aller encore plus loin, en faisant de l'AAH un véritable tremplin vers l'emploi pour les personnes handicapées qui peuvent travailler.

C'est pourquoi, dès 2010, le mécanisme de cumul entre AAH et salaire sera réformé pour le rendre plus lisible, plus simple et plus équitable.

Le montant de l'allocation versée sera revu chaque trimestre afin de l'ajuster plus rapidement à l'évolution de la situation du bénéficiaire.

Les différents abattements existants sur les revenus d'activité seront remplacés par un abattement unique de 80 % sur les revenus compris entre 0 et 0,4 SMIC et un abattement de 40 % au-delà. Le dispositif tient ainsi compte du fait que les personnes handicapées, plus fatigables, travaillent souvent à temps partiel, voire très partiel.

Le cumul entre AAH et salaire sera désormais possible jusqu'à 1,3 SMIC, au lieu de 1 SMIC aujourd'hui. Ce point de sortie est ainsi supérieur à celui du revenu de solidarité active, qui est de 1,1 SMIC, pour tenir compte des difficultés particulières d'accès à l'emploi des personnes handicapées.

Enfin, les distinctions entre allocataires fondées sur le taux d'incapacité seront supprimées.

Cette réforme de l'intéressement s'intègre, plus globalement, dans une stratégie visant à renforcer l'accès à l'emploi des bénéficiaires de l'AAH : ainsi, depuis le 1er janvier 2009, une personne handicapée peut percevoir l'AAH dès son premier jour d'inactivité, au lieu d'attendre un an, délai prévu auparavant, et elle bénéficie automatiquement d'un bilan professionnel. Nous avons augmenté de 15 millions d'euros le budget des maisons départementales des personnes handicapées pour leur permettre de réaliser ces bilans.

Enfin, le Gouvernement a lancé une mission d'experts chargée de concevoir un nouvel outil d'évaluation de la situation des personnes handicapées au regard de l'emploi, qui permettra de mieux orienter les demandeurs de l'AAH en fonction de leur projet de vie. Ses premières conclusions seront connues cet été.

Par ailleurs, vous avez raison, il fallait prendre en charge les dépenses inhérentes au handicap et pesant sur les ressources des personnes handicapées. C'est bien ce que fait la prestation de compensation du handicap, créée par la loi de 2005, prestation qui ne fait l'objet d'aucune condition de ressources.

Comme vous pouvez le constater, madame la sénatrice, le Gouvernement met toute son énergie à faciliter l'accès à l'emploi des personnes handicapées. Mais il n'oublie pas celles qui sont dans l'incapacité de travailler. C'est la raison pour laquelle le Président de la République s'est engagé à revaloriser le montant de l'AAH de 25 % d'ici à la fin du quinquennat. Au total, en 2012, l'AAH aura augmenté de 150 euros, ce qui représente, dans ces temps de crise, un effort de la solidarité nationale de 1,4 milliard d'euros.

Mme la présidente. La parole est à Mme Mireille Schurch.

Mme Mireille Schurch. Je vous remercie de ces précisions, madame la secrétaire d'État.

Certes, la prestation de compensation du handicap est accordée sans condition de ressources, mais je ne suis pas favorable à son versement en capital.

Un handicap lourd perdure toute une vie. Les personnes touchées ont donc besoin d'une aide mensuelle, indépendante de leurs revenus, versée pendant toute la durée de leur vie. Donnons-leur les moyens de percevoir plus que le SMIC en cumulant leurs revenus et une prestation liée strictement au handicap.

Par ailleurs, cette aide mensuelle ne doit pas être soumise à la fourniture de factures, ce qui est contraignant et démoralisant.

Les personnes handicapées que j'ai rencontrées souhaitent, et cela renforcerait le respect qui leur est dû, pouvoir accéder à un emploi, même partiel, dans de meilleures conditions. Or, à ce jour, elles n'ont reçu que des informations imprécises, voire erronées. Une plus grande clarté est donc nécessaire.

Portrait de thievin

Depuis le mois d'Avril 2009, j'ai repris une activité professionnelle en restauration à temps plein.Malheureusement dans la région (Charente-maritime), les places à temps partielles ne se bouscoulent pas, j'ai donc signer un contrat de 39h hebdomadaires.Au bout de 2 mois, pour raisons de santé, j'ai été mis en arrêt maladie.

