Etre une femme en 2017

Publié par Régine 507 lectures
Notez l'article : 
5
 
A -
A +

L’actrice Américaine, Annette Bening déclare "s’il est plus facile d’être une femme en 2017 qu’il y a 40 ans, grâce aux progrès et l’éducation, il existe aujourd’hui une autre pression : on attend de nous que nous réussissions nos études, que nous ayons un bon travail, mais aussi que nous soyons de bonnes mères, de bonnes épouses, sexy et tout le temps heureuses. C’est trop !"

Les droits des femmes en 2017 sont en effet un combat permanent. Les combats peuvent changer, la pression reste. Cependant les droits des Femmes en 2017 dépendent beaucoup du pays où les femmes vivent, de leur statut économique, des coutumes religieuses...

Vingt-neuf pays pratiquent l’excision. Les effets physiques sont terribles, les victimes de cette mutilation ne disposent plus de leur corps.
Le droit de vote des femmes s’est appliqué plus ou moins tard selon les Etats. En 2015, pour l’Arabie Saoudite. Au Vatican, elles en sont privées.
Aujourd’hui, la condition des femmes en Inde est considérée comme une des plus difficiles au monde. Viols, infanticides des filles, traite des femmes…persistent.
En Irlande, 796 orphelins sont morts dans un foyer catholique de 1926 à 1961, enterrés dans une fosse commune. Nés de mères célibataires, elles-mêmes abandonnées et réprouvées par leur famille, l’Etat, l’Eglise, la société. Cette histoire sordide a été révélée publiquement par une historienne locale en 2014.
Ainsi, nous pouvons en déduire, en 2017, les droits des femmes continuent à être bafoués dans beaucoup de pays.
En France, le droit à l’avortement est remis en cause.
Le sexisme peut se manifester au travail, sous forme d’harcèlement. Les tâches ménagères, dans nombreux de foyers, trop souvent attribuées aux femmes. Femme de ménage ou sage-femme sont–ils des métiers toujours accessibles aux hommes ? Et vice-versa, la femme peut-elle accéder à des postes "masculins"... La disparité des salaires femmes-hommes ne devrait plus exister.
Bien entendu, des progrès ont été faits, les mentalités ont plus ou moins évolué. Mais quand on voit des manifestations contre le droit à l’avortement, j’ai un doute. Evolution pour certains, régression pour d’autres ???
Personnellement, en tant que fille et femme adulte française, j’ai toujours eu une méfiance envers les hommes. J’ai vécu des relations violentes et pas épanouissantes. Dans la vie quotidienne ou au travail, j’ai connu le sexisme. Il a fallu que j’aie plus de quarante ans pour vivre une relation amoureuse dans un climat mutuel de respect.

Je pense que le chemin pour les droits des femmes, ici et ailleurs, sera encore long, voire perpétuel. Il dépend de l’environnement socio-économiques et également de la prise de conscience individuelle.

Pays  : 

Commentaires

Portrait de hellow

... "s’il est plus facile d’être une femme en 2017 qu’il y a 40 ans, grâce aux progrès et l’éducation, il existe aujourd’hui une autre pression : on attend de nous que nous réussissions nos études, que nous ayons un bon travail, mais aussi que nous soyons de bonnes mères, de bonnes épouses, sexy et tout le temps heureuses. C’est trop !"


Encore une fois, nous sommes en plein rêve, seulement c'en est cauchemardesque en réalité.

Les véritables victimes sont les enfants que les adultes soumettent à leur croyance de l'existence d'un pseudo amour........l'amour conditionnel !

Portrait de hellow

... "Je pense que le chemin pour les droits des femmes, ici et ailleurs, sera encore long, voire perpétuel. Il dépend de l’environnement socio-économiques et également de la prise de conscience individuelle."


Je pense que ce chemin est jonché d'illusions perpétuelles qui prendraient fin sitôt après avoir pris conscience de la réalité.

La réalité c'est que la femme n'existe pas.

Portrait de gys

Nou pli fos.....Courage nous sommes des guerrières !

Bizzzzzzz

Portrait de badiane

bisou

Portrait de hellow