L’Onusida dévoile son rapport "Blind spot"

Monde Publié par jfl-seronet 1008 lectures
Notez l'article : 
5
 
A -
A +

Baptisé "Blind spot" (pour angle mort), un rapport, tout récent, de l’Onusida, publié à l’occasion de la Journée mondiale de lutte contre le sida affirme que les hommes ont moins de chances d'avoir accès au traitement contre le VIH et sont plus susceptibles de décéder de maladies associées au sida. Explications.

Pour le 1er décembre 2017, l’Onusida a publié un nouveau rapport indiquant que les hommes sont moins susceptibles d’effectuer un dépistage du VIH ou d’accéder à un traitement antirétroviral, et plus susceptibles de décéder de maladies associées au sida que les femmes. Ce rapport, baptisé "angle mort" ("Blind spot") met en lumière le fait qu’à travers le monde, moins de la moitié des hommes vivant avec le VIH sont sous traitement. Les femmes sont elles, à 60 % sous traitements. Les études montrent que les hommes sont plus susceptibles que les femmes de débuter le traitement tardivement, de l’interrompre et d’être perdus de vue au cours du suivi du traitement.

"Lutter contre les inégalités qui mettent en danger les femmes et les filles face au VIH reste la priorité absolue de la riposte contre le sida", rappelle souvent Michel Sidibé, directeur exécutif de l'Onusida. Mais il n’en demeure pas moins qu’il existe un "angle mort concernant les hommes". "Les hommes n’utilisent pas les services destinés à la prévention du VIH ou au dépistage du VIH, et ils n’ont pas accès au traitement de la même manière que les femmes", note-t-il.

En Afrique subsaharienne, les hommes et les garçons vivant avec le VIH ont 20 % de chances en moins de connaitre leur état sérologique que les femmes et les filles séropositives au VIH, et sont moins susceptibles à 27 % d’avoir accès au traitement. Au KwaZulu-Natal, province dont la prévalence au VIH est la plus élevée en Afrique du Sud, seul un homme sur quatre âgé entre 20 et 24 ans vivant avec le VIH a appris qu'il avait contracté le virus en 2015, rappelle le rapport de l’institution onusienne. En Afrique Centrale et de l’Ouest, seuls 25 % des hommes vivant avec le VIH ont accès au traitement. "Lorsque les hommes ont accès aux services de traitement et de prévention du VIH, apparait alors un triple dividende", explique Michel Sidibé. "Ils se protègent eux-mêmes, ils protègent leurs partenaires sexuels et ils protègent leurs familles".

Le rapport "Blind spot" met en évidence des données issues de l’Afrique subsaharienne, indiquant que l’utilisation de préservatifs durant les rapports sexuels avec un partenaire non régulier est faible parmi les hommes plus âgés, qui sont également plus susceptibles de vivre avec le VIH. Ainsi, 50 % des hommes âgés de 40 à 44 ans et 90 % des hommes âgés de 55 à 59 ans ont déclaré ne pas utiliser de préservatif. Ces données sont conformes aux études indiquant un cycle de transmission du VIH des hommes plus âgés vers les femmes plus jeunes, et des femmes adultes vers les hommes adultes d’âge similaire dans des zones à forte prévalence du VIH, insiste l’Onusida.

Le rapport "Blind spot" montre également que la prévalence du VIH est constamment plus élevée parmi les hommes dans les populations clés (Hommes aynat des relation sexuelles avec d’autres hommes, par exemple). En dehors de l’Afrique du Sud et orientale, 60 % de la totalité des nouvelles infections du VIH parmi les adultes touchent les hommes. "Blind spot" souligne les difficultés particulières auxquelles les hommes vivant dans les populations clés sont confrontés pour avoir accès aux services de VIH, parmi lesquelles la discrimination, le harcèlement et le refus des services de santé. Ainsi, les hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes sont 24 fois plus susceptibles de contracter le VIH que les hommes dans la population générale.