Au mois de Juillet, la CAF m'a averti qu'ayant repris une activité professionnelle, je ne toucherai plus l'AAH à taux plein, soit 666 euros mais 390 euros sur lesquels on me retiendra pour trop perçu 89 euros pendant un an soit un total de 1088 euros.

Se posent alors plusieurs questions:

Etant actuellement en contrat emploi saisonnier, et en arrêt maladie sur la majorité de mon contrat, vais-je pouvoir toucher des indemnités chomage? , et si oui de quel montant?

L'AAH,n'était-elle pas insaisissable? (voir infogouv.fr),dans ce cas pourquoi la CAF me reprend-elle un trop percu?

La CAF ne prend-elle plus en compte les revenus de l'année précédente pour le calcul du montant de l'AAH? (ce qui est en complet désaccord avec ce que m'avaient les conseillés de la CAF avant de signer mon contrat!!!) 

J'en terminerai sur ceci: cela vaut-il la peine d'essayer de reprendre une activité professionnelle pour perdre nos acquis et se retrouver en définitif dans une situation encore plus délicate, voir impossible à vivre!!!!

Merci, de bien vouloir me donner vos conseils et avis sur la question. 

Portrait de aude11

Bonjour, je voudrais changer de département voit même de région, et je  touche l'aah jusqu'en 2012, je voudrais savoir si je dois repasser devant la commisson du nouveau département ou si mon dossier cours jusqu'à son terme?

Merci pour vos réponses.

Portrait de fil

Bonjour à tous

Je recherche des infos sur les cumuls possibles entre les Assedics et l'AAH?

Merci à vous.

Portrait de legrandbeautemps

Le versement de mon Allocation Adulte Handicapé est suspendu !!! HELP !!!

A vous toutes et tous, mes ami(e)s seronautes,

Pour que vous sachiez de quoi il s'agit, je vous fais part du courrier que j'ai reçu le 27 juillet 2010 de ma Caisse d'Allocations Familiales :

LE POINT SUR VOS DROITS : DETECTION D'UNE DETTE

Monsieur,

Nous avons procédé à la régularisation de votre dossier.

En effet, depuis février 2009 vous percevez à tort une allocation adulte handicapé sans avoir effectué de demande de renouvellement.

Nous avons donc étudié vos droits. Ils changent à partir du 01.02.2009.

Il apparaît après calcul que pour

L'ALLOCATION D'ADULTES HANDICAPES (AAH MR)

vous avez reçu 11 044,04 €

alors que vous n'y aviez pas droit.

VOUS NOUS DEVEZ 11 044,04 €.

Pour vous permettre de rembourser cette somme, nous retiendrons 45,00 € sur vos allocations à partir de JUILLET 2010.

Pour plus d'information, voir au dos.

Veuillez agréer, Monsieur, nos salutations distinguées.

Le Technicien conseil

VOS DROITS A PARTIR DE JUIL 2010 :

ALS : 259,45 € moins votre retenue de 45,00 €, soit 214,45 € ;

AAH MR : Supprimée.

Je ne vous raconte pas ma grande stupéfaction et mon désarroi !!!

Cependant, je reste calme et me persuade qu'il s'agit là d'une fâcheuse erreur.

Prenant mon courage à deux mains, je vais à la CAF.

Nous sommes le 02/08/2010, il est 15:33. Vous serez appelé par le numéro 334...

Je vous donne tous les détails, ça rend la scène bien plus vivante... et puis un peu d'humour, dans ce grand monde de brutes, ça ne fais pas de mal !!!

Après quelques minutes d'attente, un Technicien conseil me reçoit.

Là, je lui montre le courrier que j'ai reçu et lui fais part de ma stupéfaction.

La Technicienne me confirme que mes droits pour ce type d'allocation allaient jusqu'au 31.01.2009.

Elle reprend mon courrier et me montre le verso de ce dernier où il est stipulé mes voies de recours.

Elle me dit aussi être extrêmement surprise par cette prise de décision, finalement aussi tardive et semble également être dubitative quant à l'efficacité des contrôles fréquemment exécutés par la CAF.

Effectivement, en comptant correctement, la CAF a continué à me verser mon A.A.H. durant 17 mois !!! Du 01.02.2009 au 30.06.2010.

Elle me donne donc un formulaire de demande(s) auprès de la MDPH et m'invite à le remplir et à le retourner le plus rapidement possible.

Elle me fait aussi remplir un formulaire au guichet, pour tenter de stopper la procédure concernant la retenue des 45,00 € faite sur mon Allocation de Logement Sociale.

C'est déjà à mon sens une voie de recours ! 

