IST : préservatif et dépistage, seuls remparts contre leur recrudescence

Publié par jfl-seronet le 03.09.2018
775 lectures
Notez l'article : 
5
 
SexualitéISTinfection sexuellement transmissible

Entre 2012 et 2016, le nombre de nouveaux diagnostics d’infections à Chlamydia et à gonocoque, deux infections sexuellement transmissibles (IST), est en augmentation, d’après les résultats de l’enquête LaboIST (1) publiée, mi juillet, par Santé publique France. Cette enquête permet de réactualiser les indicateurs concernant le diagnostic de ces infections en France et pour la première fois donne des estimations de leur nombre selon le sexe, l’âge et la région, indique un communiqué de Santé publique France. Explications.

La dernière enquête de Santé publique France sur les IST révèle notamment que les jeunes de 15-24 ans restent particulièrement touchés par ces infections sexuellement transmissibles, qui sont souvent asymptomatiques, mais dont les conséquences sont parfois lourdes. Santé publique France a donc lancé le 18 juillet dernier une campagne digitale pour promouvoir l’utilisation du préservatif auprès des jeunes.

Les 15-24 ans, population particulièrement touchée par les IST

En 2016, le nombre de personnes diagnostiquées pour une infection à Chlamydia a été estimé à 267 097, soit un taux de 491 pour 100 000 habitants. Une prédominance de l’infection est constatée chez les femmes (592/100 000 versus 380/100 000 chez les hommes). Les jeunes femmes de 15-24 ans sont les plus touchées (2 271/100 000), notamment en Ile-de-France (5 682/100 000 habitants) et dans les départements d’Outre-mer (1 761/100 000).

Le nombre de personnes diagnostiquées pour une infection à gonocoque en 2016 a été estimé à 49 628. Les hommes sont plus touchés que les femmes sur l’ensemble du territoire (131/100 000 versus 55/100 000), à l’exception des départements d’Outre-mer où l’on constate une prédominance des gonococcies chez les femmes, indique Santé publique France. Les 15-24 ans sont là encore les plus concernées par cette IST, quelle que soit la région (181/100 000).

Les données montent que le nombre de diagnostics d’infection à Chlamydia et à gonocoque en 2016 a été multiplié par trois par rapport aux estimations de l’année 2012, indique Santé publique France. "La forte augmentation des diagnostics de ces infections constatée en 2016 peut être due à plusieurs facteurs. Elle peut s’expliquer tout d’abord par une sous-estimation des cas diagnostiqués en 2012 mais aussi par une intensification du dépistage et l’amélioration de la sensibilité des tests utilisés et enfin, par l’augmentation de l’incidence de ces IST elles-mêmes", précise Florence Lot, responsable de l'unité VIH/sida, hépatites B et C, IST à Santé publique France. Chez les moins de 25 ans, la prévalence élevée des infections à Chlamydia et à gonocoque est la conséquence d’un nombre de partenaires plus important couplé à une utilisation non systématique du préservatif.

Le dépistage, un acte simple et efficace

Les infections à Chlamydia et à gonocoque se transmettent lors de rapports sexuels non protégés. Très contagieuses et fréquentes, elles peuvent être silencieuses et entraîner des complications (douleurs pelviennes chroniques, stérilité, fragilisation des muqueuses et augmentation du risque de contamination par le VIH, transmission mère-enfant…). Le dépistage est l’unique moyen d’établir un diagnostic. Simple et sans douleur, il se fait par prélèvement local chez les femmes, par prélèvement local ou analyse d’urine chez les hommes. En cas de résultat positif, il permet de prescrire un traitement antibiotique adapté chez la personne ainsi qu’à ses partenaires, rappelle l’agence de santé. Le dépistage peut être effectué suite à une consultation chez son médecin traitant ou son gynécologue qui orientera vers un laboratoire, ou encore gratuitement dans les Centres gratuits d’information, de dépistage et de diagnostic (Ceggid) et les centres de planification ou d'éducation familiale. Le préservatif est avec le dépistage le moyen le plus efficace pour lutter contre les IST. Pour mieux ancrer l’usage du préservatif dans les habitudes de vie des jeunes, Santé publique France lance une campagne digitale : "Un préservatif ça peut te sauver la vie. Gardes-en toujours sur toi". L’ensemble de la campagne renvoie vers le site onSexprime.fr, le site dédié à la sexualité des jeunes.

(1) : L’enquête LaboIST a été conduite auprès de l’ensemble des laboratoires de biologie médicale privés et publics. Elle a permis de recueillir pour l’année 2016 des données sur le nombre de personnes testées pour une recherche de Chlamydia ou de gonocoque et le nombre de diagnostics positifs par âge et sexe.