Testing : ces praticiens qui ont une dent contre les séropos !

18 807 lectures
Notez l'article : 
4.666665
 
Initiativerefus de soinsdentiste

Elle vit avec le VIH. Elle a appelé un dentiste qu’elle ne connaît pas pour un rendez-vous pour un détartrage. Au cabinet dentaire, on lui a répondu : "Vaudrait mieux que vous alliez à l’hôpital. Moi, j’ai pas l’habitude de soigner ces patients. C’est pareil pour ceux avec des hépatites". Autre personne, autre cabinet dentaire. Là, la secrétaire lui a dit à propos de la dentiste : "Ah par contre… Elle a pas le droit. C’est une jeune ! Elle est pas encore assez formée. Faudrait voir à l’hôpital civil, vous serez mieux pris en charge".  D’autres exemples, il y en a encore. Ils sont issus d’une opération de testing conduite en avril dernier par Aides dans des centaines de cabinets dentaires. Cette initiative, Aides l’a prise pour peser sur les débats en cours sur la loi Santé pour enfin lutter efficacement contre ces refus de soins qui pénalisent au premier chef les personnes vivant avec le VIH et les hépatites virales. Constat, méthodologie du testing, résultats, recommandations. On vous dit tout !

Ces dernières années, chaque projet de loi de Santé (la loi HPST en 2009, par exemple) a prétendu s’attaquer au problème des refus de soins dont sont victimes de nombreuses personnes de la part de certains praticiens. Aussitôt les lobbies pro-médecins sont montés au créneau pour affirmer que ce n’était pas bien de jeter l’anathème sur l’ensemble d’une profession, que le phénomène des refus de soins était très surévalué… Bref, ils ont tout fait pour que rien ne change… Ils s’y sont si bien pris que les avancées pourtant prévues dans la loi Bachelot (HPST) ont capoté, et que les mesures envisagées dans la loi Santé défendue aujourd’hui par Marisol Touraine sont insuffisantes, très en deçà des enjeux. Pourtant, contrairement à ce que prétendent les syndicats de médecins et les défenseurs corporatistes en blouse blanche : les refus de soins ne sont pas une légende. Le problème a d’ailleurs été identifié et décrit dans plusieurs rapports officiels (Fonds CMU, etc.). Reste que le plus souvent, ce phénomène est mal documenté. C’est cette lacune que Aides et ses militants ont voulu contribuer à combler.

Face aux cas récurrents de refus de rendez-vous ou de discriminations rapportés par les personnes vivant avec le VIH dans leur accès à des soins dentaires, et à l’occasion du projet de loi Santé actuellement en débat au Parlement (il passe dans quelques semaines au Sénat), Aides a décidé de monter au front sur cette question. Le déficit de consensus et de connaissances sur la nature et l’ampleur des refus de soins à l’encontre des personnes vivant avec le VIH est d’abord dû à une pénurie d’études officielles. Il en existe, mais elles sont partielles et documentent mal l’ampleur du phénomène. Ce déficit s’explique aussi par le fait que les pratiques discriminatoires, et donc illégales, sont difficiles à prouver.

Refus de soins : une pratique discriminatoire illégale

Différentes dispositions légales garantissent l’accès aux soins pour tous. Refuser d’accorder un rendez-vous médical sans justification médicale ni orientation précise vers un confrère est considéré comme une pratique illégale, contraire à la déontologie. L’article L1110-3 du code de la santé publique proscrit toute discrimination dans l’accès à la prévention et aux soins, sous peine de sanctions civiles et pénales : les professionnels de santé ne peuvent refuser de soigner une personne au motif de son "origine, sexe, situation de famille, état de santé, handicap, mœurs, orientation ou identité sexuelle, […]" ou par le fait que cette personne bénéficie de la CMU-C (couverture maladie universelle complémentaire), de l’AME (aide médicale d’Etat) ou de l’ACS (aide à la complémentaire santé). A défaut, il est possible de déposer une plainte auprès du directeur de la caisse primaire d’assurance maladie ou du conseil de l’ordre dont dépend le praticien. De son côté, une circulaire de la caisse nationale d’assurance maladie des travailleurs salariés (CNAMTS CIR-33/2008), relative aux refus de soins à l’encontre des bénéficiaires de la CMU-C, donne une définition des refus de soins, incluant "la fixation tardive, inhabituelle et abusive d’un rendez-vous ; l’orientation répétée et abusive vers un autre confrère ; l’attitude et le comportement discriminatoire du professionnel de santé ; etc."

En l’absence de recommandations spécifiques pour le VIH : les précautions standard s’appliquent

Le Haut conseil de la santé publique (HSCP) a publié en 2007 un avis concernant la pratique dentaire "ne recommandant pas l’instauration d’un ordre de passage pour tout patient porteur des virus VHC, VHB ou VIH lors d’actes invasifs médico-chirurgicaux. En revanche, il considère comme une priorité l’application des précautions standard et le respect des mesures de prévention de la transmission croisée" (on parle aussi d’infections nosocomiales, infections contractées à l’hôpital, dans une structure de soins).