Je suis rentré chez moi complètement désemparé !!! Comment vais-je faire pour continuer à survivre me suis-je demandé ??? L'A.A.H. est ma seule source de revenus !!!

Le lendemain je me suis rendu au C.C.A.S. (Centre Communal d'Action Sociale) de ma ville.

Là, ils m'ont alloué un droit à l'aide alimentaire, via les épiceries sociales.

L'aide alimentaire allouée par le C.C.A.S. via les épiceries sociales, est destinée à couvrir l'ensemble des besoins alimentaires et d'hygiène, d'une personne ou d'une famille, en rupture momentanée de revenus.

Au C.C.A.S. ce sont des Accueillants et non des Techniciens.

C'est à nouveau un peu d'humour pour que vous ne vous lassiez pas de ma longue et tragique histoire... lol

La jeune Accueillante du C.C.A.S. me demande si la Technicienne de la CAF m'a fait remplir une demande de R.S.A.

Là, je lui dis : "Non, elle ne m'a pas demandé de remplir un dossier pour bénéficier des revenus minimums et donc du R.S.A."

Elle me dit : "Puisque, selon les dires de la CAF, vous avez injustement bénéficié de l'A.A.H. durant 17 mois, je considère que vous étiez donc démuni et qu'à ce titre, vous pouvez bénéficier du R.S.A."

Je savais donc ce qu'il me restait à faire pour le jour suivant...

Je suis donc retourné à la CAF et ai demandé à bénéficier du R.S.A. 

Le dossier a été complété sur place et immédiatement validé par la CAF.

Le problème, eh oui encore un autre, c'est que mes droits commencent à partir du 01.08.2010 et que mes prestations ne me seront versées qu'en début du mois suivant !!!

Je leur ai donc demandé s'il était possible d'obtenir un acompte.

Celui-ci m'a été accordé et j'ai seulement pu obtenir  200,00 €. Le montant total de mon R.S.A. étant (sera) de 405,00 €.

D'abord, un grand merci à vous toutes et tous pour avoir eu ce grand courage : être allé jusqu'au bout de ma longue histoire. Merci beaucoup !!! 

Maintenant, est-ce que l'une ou l'un d'entre vous s'est déjà retrouvé dans cette situation ? Comment votre dossier a-t'il évolué/progressé ? Etait-ce dans le bon sens ou pas ? Avez-vous du mettre en place une procédure en vous aidant des services d'un avocat ?

Je compte sur votre solidarité et d'avance vous remercie pour tous les conseils et encouragements que vous me ferez parvenir. Je vous embrasse toutes et tous et ne manquerai pas de vous tenir informé.

LEGRANDBEAUTEMPS 

Portrait de maya

d'abord la première question c'est pourquoi ton aah a t-elle éte suspendue ?

Ya eu des changements dans ton profil santé ? ou autres ?

Quels sont les motifs invoqués par la CAF ?

 à te lire,

Portrait de alsaco

ce que je sais  c 'est que la demande de l 'aah doit être redemandée tous les 4 ou 5 ans . Cette histoire est arrivé au fils d 'une de mes amis . aah n 'est pas donnée a vie mais pour une durée determinée.

il va de soi que c 'est pareil pour le 100% auprès de la secu. le médecin doit faire une demande ou prolongation tous les 5 ans . je me suis retrouvé coincé ainsi .

bon courage

a+

kissous

Portrait de legrandbeautemps

été suspendue ?"

Il semblerait que ni la MDPH ni la CAF n'aient reçu de ma part la moindre demande de renouvellement.

J'ai donc téléphoné à la secrétaire de mon médecin hospitalier et cette dernière m'a assuré qu'un certificat médical a été établi en octobre 2008.

 Octobre 2008, ça colle parfaitement pour que je puisse à nouveau avoir des droits à partir du 01.02.2009 !!!

Maintenant, on peut très justement penser que le courrier qui renfermait cette demande de renouvellement ai très bien pu être égaré par la MDPH ou par la Poste. Qui sais ???

J'ai en revanche l'intime conviction que la MDPH n'avouera jamais avoir égaré ma demande de renouvellement.

Quant à moi, je ne fais pas systématiquement des photocopies de tous les courriers que j'adresse à droite ou à gauche... tu vois !!!

Quant à mon profil santé comme tu dis, bah malheureusement, je suis toujours séropositif et ça risque de durer encore un certain temps !!! C'est de l'humour... lol

C'est justement de ce statut (personne vivant avec le vih) que j'ai pu bénéficier d'une Allocation Adulte Handicapé.

