Augmentation des prestations sociales au 1er avril

111 lectures
Notez l'article : 
0
 
A -
A +

La ministre des Affaires sociales et de la Santé Marisol Touraine a annoncé dans un communiqué, début avril, une augmentation des prestations sociales au 1er avril 2017. Tous les ans, les prestations sociales sont revalorisées compte tenu de l’inflation. Cette année, cette revalorisation est de 0,3 % et concerne les bases mensuelles de calcul des prestations familiales (pour les allocations familiales, l’allocation de rentrée scolaire, la prestation d’accueil du jeune enfant, etc.), mais aussi des autres prestations sociales (prime d’activité, etc.), ainsi que des minima sociaux (revenu de solidarité active, allocation de solidarité aux personnes âgées, allocation adulte handicapé, etc.). Les retraites ne sont pas concernées : elles seront revalorisées au 1er octobre 2017. Le gouvernement précise que les "revalorisations exceptionnelles" prévues dans le cadre du Plan pluriannuel de lutte contre la pauvreté et pour l’inclusion sociale sont également mises en œuvre au 1er avril 2017. L’allocation de soutien familial (ASF), qui bénéficie à 756 000 familles, sera, au total, revalorisée de 25 % entre 2014 et 2018. Par ailleurs, le complément familial majoré, qui bénéficie à 456 000 familles nombreuses (sous conditions de ressources) sera revalorisé de 50 % d’ici avril 2018. Par ailleurs, à compter du 1er septembre 2017, le RSA versé pour une personne seule devrait être porté à 545,48 euros, soit une augmentation de plus de 70 euros par mois depuis 2013 ; l’ensemble du barème du RSA est également revalorisé. Ainsi pour un couple avec deux enfants les montants versés, entre 2013 et 2017, auront augmenté de 148 € par mois (de 997,36 euros à 1145,5 euros). Par ailleurs, pour permettre à 150 000 personnes de bénéficier d’une complémentaire santé, les revenus maximums ouvrant droits à la couverture maladie universelle complémentaire (CMU-C) et à l’aide au paiement d’une complémentaire santé (ACS) sont également revalorisés de manière exceptionnelle : +0,8 %. Ces mesures, destinées à favoriser le recours à la CMU-C et à l’ACS, viennent compléter les nombreuses mesures prises pour renforcer la qualité des couvertures offertes (amélioration du panier de soins CMU-C, sélection des contrats ACS pour leur bon rapport qualité/prix). Enfin, les bénéficiaires de la CMU-C et de l’ACS vont voir leur accès aux soins dentaires renforcés suite aux décisions prises concernant leur financement.

Pays :