Sénégal : protestations du CNS et de l'ANRS

Publié par jfl-seronet le 16.01.2009
1 573 lectures
Notez l'article : 
0
 
Les protestations contre la condamnation de neuf homosexuels au Sénégal à huit ans de prison ferme se poursuivent. Le 15 janvier, le Conseil national du sida (CNS) et l'Agence nationale de recherche sur le sida (ANRS) ont fait part de leur inquiétude et demandent aux autorités françaises et sénégalaises de réagir.

Le Conseil national du sida a demandé, le 15 janvier,  au gouvernement français de "réagir" suite à la condamnation à Dakar de neuf homosexuels sénégalais engagés dans la lutte contre le sida. Le Conseil national du sida (CNS) "dénonce cette décision des autorités judiciaires sénégalaises" qui "porte gravement atteinte aux droits élémentaires des personnes, apparaît nuisible en termes de santé publique et constitue un signal politique désastreux à l'échelle du continent africain". "La discrimination et, en l'espèce, la criminalisation de n'importe quel groupe d'individus contribue au développement de l'épidémie en rendant ces groupes plus vulnérables, en dégradant leurs conditions d'existence, en entravant l'accès à l'information, à la prévention et aux services de santé", note le CNS. Jean-François Delfraissy, directeur de l'Agence nationale de recherche sur le sida a, quant à lui, manifesté son "inquiétude" et sa "consternation". Jean-François Delfraissy se dit "profondément attristé" par le "recul" des autorités sénégalaises depuis la conférence ICASA de Dakar, où un prix avait été remis par la première dame du Sénégal à une équipe africaine de chercheurs travaillant sur l'homosexualité. "En freinant le droit de chacun à la liberté sexuelle, cette condamnation freine les efforts déployés, notamment en recherche, pour améliorer la prévention et la santé publique", écrit-il dans une lettre au coordonnateur du site de l'ANRS au Sénégal, le Dr Ibra N'Doye.