Merci à toi d'avoir réagis si vite. Je t'embrasse. Solidairement.

LEGRANDBEAUTEMPS 

maya a écrit :

d'abord la première question c'est pourquoi ton aah a t-elle éte suspendue ?

Ya eu des changements dans ton profil santé ? ou autres ?

Quels sont les motifs invoqués par la CAF ?

 à te lire,

Portrait de maya

depuis qq temps je scanne tout ce que j'envoie mdph*/cramif/ secu plus aucune confiance n'est possible.

mais tu devrais pouvoir te sortir de cette impasse si t'as gardé les documents ?

De toutes façons ton aah est toujours justifiée ?

donc t'as rien à rembourser juste aller 

dare dare à la mdph expliquer ton pb et ramener toutes  les pièces justificatives de 2008. 

avec l'aval de ton toubib qui témoignera avoir bien rempli le truc.

rembourser...que nenni !! lol

bon ccourage tiens nous au courant des suites de cette ténébreuse affaire !!

bizz bzz

Portrait de maya

je viens de relire ( encore lu trop vite l'abeille PFF)

et tu les as pas gardées ??????

Portrait de PAMELOS

Il serait bien  que tu utilises ton droit de recours auprès de la CAF (tu as deux mois pour cela) le CAF à aussi des assistantes sociale et un service  médiation qui peuvent d'aider  avec l 'appui un courrier de la secrétaire médicale  justifiant l'envoie de ton certificat médical en date d' octobre 2008 à la MDPH  je te conseille également de faire un courrier ou un mail  au premier ministre  son secrétariat te répondra et ferra redescendre  au ministère des affaires sociales qui à son tour ferra suivre   le dossier à la préfecture  qui joindra par courrier  les service concerné n'oublie d"y joindre le la photo copie de la lettre du secrétariat médical  et de bien tout expliquer dans la mouise que tu te trouves et que tu n'es en aucun cas responsable de la situation .

M. Le Premier ministre
Hôtel de Matignon
57, rue de Varenne
 

75700 Paris 

 http://www.gouvernement.fr/premier-ministre/ecrire

 C"est les vacances mais  une réponse est garantie

 saches qu'un dossier meme pour un  renouvellement AAH doit comporter plusieurs volets  seul un certificat médical ne suffit pas ,tout dossier incomplet et non compléter dans un délai imparti peu est considéré nul et inexistant.

 je te souhaite bon courage et gades des copies à l'avenir.

 solidairement  PAM 

 PS: Voilà une Question........à rallonge

Que font les association dans des cas comme celui ci,conseiller? aider à faire aboutir le dossier? aider ponctuellement  financièrement ?  soutenir activement les démarches  du séropositif en partenariat avec d'autres services jusqu'à  un solution finale et libératrice psychologiquement.

 C'est tout pour le moment! 

Portrait de legrandbeautemps

Bonjour à toutes et à tous.

Tout d'abord un grand merci aux personnes qui m'ont adressé un post. Vous l'avez compris, votre soutien me fait du bien.

Où en sommes-nous depuis mon tout premier post du 06 août 2010 ?

Les choses avancent à petits pas... et en attendant, c'est de loin mon plus grand souhait, de pouvoir à nouveau bénéficier de l'Allocation Adulte Handicapé, j'ai pour seules ressources le R.S.A. C'est très difficile financièrement car je perds pratiquement 300,00 €, le R.S.A. étant pour une personne seule et bénéficiant d'une allocation logement, de 404,88 € !!!

Ma demande de renouvellement A.A.H. a été remise personnellement, de la main à la main, à la M.D.P.H. du Havre le 25 août 2010. J'ai, sur la recommandation des uns et des autres, gardé un duplicata chez moi.

Avec l'aide d'un Cabinet Libéral d'Interventions Sociales qui intervient à la demande de l'association AIDES, j'ai rapidement obtenu un rendez-vous avec une assistante sociale. Nous nous sommes rencontré le mardi 17 août 2010 et avons depuis des rendez-vous téléphoniques hebdomadaires. Les honoraires de celle-ci sont entièrement pris en charges par l'association AIDES.

Puisque j'ai décidé de jouer avec vous la transparence, je vous fais part du courrier que l'assistante sociale a adressé à la Commission de Remise Gracieuse de la CAF du Havre :

Monsieur X (c'est moi) était bénéficiaire d'une AAH jusqu'en février 09.