Dans son guide de prévention des infections liées aux soins réalisés en chirurgie dentaire et stomatologie (juillet 2006), le ministère de la Santé présente les recommandations nécessaires à la prévention de la transmission d’agents pathogènes, lors de la réalisation de soins dentaires en cabinets libéraux, centres de santé dentaire et services hospitaliers. La prévention de la transmission de virus à l’occasion des soins dentaires nécessite le strict respect des mesures de précautions standard (hygiène des mains,  protection individuelle, gestion de l’environnement, prévention des accidents avec exposition au sang) et des bonnes pratiques en matière de prise en charge des dispositifs médicaux réutilisables (pré-désinfection, nettoyage et stérilisation des dispositifs médicaux réutilisables). Ces mesures doivent être garanties systématiquement et sans compromis pour chaque patient, quel que soit son statut infectieux connu ou présumé. Aujourd’hui en France, sur les 150 000 personnes contaminées par le VIH, on estime entre 30 000 et 50 000, les personnes qui ne le savent pas. En France, environ la moitié des personnes vivant avec une hépatite virale B ou C l’ignorent. Il apparait ainsi comme légitime d’harmoniser les pratiques de soins, indistinctement du statut sérologique de la personne.

L’enquête de Aides : une question de méthode

Afin de parvenir à établir l’existence de traitements différenciés dans l’accès aux soins dentaires entre des personnes vivant avec le VIH et des personnes présumées séronégatives, Aides a recouru à une méthodologie fondée sur l’observation de pratiques de prise de rendez-vous en situation réelle. Le choix s’est porté sur un testing téléphonique comparant les réactions des dentistes et de leurs secrétaires médicaux, envers deux personnes ayant les mêmes caractéristiques sociodémographiques (âge, sexe, prénom, nom, catégorie socioprofessionnelle, couverture maladie), suivant des scénarios identiques, mais se distinguant par leur statut sérologique pour le VIH, l’une annonçant sa séropositivité au téléphone, l’autre ne disant rien. Le choix qui a été fait d’annoncer la séropositivité pour le VIH dans un des scénarios, lors de la prise de rendez-vous, était justifié par les témoignages de personnes vivant avec le VIH, qui, trop souvent exposées à la stigmatisation et la discrimination de la part de professionnels de santé, préfèrent éviter un refus frontal face au médecin dans son cabinet.

Les critères du "testing"

Une enquête de type testing a donc été menée par 34 testeurs (militants de Aides) répartis en 17 testeurs "séropositifs au VIH" (dont 16 hommes et 1 femme) et 17 testeurs "ne déclarant pas leur sérologie au VIH" (dont 12 hommes et 5 femmes). Au total, 570 cabinets dentaires (20 % de dentistes et 80 % de secrétaires) dans 20 villes françaises ont été contactés par téléphone entre le 7 et le 14 avril 2015 pour une prise de rendez-vous médical pour un détartrage.

Le choix des villes s’est fait en plusieurs étapes
Le découpage des régions en fonction de trois indicateurs : le nombre d’habitants, l’incidence VIH et la densité médicale départementale pour la chirurgie dentaire ;
L’identification, pour chaque région, d’un département à haute densité médicale et d’un département à faible densité médicale ;
Le choix des chefs-lieux de chacun de ces départements comme de ville pour effectuer l’enquête. Pour les trois plus grandes villes de France (Paris, Lyon, Marseille), un découpage par arrondissement selon le niveau de richesse (riche, moyen, faible) a été réalisé.

La sélection des praticiens
La base de sondage a été réalisée à partir de l’ensemble des chirurgiens-dentistes, exerçant en secteurs 1 et 2, conventionnés pour les soins dentaires classiques, présents dans les villes sélectionnées. Pour l’ensemble des secteurs géographiques, 2 297 chirurgiens-dentistes ont été recensés. Afin de créer un échantillon représentatif de cette profession, 30 % des chirurgiens-dentistes ont été tirés au sort de manière aléatoire.

Le choix d’un motif simple de consultation : le détartrage
En concertation avec des médecins ayant participé au groupe de travail de préparation de l’opération, il a été volontairement décidé de choisir un acte médical simple ne traduisant pas une situation grave d’intervention, ne justifiant pas d’orientation vers un médecin spécialiste, vers un plateau technique particulier ou vers un service d’urgences.

Le déroulé du testing
Il s’est déroulé, par téléphone portable, sur quelques jours pour garantir la confidentialité de l'opération, du 7 au 10  avril 2015. Un même praticien (dentiste) a été appelé deux fois, au cours de la période, par deux personnes différentes : une fois par une personne supposée séronégative au VIH, une fois par une personne se présentant comme séropositive au VIH, ces deux personnes ayant une identité similaire hormis le statut sérologique. Chaque appelant s’est appuyé sur un script soumis à un groupe de médecins spécialistes (en chirurgie dentaire, santé publique). Les échanges téléphoniques ont été enregistrés, et le contenu des échanges a été retranscris dans une base de données afin de recueillir de façon standardisée les informations nécessaires. Une fois la semaine de testing passée, les rendez-vous fixés ont été annulés, afin de ne pas pénaliser les "vrais" malades ou les médecins dans la gestion des rendez-vous médicaux.

