L’ACT fait un sort à l’industrie du tabac

Publié par jfl-seronet le 01.04.2018
9 483 lectures
Notez l'article : 
0
 
Produitstabaccigarettes

Le gouvernement s’est engagé dans une politique d’augmentations régulières des prix du tabac pour atteindre le prix de dix euros le paquet. Il considère que c’est un moyen efficace de faire baisser la consommation de tabac — ce qui est vrai. Cette politique de santé publique se trouve, à chaque augmentation, contestée par les industriels, les vendeurs, qui avancent des arguments surprenants, caricaturaux voire fallacieux. Il est vrai que pour eux il s’agit de commerce, pas de santé. Récemment l’Alliance contre le tabac (ACT) a publié un document où sont démontés les arguments du lobby pro-tabac : "Mythes & réalités liés à l’augmentation des prix du tabac".

"L’utilisation de la fiscalité comme un outil de santé publique pour atteindre un objectif de 10 euros par paquet de cigarettes (...) est un signal fort de la poursuite des efforts en matière de prévention du tabagisme", se félicitent les associations réunies au sein de l’Alliance contre le tabac (1), le 28 février dernier. Et son président, le Pr Loïc Josseran, parle même de "décisions fortes et novatrices" portées par la ministre de la Santé. Bien entendu, reconnaît l’Alliance "les résultats de cet engagement ne seront visibles que dans quelques mois", mais surtout ce collectif entend rester mobilisé pour "rappeler que la fiscalité est au service de la prévention et non des intérêts financiers et commerciaux du lobby du tabac !" On le sait depuis le dernier projet de loi de financement de la sécurité sociale (PLFSS 2018), ce levier fiscal sera utilisé à plusieurs reprises d’ici 2020 pour atteindre le montant de 10 euros le paquet. Cet acquis, l’Alliance entend le préserver et le défendre dans l’opinion publique.

Pour l’ACT, il est clair que "les mythes dénigrants l’efficacité de cette mesure sont savamment entretenus par le lobby du tabac et au premier rang desquels nous retrouvons l’inefficacité du prix à réduire la consommation des fumeurs". Autrement dit, les hausses seraient inefficaces pour faire baisser la consommation. On se demande d’ailleurs, si c’est le cas, pourqu oi les industriels s’y opposent si fortement."Les études scientifiques sont formelles : toute augmentation significative du prix entraine une baisse de consommation. Et notamment chez les jeunes", rappelle l’ACT. "La décision de l’industrie de rogner sur ses marges pour limiter l’augmentation et maintenir un prix "attractif" est bien la preuve de cette crainte de l’effet prix", constate d’ailleurs le collectif.

L’explosion de la contrebande est le deuxième gros argument de l’industrie du tabac pour expliquer que la baisse de consommation imputée à l’augmentation des prix serait "un faux-semblant, car compensée par l’explosion des marchés parallèles échappant à toutes mesures, contrôles et de plus perte sèche pour l’Etat". Pour l’ACT : "la contrebande résulte principalement de l'activité du crime organisé et de la volonté des Etats de s’impliquer dans la lutte contre cette délinquance". Elle considère même que cet argument est un "mensonge". Pour avancer cela, l’ACT a regardé au Nord de l’Europe. "Malgré des prix du tabac et des taxes très élevés la contrebande est quasi-inexistante dans les pays scandinaves. La France n’est pas moins tolérante que les pays du Nord, et les Douanes françaises n’ont jamais publié de chiffre supérieur à 5 % pour la contrebande du tabac, loin des 15 % évoqués de façon récurrente par l’industrie du tabac", tacle l’ACT.

Pour le collectif, les "industriels du tabac cherchent en permanence à maximiser leurs profits au mépris de la santé publique, en manipulant à leur avantage les informations pour tromper et voir continuer à fumer les Français". Rappelons simplement que le tabagisme, qui tue un consommateur sur deux, est la première cause de mortalité évitable, causant 73 000 décès prématurés par an. Et cela, l’industrie du tabac ne le mentionne jamais.

(1) : On trouve notamment le Respadd, Hauts-de-France Addictions, la ligue contre le cancer, la Mutualité française, le Cespharm, la Société francophone de tabacologie, la Fédération française de cardiologie, la SFSP, etc.

Pourquoi augmenter la fiscalité ? Les arguments de l’ACT
Une augmentation de 10 % du prix du tabac entraîne une baisse globale de la consommation de 4 %, et favorise : la prévention de l’initiation au tabagisme des jeunes non-fumeurs ; l’impact sur la consommation des jeunes et des plus fragiles ; la réduction du nombre de personnes fumeuses par l’arrêt de leur consommation ; la diminution de la consommation moyenne des personnes fumeuses.

Hausse de la fiscalité et commerce illicite, la vérité décryptée… Les arguments de l’ACT
L’opinion fait l’amalgame entre commerce illicite ou trafics et achats transfrontaliers ; le commerce illicite ou trafics = contrebande + contrefaçon + fabrication illégale ; la contrebande encourage la consommation en mettant à disposition du public des cigarettes moins chères ; les cigarettes, qu’elles soient authentiques ou contrefaites, sont des produits extrêmement toxiques ; dans le cas des achats transfrontaliers, les acheteurs paient les taxes, mais profitent du différentiel de taxation existant entre les Etats membres ; les achats transfrontaliers sont autorisés jusqu’à une certaine limite au niveau européen ou en zones franches (duty free) ; l’industrie du tabac a été condamnée à de nombreuses reprises pour l’organisation de la contrebande de ses produits ; les industriels du tabac, dès lors qu’il ne s’agit pas d’une copie de leurs produits, profitent des trafics : ils vendent leurs produits en réalisant une marge bénéficiaire encore plus grande en l’absence de paiement des taxes ; dans le monde, 12 % des 6 000 milliards de cigarettes commercialisées chaque année font l’objet de commerce illicite (OMS, estimation 2008) ; en France, la contrebande et la contrefaçon des produits du tabac sont respectivement évaluées à moins de 5 % et de 1 % des achats en dehors des débits de tabac (Bercy, OFDT 2011).

 

Commentaires

Portrait de IMIM

bientôt moins cher de fumer de la marijuana en France!!!mdr

Ds les pays sacndinaves et également au Canada, les gens la consomme en décoctions,  ds les gateaux, etc....D'ailleurs il y a un projet de loi fédérale

Les canadiens fument moins (?), mais ils boivent .......
Au sujet de l'alcool

 "Le moment est peut-être mal choisi dans le contexte où, dans moins d’un an, le cannabis pour des fins récréatives sera rendu légal, ajoute Pierre Olivier Fortin, conseiller en communications à CAA-Québec. »

Regardons également le taux de chomage des pays scandinaves.....
Il est établit que le tabagisme touche essentiellemnt les populations les + précaires, tt comme l'obésité, par ex.