Il a déposé auprès de la MDPH une demande de renouvellement en octobre 08. Son droit AAH a continué à être versé par la CAF, il ne s'est alors pas soucié de l'absence de notification de la MDPH.

Or, en juillet dernier la CAF à la suite d'une vérification vient d'informer Monsieur X que depuis le mois de février 09 son droit AAH n'est plus d'actualité. Contactée, la MDPH dit ne pas avoir de trace de la demande de renouvellement.

Monsieur X n'a pas eu de revenu en juillet et a dû vivre en août et septembre avec la moitié du RSA : en effet, la CAF a accepté de faire une avance début août du droit à verser début septembre 2010.

Aujourd'hui, la CAF réclame une somme de plus 11 044,04 € à Monsieur X.

Dans l'hypothèse où la CAF aurait stoppé en temps le versement de l'AAH, à savoir en février 09, Monsieur aurait alors ouvert un droit au RMI, tout comme il vient de le faire, le temps qu'une nouvelle demande AAH soit étudiée par la MDPH. Monsieur aurait alors perçu la somme de 480 € soit sur une période de 18 mois (février 09 à juillet 2010) un total de 8 640 €. On peut donc estimer que l'indû de Monsieur s'élève réellement à la somme de 2 404,04 €.

L'état de santé de Monsieur ne lui permet pas dans l'immédiat de rechercher une activité professionnelle. La baisse soudaine de ses revenus, passage de l'AAH au RSA soit 130 € par mois le met en difficulté financière. En outre, l'absence de revenus en juillet et août ne lui a pas permis d'assumer le paiement de ses charges courantes.

Dans le but de ne pas davantage obérer une situation qui l'est déjà, nous sollicitons auprès de la commission de remise gracieuse, l'annulation de la totalité de l'indû dû à ce jour auprès de la CAF.

Monsieur X a déjà déposé auprès de la CAF un formulaire de demande de remise gracieuse. Nous restons à votre entière disposition si vous estimez avoir besoin de plus amples renseignements.

Dans l'attente de votre décision,

Nous vous prions d'agréer, Madame, Monsieur, nos salutations distinguées.

Je trouve ce courrier assez satisfaisant car l'assistante sociale a pris le soin de ne pas dévoiler mon statut sérologique aux personnes (membres) de cette commission de remise gracieuse. Et vous qu'en pensez-vous ? 

Merci à vous toutes et tous qui m'avez lu et merci pour vos futurs posts !!!

Merci à l'association AIDES qui règle les honoraires de l'assistante sociale !!! 

Je vous aime,

Solidairement,

LEGRANDBEAUTEMPS 

Portrait de la-truite

bonjour , j'ai un taux d'incapacité de 50 pour cent

ma santé décline et j'envisage de changer de département

seulement j'ai peur de perdre mon aah de devoir repasser devant une commission

savez vous comment cela se passe ?

Eric

Portrait de serosud

...de quel département es-tu, et ce taux de 50%, fait-il suite au Vih ?

Indiscret mais pas nécessaire pour te répondre, c'est juste que je m'étonne des différences dans le traitement de certains dossiers séropos, apparemment en fonction du lieu où on se trouve.

Si tu changes de département, peut-être faut-il faire transférer ton dossier.

Si ton état de santé se décline, il est possible de faire une demande d'aggravation.

Bises 

Portrait de la-truite

figure toi je viens de voir que c'est un forum pour les seropositifs , j'ai une autre maladie une myopathie

sinon je suis des bouches du rhone ...

Portrait de serosud

...no problème.

Bises 

Portrait de nathan

serosud a écrit :

c'est juste que je m'étonne des différences dans le traitement de certains dossiers séropos, apparemment en fonction du lieu où on se trouve.

Mais ces différences ne concernent pas seulement les dossiers des séropos mais tous les handicaps et également l'Apa et le RSA... car ces allocations dépendent du budget d'action sociale des Conseils généraux. Plus les demandes dans un département sont nombreuses, moins il y a de parts dans le gâteau et donc plus on cherche à réduire la part de chacun pour servir le plus grand nombre... D'autant plus que le gâteau se réduit conjoncturellement aussi actuellement et que les demandes liées à la dépendance s'accroissent. Il y a donc une totale inégalité territoriale entre les départements à ce niveau.

Portrait de serosud

...qui remettent en cause les devises mêmes de toute une nation, et en particulier celle concernant l'égalité.

Ce n'est pas nouveau, mais ça se précise de plus en plus ces derniers temps.

Que faire ?