La France se (re)mobilise pour le combat mondial contre le sida

Monde Publié par jfl-seronet 945 lectures
Notez l'article : 
5
 
A -
A +

C’est le fruit d'un an de plaidoyer intense, mené notamment par Coalition PLUS et AIDES, auprès de l’Elysée et des ministres concernés : le président de la République, Emmanuel Macron, a annoncé (16 mai) l'accueil par la France de la prochaine conférence de reconstitution du Fonds mondial en 2019. C’est un beau succès pour les organisations non gouvernementales qui saluent cette décision et entendent bien profiter de cet événement pour qu’il permette aux pays participants de se donner les moyens de mettre fin à l'épidémie dans le monde… vraiment !

Dans un communiqué du 16 mai, le Président français Emmanuel Macron a annoncé sa volonté d’accueillir en France la prochaine conférence de reconstitution du Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme. Prévu en 2019, pendant la présidence française du G7, cet événement sera décisif pour le financement du combat mondial contre le sida pour les trois années à venir, expliquent AIDES et Coalition PLUS.

"Nous saluons l’annonce du Président Emmanuel Macron. Cette décision que nous avons fortement soutenue fait honneur au rôle historique de la France dans la lutte mondiale contre le sida et les grandes pandémies. L’influence du président de la République auprès de ses homologues sera particulièrement précieuse pour permettre une hausse des moyens mondiaux à la hauteur des ambitions affichées", explique Aurélien Beaucamp, président de AIDES, membre français de Coalition PLUS.

Pour Hakima Himmich, présidente de Coalition PLUS : "Cette décision suscite un immense espoir parmi les communautés affectées par le VIH/sida. L'enjeu est de taille : il s'agit ni plus ni moins de se donner les moyens financiers et politiques de mettre fin au sida et aux grandes pandémies d'ici 2030, conformément aux Objectifs du développement durable adoptés par l'Onu. Pour cela, le Président Emmanuel Macron devra veiller à faire entendre la voix des malades et des acteurs communautaires lors de cette conférence". Le Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme a été créé à l’initiative de la France au début des années 2000. Son objectif est simple : construire une riposte efficace et globale en mutualisant les contributions financières des Etats riches en faveur de l’accès aux traitements et à la prévention dans les pays en développement. La France contribue à hauteur de 360 millions d’euros chaque année. La dernière hausse de la contribution française, de 20 %, a été décidée par Nicolas Sarkozy en 2010.

Le Fonds mondial finance aujourd’hui environ la moitié des traitements antirétroviraux disponibles dans le monde (onze millions sur vingt-deux millions de personnes sous traitement), et mobilise plus de la moitié des ressources internationales contre la tuberculose et le paludisme. A travers lui, la France et la communauté internationale ont déjà réussi à sauver 22 millions de vies. Sa conférence de reconstitution, qui a lieu tous les 3 ans, est donc un événement majeur pour le financement la lutte contre le VIH. Malgré des progrès considérables réalisés ces quinze dernières années, le combat mondial contre le sida est loin d’être gagné : le virus continue à tuer un million de personnes chaque année, et près de la moitié des personnes vivant avec le VIH dans le monde n'ont toujours pas accès à un traitement, ont rappelé les deux organisations dans un communiqué.

Un autre communiqué salue également cette décision (1). "Nos ONG saluent cette annonce très attendue qui réaffirme l’engagement de la France en matière de lutte contre les grandes pandémies. En 2016, le VIH-sida, la tuberculose et le paludisme ont infecté, à elles trois, plus de 228 millions de personnes et causé la mort de trois millions d’entre elles. En tant que deuxième contributrice historique du Fonds mondial, la France a contribué à sauver 22 millions de vies depuis 2002. Maintenant, elle a le devoir de faire de cette conférence un succès pour respecter l’engagement international de mettre fin au sida, à la tuberculose et au paludisme d’ici 2030. Avec la présidence du G7, la France aura les clés en main pour garantir le succès de cette conférence de reconstitution du Fonds mais aussi pour faire de 2019 une année d’engagement politique et financier en faveur de l’aide publique au développement et de la santé mondiale. Dans l’esprit partenarial du Fonds mondial, nos ONG appellent le gouvernement à travailler en collaboration avec la société civile française à ce succès", concluent-elles.

(1) : "Lutte contre les pandémies : les associations saluent la décision de la France d’accueillir la conférence de reconstitution des ressources du Fonds mondial", signé par Action Santé Mondiale, Oxfam France, Sidaction, Solidarité Sida, One, etc.

Fonds mondial : le communiqué de l’Elysée
"Le Président Emmanuel Macron a décidé d’accueillir en France, en 2019, la conférence du Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme dont l’objectif est de récolter de nouveaux fonds et de mobiliser le plus grand nombre d’acteurs possibles pour mieux prévenir et éradiquer ces pandémies", explique le communiqué de l’Elysée. "Depuis sa création en 2002, le Fonds mondial a obtenu des résultats exceptionnels. Il a permis, grâce à ses actions, d’éviter le décès de plus de 22 millions de personnes, d’offrir l’accès aux traitements antirétroviraux contre le VIH/sida à 11 millions de patients et un traitement contre la tuberculose à 18 millions d’hommes et de femmes.
Ces maladies, et les risques d’épidémies émergentes, continuent malheureusement de représenter un défi majeur pour la santé mondiale, aux conséquences humaines et économiques dramatiques, en particulier dans les pays les plus fragiles. En 2016, elles ont encore causé le décès de plus de 3 millions de personnes. Il est donc essentiel que la communauté internationale ne relâche pas ses efforts et reste mobilisée au plus haut niveau. C’est la raison pour laquelle le Président de la République a souhaité accueillir la sixième Conférence de reconstitution des ressources du Fonds mondial. Cette Conférence doit permettre de recueillir des financements pour la période 2020-2022 grâce à la mobilisation de l’ensemble de la communauté internationale et du secteur privé. Elle sera une opportunité exceptionnelle de promouvoir les enjeux de santé sur la scène mondiale en insistant sur l’éducation et la prévention, la couverture universelle des besoins de soins primaires. Elle permettra de progresser vers l’objectif d’une élimination du sida, de la tuberculose et du paludisme comme menaces à la santé publique d’ici 2030, comme de nombreux pays, dont la France, s’y sont engagés à travers les objectifs de développement durable". "Ce sera la première fois que la France, qui a participé à la création de ce Fonds et en est le deuxième contributeur avec plus de 4,2 milliards de dons depuis 2002, hébergera cette importante conférence de financement. La décision du chef de l’Etat s’inscrit dans le contexte de la relance de la politique de solidarité de la France et de la décision de faire de la santé, de l’éducation et de l’égalité entre les femmes et les hommes, les grandes priorités de l’engagement français dans le monde", conclut l’Elysée.

Des chiffres pour comprendre les enjeux
En 2016 :
● 1,8 million de personnes ont été infectées par le VIH et 1 million de personnes sont décédées du sida. Sur les 36,7 millions de personnes vivant avec le VIH, seules 20 millions bénéficient d’un traitement antirétroviral dont 11 millions grâce aux programmes financés par le Fonds mondial ;
● 10,4 millions de nouveaux cas de tuberculose ont été constatés et 1,7 million de personnes en sont décédées ;
● 216 millions de cas et 445 000 décès dus au paludisme ont été constatés, dont environ 90 % en Afrique subsaharienne. Le paludisme est présent dans 91 pays.

 

Pays :