Grippe : la campagne de vaccination 2016-2017 est lancée

Publié par jfl-seronet le 19.10.2016
4 885 lectures
Notez l'article : 
4
 
ThérapeutiqueVaccination grippe

La campagne de vaccination contre la grippe a été lancée le 6 octobre à l’occasion des entretiens de Bichat à Paris. Les pouvoirs publics, la direction générale de la Santé, l'Assurance maladie, Santé publique France et l'Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) comptent sur les médecins pour relayer cette nouvelle campagne.

La vaccination contre la grippe repart à la hausse

Comme l’explique l’AFP, le taux de vaccination pour la grippe s'était effondré après la campagne de vaccination controversée contre la pandémie A (H1N1) de 2009, une baisse de quatorze points. En 2015, le phénomène a été enrayé. La vaccination contre la grippe saisonnière est pour la première fois repartie à la hausse cette année-là, ont indiqué les autorités sanitaires. Selon des chiffres fournis par la Caisse nationale d'assurance maladie des travailleurs salariés, le taux de couverture vaccinale des onze millions de Français invités à se faire vacciner gratuitement contre la grippe (personnes de 65 ans et plus et personnes atteintes de maladies chroniques) a atteint 48,3 %, contre 46,1 % en 2014, soit une progression de 2,2 points. "C'est la première fois depuis 2009 que le taux de couverture vaccinale repart à la hausse", a souligné le Dr Geneviève Motyka, de l'Assurance maladie.

"Grippe : pour éviter l'hospitalisation, passez à la vaccination"

La campagne de vaccination contre la grippe se déroule cette année du 6 octobre 2016 au 31 janvier 2017. L'Assurance maladie a envoyé un bon de prise en charge à plus de onze millions de personnes à risque (personnes âgées de plus de  65 ans, personnes ayant une maladie chronique) pour se faire vacciner gratuitement. Pour les autres personnes à risque (femmes enceintes, personnes ayant une obésité morbide) ou l'entourage (nourrissons âgés de moins de six mois présentant des facteurs de risque graves), la prise en charge à 100 % est possible, rappelle le "Quotidien du médecin". La campagne 2016-2017 reprend le slogan de l'an dernier : "Grippe : pour éviter l'hospitalisation, passez à la vaccination". L'efficacité du vaccin était de l'ordre de 40 % en 2015-2016. S'il est impossible de prédire l'efficacité d'un vaccin, indique le Dr Daniel Lévy-Bruhl, de Santé publique France, la composition du vaccin a été modifiée à la fois sur les souches A/H3N2 et la souche B.

Des millions de personnes touchées

Chaque hiver, la grippe saisonnière touche des millions de personnes en France et provoque des milliers de décès notamment chez les personnes de plus de 65 ans. Souvent considérée à tort comme bénigne, la grippe est une infection respiratoire qui peut entraîner des complications graves, principalement parmi les groupes à risque, note l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM). L’efficacité de la stratégie vaccinale dépend à la fois de l’efficacité du vaccin mais aussi du taux de la couverture vaccinale. Dans un communiqué, début octobre, l’ANSM invite "tous les acteurs de santé à se mobiliser dans cette action de prévention. Les épidémies de grippe saisonnière surviennent chaque année en France au cours de l’automne et de l’hiver. La campagne de vaccination antigrippale a pour vocation de protéger des populations pour lesquelles la grippe représente un risque en termes de santé.

Comment s’y prendre pour être vacciné contre la grippe ?

Comme les souches virales rencontrées varient d’une année à l’autre, il est indispensable de se faire vacciner chaque année. Il faut environ deux semaines après le vaccin pour être protégé. Une seule injection annuelle suffit, mais pour les enfants de moins de neuf ans, jamais vaccinés contre la grippe, deux injections, à quatre semaines d’intervalle, sont nécessaires.

En France, trois vaccins grippaux inactivés sont commercialisés et pris en charge par l’Assurance maladie dans le cadre de cette campagne (Influvac, Immugrip et Vaxigrip) pour les personnes ciblées par les recommandations du Haut conseil de la santé publique. Ces vaccins trivalents inactivés peuvent être utilisés dès l’âge de six mois et peuvent également être proposés chez la femme enceinte à tout stade de la grossesse. Plus de cinquante années d’utilisation dans le monde de ces vaccins en confirment la sécurité d’emploi, indique l’ANSM. Les effets indésirables les plus fréquents sont des effets bénins et transitoires comme des réactions au site d’injection (douleurs et rougeurs), voire des réactions systémiques telles que des douleurs musculaires, des malaises, des céphalées et/ou une fièvre légère.

La vaccination, en pratique

Vous avez déjà été vacciné dans le cadre d’une précédente campagne de l’Assurance maladie ? C’est simple. Rendez-vous directement chez votre pharmacien qui vous remettra gratuitement le vaccin sur présentation de l’imprimé de prise en charge adressé par votre caisse d’Assurance maladie. Rendez-vous ensuite chez votre infirmier ou votre médecin pour vous faire vacciner.

Vous recevez l’imprimé de prise en charge de votre caisse d’Assurance maladie pour la première fois ? Lors d'une consultation, présentez ce document à votre médecin traitant. S’il le juge nécessaire, il vous prescrira le vaccin qui vous sera remis gratuitement par votre pharmacien. Rendez-vous ensuite chez votre infirmier (sur prescription), ou le médecin lui-même, qui injectera le vaccin.

Notez cependant que les femmes enceintes et les personnes obèses ne reçoivent pas de bon de prise en charge du fait de la difficulté de les identifier. Médecin traitant et sage-femme pourront leur prescrire le vaccin.

Pour les personnes ayant déjà été vaccinées dans les trois années précédentes, le dispositif est simplifié. Elles peuvent aller retirer leur vaccin directement en pharmacie et être vaccinées par un médecin, un-e infirmier-ère libéral-e ou une sage-femme.