Un compagnon de longue date

Portrait de Backonthestage

Salut à tous,

un retour qui peut avoir son intérêt.

je suis en monotherapie Tivicay depuis le 23 février 2016 et après 3 contrôles de CV et après 16 semaines soit 4 mois en 7/7 tout va bien.

Charge virale à 0 log...eh oui et les autres voyants sont dans le vert.

Bonne journée 

Commentaires

Portrait de sauveniere

Mon infectiologue ne parle jamais de groupe à risque, c'est ici que j'ai lu cette notion, J'écris simplement ce que mon infectiologue me dit,

Si la charge virale monte un peu avec la mono tivicay, cela ne signifie pas obligatoirement qu'il y a une résistance selon elle, il se peut très bien qu'on ne frappe simplement pas assez fort avec une seule molécule (mais il faut le démontrer).

Portrait de tritoman

Bonjour sauvenière

as tu déja fait un dosage sous tivicay 7/7 histoire de voir si il y en a assez dans le sang ?

et courage surtout!!

Portrait de sauveniere

Jamais fait ce style de dosage, on verra ce que donne le test de résistance.

- Je ne vois pas cette charge à 1000 comme la fin de tout, pas du tout. Remonter à une tri ou à une bi n'est pas la fin du monde. Dans un premier temps, il faut déjà voir si je peux continuer avec les antiintégrases ou non. Preuve en est, l'infectiologue hésitait à me faire continuer Tivicay avec Viramune ...Elle a préféré Truvada/ Viramune pour tapper fort et vite ;  pour reprendre une bi ensuite, c'est une bonne façon de penser, je trouve.

- Depuis plusieurs mois, je trouvais que j'avais beaucoup moins le moral, que je m'énervais, etc.

A fond, la fin de Tivicay est un soulagement. Je tenais tant à cette monothérapie que je supportais beaucoup d'effets secondaires... 

Il faut aussi reconnaître quand ça ne va plus.

Le tivicay n'est pas une ancienne molécule, on voit ses effets secondaires apparaître peu à peu, le concept de mono est très séduisant, il faut bien reconnaître que jamais elle ne m'a été recommandée par l'infectiologue, c'est moi qui l'ai demandée.

Si je ne l'avais pas essayé, j'aurais regretté.

L'infectiologue me disait aussi que certains réagissent bien par exemple à une mono prezista, d'autres auront besoin de plus ...idem pour Tivicay seul. 

Portrait de Butterfly

Coucou 

Et oui moi aussi au bout de 5 mois de tivicay a me battre pour ls effets secondaires ( j'avais un en journée un le soir + edurant ) Ben c fini depuis le 17 nov ( suite a des années de tri passer en bi chui contente qd mm ) je prend maintenant tjrs edurant avec prézista a nouveau je précise et norvir une seule prise le soir .. je dors bien mdr c clair , un peu fatigué en journée c normal ... mais c mieux ! et idem si j'avais pas eu tivicay grrr .. la elle va faire dosage pour voir si les nouveaux sont bons .. Mais il ne me reste plus rien a essayer bah .... 

Bonne journée bon courage pour tout ! et merci pour ce belle écrit .. 

Portrait de Exit

C'est le risque avec une seule molécule, et comme on est tous différent et comme on a tous un passé différent avec le VIH, il y a toujours un risque que ça ne fonctionne pas. ceci dit 1000 copies c'est pas grand chose et comme le dit ton infectio ça ne veut pas dire que tu fais une résistance. 

Enfin tu pourras toujours essayer par la suite une mono avec une autre molécule.

Portrait de Saamred

Et toi exit t'en ai ou elle date de quand t'as dernière prise de sang ?

Portrait de sauveniere

Exit a écrit :

C'est le risque avec une seule molécule, et comme on est tous différent et comme on a tous un passé différent avec le VIH, il y a toujours un risque que ça ne fonctionne pas. ceci dit 1000 copies c'est pas grand chose et comme le dit ton infectio ça ne veut pas dire que tu fais une résistance. 

Enfin tu pourras toujours essayer par la suite une mono avec une autre molécule.