Dans plus d’une douzaine de pays, la prévalence nationale du VIH parmi les hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes est de 15 % ou plus. Parallèlement, des études récentes ont remarqué que l’utilisation de préservatif a diminué en Australie, en Europe et aux Etats-Unis. Aux Etats-Unis, par exemple, le pourcentage d’homosexuels séronégatifs et d'autres hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes sans utiliser de préservatif a augmenté, passant ainsi de 35 % à 41 % entre 2011 et 2014.

Par ailleurs, le rapport "Blind spot" indique qu’environ 80 % des 11,8 millions de personnes qui s'injectent des drogues sont des hommes et que la prévalence du VIH parmi ces personnes dépasse 25 % dans de nombreux pays. L’utilisation du préservatif est presque invariablement faible parmi les personnes qui s'injectent des drogues et le pourcentage d’hommes qui s’injectent des drogues utilisant du matériel d'injection stérile durant leur dernière injection de drogues varie selon les pays. En Ukraine par exemple, le pourcentage d’hommes qui s’injectent des drogues ayant utilisé une aiguille stérile durant la dernière injection dépassait largement les 90 %, tandis qu’aux Etats-Unis, seuls 35 % environ en utilisaient, détaille le document. En prison, où 90 % des personnes détenues sont des hommes, la prévalence du VIH est estimée entre 3 % et 8 %. Les préservatifs et les services de réduction des risques sont rarement rendus disponibles auprès des personnes détenues.

Comment expliquez ce retard, notamment en matière de dépistage ? C’est assez simple du point de vue de l’Onusida. "Tandis que le dépistage du VIH a été en mesure d’impliquer les femmes, et notamment les femmes utilisant les services prénataux, les mêmes points d'entrée n’ont pas été trouvés pour les hommes, limitant de ce fait l’utilisation du dépistage du VIH parmi les hommes", avance l’institution. S’ensuit cette explication du patron de l’Onusida, dont les généralités forcent un peu le trait : "Le concept nocif de la virilité et des stéréotypes masculins créent les conditions pour transformer la sexualité sans risques, le dépistage du VIH et le suivi du traitement, ou même simplement le fait d’avoir une conversation sur la sexualité en véritables défis pour les hommes".

Autre explication avancée : un rapport différent à la santé. "Les hommes consultent les services de soins de santé moins fréquemment que les femmes, ont moins de contrôles de santé et sont diagnostiqués d’une maladie mortelle à des stades plus tardifs que les femmes", constate l’Onusida, qui cite l’exemple de l’Ouganda. Dans ce pays, certains hommes ont déclaré préférer éviter de connaître leur état sérologique et  de recevoir des traitements vitaux car ils ont associé le fait de vivre avec le VIH avec la stigmatisation de l’émasculation. Par ailleurs, une étude menée en Afrique du Sud a montré que 70 % des hommes décédés de maladies associées au sida n’ont jamais cherché à soigner le VIH. Le rapport recommande tout particulièrement aux programmes sur le VIH d’accélérer l’utilisation des services de santé par les hommes et d’en faciliter la disponibilité. "Cela comprend la mise à disposition de services de santé sur mesure, notamment la prolongation des heures ouvrables, l’utilisation des pharmacies pour fournir des services de santé aux hommes, l’implication des hommes dans leurs lieux de travail et leurs loisirs, notamment les bars et les clubs de sport, et l’utilisation de nouvelles technologies de communication telles que les applications sur téléphone mobile", avance le rapport "Blind spot". Pour l’Onusida, il s’agit aussi de contribuer"à un contexte politique et juridique favorable, qui lutte contre les obstacles communs dans l'accès aux services de VIH, notamment pour les populations clés, et qui soit en mesure de répondre aux besoins et aux réalités des hommes et des garçons. En toute logique, le rapport indique qu’en "permettant aux hommes de demeurer séronégatifs, d’être dépistés régulièrement et de débuter et de rester sous traitement s’ils sont diagnostiqués séropositifs, les bénéfices ne vont pas seulement améliorer les résultats en matière de santé des hommes, mais ils contribueront également à réduire les nouvelles infections du VIH parmi les femmes et les filles et à transformer les normes sexuelles préjudiciables".

 

Pays :