Rac : les Français réclament des interventions

82 lectures
Notez l'article : 
0
 
A -
A +

Restes à charge (Rac) en santé : les électeurs plaident pour beaucoup plus d’interventionnisme que ce que proposent les candidates et candidats à l’élection présidentielle en matière de régulation des prix des soins, explique (8 mars) le Collectif interassociatif sur la santé (Ciss). En effet, selon les chiffres d’un sondage BVA réalisé pour le Ciss (1), un Français sur deux souhaite que les professionnels de santé soient obligés de respecter les tarifs de remboursement fixés par l’Assurance maladie et un Français sur trois pense qu’il faut limiter les dépassements en réévaluant les actes dont les prix sont trop bas. Par ailleurs, un Français sur sept estime qu’il serait nécessaire de laisser les professionnels de santé facturer librement les tarifs de certains actes pour leur garantir le niveau de revenus auquel ils aspirent. Pour le Ciss, cette "volonté d’intervention forte sur la régulation des prestations facturées par les professionnels de santé ne se retrouve pas dans les propositions des candidat-e-s qui restent souvent peu précises s’agissant des évolutions des modalités de remboursement de nos soins. Pour voir tout le détail des programmes présidentiels, passés en revue par le Ciss, et voire les constats et propositions du Ciss en matière de santé pour la présidentielle, on vous recommande d’aller sur 66millionsdimpatients.org/presidentielles2017.

(1) : Sondage BVA réalisé pour le Ciss du 24 au 25 février 2017, par téléphone auprès d’un échantillon de 1 001 personnes, représentatif de la population française âgée de 15 ans et plus.

Pays :