Oui, c'est le risque d'un traitement non classique. Certains semblent continuer d'être indétectables avec une monothérapie et d'autres (comme moi) subissent un échec. Ceci dit, l'infectiologue m'avait mis en garde contre cet essai même si j'étais dans les critères. D'ici 15 jours (15 jours pour effectuer un génotype ?), je saurai si je peux ou non continuer l'Isentress en remplacement du Tivicay en association avec Viramune que je supporte bien.

J'étais de toute façon déprimé avec ce tivicay... je m'y accrochais simplement parce qu'il était en monothérapie.

quelqu'un prend Viramune avec une seule autre molécule ? 

Merci !

Portrait de Backonthestage

En monotherapie Tivicay depuis février 2016, et après des cv rapprochées tous les mois je suis indetectable.

Prochaine cv le 19 décembre..... a suivre.

Tivicay me convient mise à part ces putains de coups de fatigue.....

Bon Weekend 

Portrait de frabro

Je suis en monothérapie Tivicay depuis 18 mois, et en 5 jours sur sept depuis quatre mois.

Bilan complet reçu ce jour : CV<20, CD4 stables à 35 %, rapport CD4/CD8 toujours un peu bas mais en hausse.

Le reste du bilan est conforme à la normale sur tous les plans.

Pour moi, ça marche.

Portrait de Backonthestage

Super nouvelle.

pour ma part 7 sur 7 avec Tivicay depuis février 2016....tout est ok. J'attends les résultats des analyses faites lundi matin...

Question : as tu senti un changement depuis que tu es en 5 sur 7...genre moins de fatigue etc,..

Bonnes fêtes de fin d'année à tous 

Portrait de Saamred

Moi aussi 7/7 depuis juillet et indétectable et 1150 cd4 je voulais aussi savoir comment tu te sens en 5/7 parce que tous les jours meme si il est petit le tivicay est vraiment puisant et on sent la fatigue ...

Portrait de frabro

C'est une question intéressante de savoir si je me sens bien et si j'ai senti des changements en passant en 5/7 par comparaison à la période précdente en 7/7.

Le principal changement ressenti est un mieux au niveau du système digestif. En 7/7, j'avais constaté de fréquentes douleurs abdominales (supportables mais génantes dans la durée). Celles-ci ont pratiquement disparu. Pour relativiser, ce n'était rien à coté des problèmes digestifs liés aux anciens traitements que j'ai connu avant le Tivicay.

Pour le reste, il est difficile dans mon cas de faire la part des choses coté fatigue entre les effets du vieillissement (j'ai 62 ans), la fatigue liée au travail ( je travaille toujours à temps plein) et les effets du traitement. Bien sûr j'ai des "coups de pompe", mais ce n'est pas nouveau et ça ne s'est pas aggravé avec ce traitement. J'ai appris depuis vingt cinq ans à faire avec et à gérer mes activités en fonction de la fatigabilité liée au vih (avant qu'il ne soit maitrisé) et aux effets des traitements précédents.

Le vih, il faut inventer la vie qui va avec et c'est à chacun de le faire en fonction de ce qu'il est et de ses propres capacités. Je me suis toujours adapté aux contraintes qu'il m'a imposées, tout en constatant sur vingt ans de traitement une évolution très positive dans la diminution des effets négatifs qui de toutes façons ne m'ont jamais empêché de vivre ma vie du mieux possible.

Solidairement,

François

Portrait de Saamred

Toujours indétectable et 970 cd4 on adore lol

Portrait de Backonthestage

Je suis toujours indetectable et un bon à 1000 cd4 (en octobre 638cd4)

Seul hic...cholestérol limite limite.

Bon Weekend et bonne année à tous 

Portrait de tritoman

Bonjour à tous

cela fait 15 mois que je suis en mono tivicay avec une cv indetectable. Depuis novembre  j'ai sauté un jour avec l'accord de mon médecin donc je suis à 6/7.

J'ai par contre quelques douleurs au niveau des jambes avec une perte musculaire! je suis en train de voir ça avec mon médecin.

