Médicaments : des pictogrammes "femme enceinte"

Publié par jfl-seronet le 22.10.2017
3 989 lectures
Notez l'article : 
0
 
Thérapeutiqueagent tératogènegrossesse

Depuis le 17 octobre, un pictogramme "femme enceinte" est apposé sur les boîtes de médicaments présentant des risques pour les femmes pendant leur grossesse, a annoncé la Direction générale de la santé (DGS) dans un communiqué, mi octobre. Ces dessins sont "apposés par les laboratoires sur les médicaments concernés". Cette mention a été décidée afin d’offrir "une meilleure visibilité de l'information relative à ces risques". Il ne s’agit pas de la mention de nouveaux risques, puisque ceux-ci sont déjà signalés dans la notice du médicament, mais d’une meilleure visibilité de l’information.

Il y a deux types de dessins. Le premier est un pictogramme "danger" (une silhouette de femme enceinte dans un triangle rouge), pour signaler "aux patientes que le médicament doit être utilisé uniquement s'il n'y a pas d'autre médicament disponible".

Le second est un pictogramme "interdit", qui "signale aux patientes que le médicament ne doit pas être utilisé" au cours de la grossesse. L’apposition de ce pictogramme concernera "une large part de la pharmacopée" pour rappeler que "l'utilisation de médicaments pendant la grossesse n'est pas banale et nécessite l'avis d'un professionnel", précise la DGS. Ainsi, 60 % des médicaments sur le marché comporteront un pictogramme grossesse, dont un tiers le pictogramme "interdit" et deux tiers le pictogramme "danger", est-il précisé dans un questions-réponses mis en ligne sur le site du ministère de la Santé. Outre les femmes enceintes, certains de ces avertissements pourront concerner les adolescentes ou les femmes en âge de procréer, et sans contraception efficace, ce qui sera précisé sur la boîte. 



Je suis enceinte, je prends ou j’ai pris un médicament sur lequel figure un des deux pictogrammes

● Dans tous les cas n’arrêtez pas ou ne modifiez pas votre traitement sans avis médical. Vous risquez alors de perdre les effets bénéfiques de votre traitement et voir réapparaître des symptômes, ce qui peut être néfaste pour vous et/ou votre enfant à naître, indique la DGS
● Si vous prenez déjà un médicament (avec ou sans ordonnance) sur lequel figure un pictogramme, parlez dès que possible de votre grossesse à votre médecin. Il vous informera des alternatives possibles, des avantages et des inconvénients connus de chaque solution, qu’elle soit médicamenteuse ou non. Si un traitement vous est indispensable, votre médecin vous proposera le plus sûr pour vous et pour votre enfant à naître. Si nécessaire, il vous orientera vers des professionnels de santé spécialisés.
● L’automédication est déconseillée. Si vous ne prenez pas de traitement, n’en débutez pas un sans l’avis préalable d’un professionnel de santé (même s’il s’agit d’un médicament vendu sans ordonnance).
● La découverte d’une grossesse ne doit en aucun cas vous amener à arrêter le médicament qui vous a été prescrit ou à modifier les doses prescrites, sans avis médical, insiste la DGS. Elle recommande de demander conseil à un professionnel de santé (médecin, pharmacien, sage-femme), il connaît les risques pour vous et l’enfant à naître.

Je suis enceinte et j’ai pris un médicament interdit pendant la grossesse

La DGS recommande de contacter immédiatement un professionnel de santé, il vous conseillera ou vous orientera vers des spécialistes afin de vous apporter un avis personnalisé. En effet, le risque n’est jamais de 100 %. L’analyse de la situation doit être réalisée au cas par cas et nécessite une expertise spécifique, qui prend en compte de nombreux paramètres (le médicament lui-même, la période d’exposition au cours de la grossesse, la dose de médicament, etc.) et qui pourra conduire à un suivi adapté de votre grossesse.

Votre médicament n’a pas de pictogramme sur la boîte, est-il complètement sûr pour votre enfant à naître ?

L’absence de pictogramme sur la boîte de médicament ne signifie pas absence certaine de risque, précise la DGS. Comme tout médicament, la prise de médicament peut entraîner des effets indésirables. Aussi, d’une façon générale, il est préférable d’éviter la prise de médicament pendant la grossesse et de toujours demander conseil à un professionnel de santé (médecin, pharmacien, sage-femme) lorsqu’on doit en prendre.

Vous souhaitez avoir un enfant et vous prenez un médicament sur lequel figure le pictogramme "Femme enceinte"

Si vous planifiez une grossesse et que vous prenez un traitement, parlez-en à votre médecin qui évaluera la nécessité ou non de poursuivre le traitement et d’envisager des alternatives éventuelles médicamenteuses ou non.

Auprès de qui me renseigner sur ces nouveaux pictogrammes ?

N’hésitez pas à vous rapprocher de votre médecin ou pharmacien ou sage-femme qui pourra répondre à vos questions. Si un traitement est nécessaire, parlez-en avec eux, ils connaissent les risques pour vous et votre enfant à naître.

Deux autres types de pictogrammes existent déjà pour certains médicaments : l'un pour alerter les patients des risques encourus au volant (trois niveaux de risque) et l'autre pour mettre en garde contre la sensibilité au soleil des zones traitées.

Les services du ministère de la santé ont réalisé un dépliant d’information et une affichette. Par ailleurs, la DGS rappelle que les médicaments dangereux pendant la grossesse sont répertoriés sur le site du Centre de référence sur les agents tératogènes (CRAT).

Concernant les traitements anti-VIH et la grossesse, on vous conseille de vous reporter au rapport d’experts Morlat 2013 (chapitre Désir d’enfant et grossesse) qui propose notamment un paragraphe complet (pages 308 et 310) avec des informations sur la tolérance des antirétroviraux pendant la grossesse.