AAD et réactivation du VHB : nouvelles recommandations

564 lectures
Notez l'article : 
0
 
A -
A +

Les nouveaux traitements contre le VHC, les antiviraux à action directe (AAD), sont susceptibles de réactiver le virus de l’hépatite B (VHB) chez des personnes co-infectées VHC et VHB a averti le 2 décembre dernier l’Agence européenne du médicament (EMA). Ce phénomène est déjà connu des médecins et déjà pris en compte dans les recommandations thérapeutiques. Ce risque peut être accru pour deux raisons notamment : d’une part, parce que l’action des AAD est particulièrement puissante sur le VHC et d’autre part parce que ces nouveaux médicaments n’ont aucun impact sur le VHB… comme cela pouvait être le cas avec l’interféron qui était utilisé avant et qui n’est plus recommandé sauf cas très particuliers. Le comité pour l’évaluation des risques en matière de pharmacovigilance (Prac) de l’Agence européenne des médicaments (EMA) a donc demandé la mise à jour des résumés des caractéristiques du produit (RCP, rien à voir avec l’autre RCP : réunion de concertation pluridisciplinaire) des AAD indiqués dans le traitement du VHC. L’EMA avait lancé une enquête à la suite de plusieurs signalements de cas de réactivation du VHB pouvant entrainer de sérieux problèmes voire le décès après le traitement par AAD de personnes co-infectées par le VHC et le VHB. Environ 30 cas de réactivation ont été observés à ce jour parmi les milliers de personnes traitées. Les résumés des caractéristiques du produit (RCP) ont été modifiés concernant Daklinza (daclastasvir), Exviera (dasabuvir), Olysio, (siméprévir), Sovaldi (sofosbuvir) et les associations Harvoni (sofosbuvir + lédipasvir) et Viekirax (ombitasvir + paritaprevir + ritonavir). Zepatier (elbasvir + grazoprevir), médicament plus récent, n’a pas fait partie de l’analyse du Prac. La nouvelle version des RCP rappelle aux médecins prescripteurs la nécessité de réaliser systématiquement avant le démarrage du traitement pour le VHC un dépistage du VHB. Les personnes co-infectées doivent être plus étroitement surveillées tout au long du traitement par AAD.

Pays :