Bonne journée à tous

Portrait de Ganymède

Liz HighleymanProduced in collaboration with hivandhepatitis.comPublished: 09 March 2017Dolutegravir monotherapy

But another study at the conference added to the evidence that a single antiretroviral drug is not enough to reliably maintain viral suppression when used alone.

Ingeborg Wijting of Erasmus University Medical Centre in Rotterdam and colleagues conducted a randomised trial to test whether dolutegravir monotherapy is non-inferior to standard combination ART.

The DOLUMONO study included 104 people at multiple centres in the Netherlands. Just over 90% were men and the median age was 46 years. At baseline they were on combination ART with HIV RNA < 50 copies/ml for more than six months, never more than 100,000 copies/ml, a CD4 count never less than 200 cells/mm3, no drug resistance and no history of virological failure.

Participants were randomly assigned to switch to 50mg once-daily dolutegravir monotherapy immediately, or to continue on their current combination regimen for 24 weeks then switch to dolutegravir monotherapy.

At week 24, the dolutegravir regimen appeared as effective as continued combination therapy: 98% and 100% in the respective arms maintained undetectable viral load, defined in this analysis as > 200 copies/ml.

But with longer follow-up, results began to diverge. Looking at the entire study population who switched to dolutegravir monotherapy either immediately or after 24 weeks, the viral suppression rate fell to 92% at week 48. This was significantly lower than the 98% suppression rate seen in a similar group of people who were not in the randomised study and stayed on continuous combination therapy through week 48 (p = 0.03).

By the time 77 people in the dolutegravir monotherapy arm had reached 48 weeks, eight of them had experienced virological failure. Of these, six underwent successful genotypic testing and three were found to have integrase resistance-associated viral mutations (N155H, R263K and S230R). They all restarted combination ART and were resuppressed to < 50 copies/ml within 12 weeks.

There were no clear risk factors for viral rebound. Among those who experienced virological failure, time on ART ranged from 2 to 14 years, highest-ever viral load ranged from 7420 to 99,270 copies/ml, and they switched from regimens containing dolutegravir, rilpivirine, efavirenz (Sustiva) or nevirapine (Viramune) plus two NRTIs. All of them reported excellent adherence.

"Whereas dolutegravir monotherapy was non-inferior to combination ART at week 24, virological failure continued to occur after week 24 and led to integrase resistance associated mutations in three patients," the researchers concluded.

"The genetic barrier against resistance of dolutegravir is insufficient to allow for maintenance monotherapy," they continued. "Future studies about maintenance therapy with dolutegravir should evaluate dolutegravir + 3TC rather than dolutegravir monotherapy."

In a recent editorial in the journal Antiviral Therapy, Joel Gallant and Jeremy Sugarman of Johns Hopkins discussed the ethics of using dolutegravir monotherapy in clinical practice in light of the mounting evidence that it can lead to treatment failure and drug resistance.

"Since lamivudine is a generic drug with virtually no toxicity, it seems more appropriate to study the two-drug combination before prematurely jumping to monotherapy," they wrote. "If monotherapy is to be studied at all – and the scientific rationale is debatable at best – it should be in the context of carefully controlled clinical prospective trials that maximize patient safety and include a robust informed consent process."

References

Joly V et al. Promising results of dolutegravir + lamivudine maintenance in ANRS 167 Lamidol trial. Conference on Retroviruses and Opportunistic Infections (CROI 2017), Seattle, abstract 458, 2017.

View the abstract on the conference website.

Download the poster from the conference website.

Wijting I et al. Dolutegravir as maintenance monotherapy for HIV-1: a randomized clinical trial.Conference on Retroviruses and Opportunistic Infections (CROI 2017), Seattle, abstract 451LB, 2017.

View the abstract on the conference website.

Download the poster from the conference website.

Gallant J and Sugarman J. Dolutegravir monotherapy: when should clinical practice be clinical research? Antiviral Therapy. 15 December 2016 (online ahead of print).

Portrait de JLB06

Possible d,avoir une traduction.....Francais , Italien  ou Espagnol .....! merci

Pages