La SNCF visée par une action de groupe

61 lectures
Notez l'article : 
0
 
A -
A +

Le syndicat Sud-rail a annoncé, mardi 7 novembre, avoir engagé une action de groupe contre la SNCF pour discrimination envers ses salarié-e-s handicapés qui verraient, selon le syndicat, leurs carrières et rémunérations freinées. Il s'agit de la "première action de groupe pour discrimination indirecte des travailleurs handicapés" engagée en France, revendique dans un communiqué le troisième syndicat de la SNCF. Interrogée, l'Association des paralysés de France (APF) a confirmé à l'AFP qu'il s'agissait à sa connaissance "d'une première initiative en ce sens", depuis l'extension il y a un an du champ des actions de groupe aux affaires de discrimination au travail. D'après les calculs de Sud-rail, la rémunération moyenne globale des salarié-e-s handicapé-e-s à la SNCF est inférieure de 11 % à 12 % à celle des personnes non-handicapées et ils doivent attendre davantage pour gravir un échelon de rémunération (délai augmenté de 30 %). Selon une enquête interne réalisée en 2016, consultée par l'AFP, un quart des salariés handicapés de la SNCF n'a pas bénéficié d'un aménagement du poste de travail alors qu'il en aurait eu besoin et la moitié estime que leur handicap est un frein à leur évolution professionnelle. L'an dernier, le groupe public ferroviaire employait 6 726 personnes en situation de handicap, soit 4,52 % des effectifs, indique l'entreprise dans son rapport annuel 2016. Leur nombre a nettement augmenté depuis le début des années 2000 mais il reste inférieur à l'obligation légale d'emploi de 6 % de personnes en situation de handicap. Interrogée, la SNCF n'avait pas réagi (8 novembre) à ces mises en cause.

Pays :