Le testing "Dentistes" en résultats

Parmi les 570 cabinets de chirurgiens-dentistes contactés, un certain nombre a été exclu en raison de non réponses aux appels, de la spécialité dentaire non conforme, de fermeture ou de congés. L’effectif final des praticiens retenus s’élève donc à 440 pour les chirurgiens-dentistes.
33,6 % de refus de soins (directs ou déguisés) imputables au VIH ;
16,8 % de discriminations et de disparités de traitement en raison du statut sérologique.

Les refus de rendez-vous

Parmi les refus de rendez-vous, qui aboutissent finalement à des refus de soigner, on distingue deux catégories :

Les refus directs
Les prises de rendez-vous par les personnes vivant avec le VIH et les vérifications téléphoniques par les personnes supposées séronégatives confirment des situations de refus directement imputables au VIH. Parmi les dentistes/secrétaires, 3,6 % (soit 16 sur 440) ont refusé de recevoir des patients en raison de leur séropositivité au VIH. Les motifs invoqués ont été soit, annoncés de manière frontale lors de la demande de rendez-vous, soit mis en évidence par l’observation de traitement différenciés entre le testeur séropositif au VIH et son binôme ne déclarant pas sa sérologie au VIH.

Les refus déguisés
Si l’on considère la définition des refus de soins donnée par la circulaire CNAMTS (caisse nationale d’assurance maladie des travailleurs salariés), de nombreux  praticiens dérogent au code de déontologie en invoquant des motifs douteux. Ces pratiques constituent de véritables stratégies de découragement induisant des refus de soins déguisés : horaires contraignants (en fin de journée) ; dépassements d’honoraires ; assurance de la solvabilité financière. La réorientation vers un service hospitalier ou un confrère, prétextant un manque de connaissance de la pathologie et de sa prise en charge, un matériel non adapté ou la dangerosité des soins constitue également contribue également à générer un sentiment de rejet pour les personnes vivant avec le VIH. Parmi les dentistes/secrétaires, 30 % (soit 132 sur 440) ont invoqué un refus déguisé à l’encontre des personnes vivant avec le VIH.

Les discriminations et disparités de traitement à l’égard des patients séropositifs au VIH

Les pratiques discriminatoires à l’égard des personnes vivant avec le VIH sont moralement, éthiquement et pénalement tout aussi condamnables que les refus de soins. Rien ne justifie des propos désobligeants, des atteintes au secret médical ou la mise en place de protocoles spécifiques d’hygiène. Ces disparités de traitement ont été, soit annoncées de manière claire et explicite lors de la prise de rendez-vous, soit mises en évidence par l’observation de traitements différenciés entre le testeur séropositif au VIH et son binôme ne déclarant pas sa sérologie au VIH. Parmi les dentistes/secrétaires, 16,8 % (soit 74 sur 440) ont invoqué au moins un motif jugé discriminatoire :
- La méconnaissance du VIH qui aboutit à des mauvaises pratiques dans la relation avec le patient (manque d’informations et de formation du personnel soignant, questions intrusives, mises en attente).
- La divulgation du statut sérologique est une véritable atteinte au secret médical. Le non-respect du secret médical et la divulgation de la séropositivité dans un carnet de rendez-vous correspondent à un acte discriminant qui génère des sentiments de différence et d’exclusion.
Il existe aussi, à l’encontre des mesures de précautions standard, des protocoles spécifiques d’hygiène pour les personnes séropositives au VIH (stérilisation, durée du soin, matériel …) qui témoignent d’une manque de connaissances et de compétence des règles fondamentales d’hygiène et de stérilisation.

Conséquences pour les personnes vivant avec le VIH

Pour les personnes vivant avec le VIH, comme pour toute personne victime de refus de soins ou de discriminations, le sentiment de découragement et de résignation face à ces situations les poussent bien souvent à renoncer à des soins, alors qu’elles en ont besoin.

Les "bonnes pratiques" chez les médecins/secrétaires contactés

Si cette enquête a révélé l’existence de traitements différenciés entre les testeurs séropositifs au VIH et les testeurs ne déclarant pas leur sérologie au VIH, il est important de noter que de nombreux dentistes/secrétaires ont donné des rendez-vous aux testeurs séropositifs au VIH sans évoquer aucun des motifs jugés discriminatoires. Pour 57,9 % des dentistes/secrétaires, les pratiques de soin, l’accueil et la communication ont été conformes à la déontologie médicale. Certains ont aussi fait preuve de bienveillance avec une approche globale de la prise en charge médicale de la personne.

Quels enseignements tirer ?

Aujourd’hui, les refus de rendez-vous comme les discriminations à l’égard des personnes vivant avec le VIH sont d’autant plus inacceptables que les mesures de précaution standard ont été maintes fois rappelées par diverses instances publiques et scientifiques. Autrement dit, d’un point de vue scientifique : absolument rien ne justifie un traitement différencié entre personnes vivant avec le VIH, personnes qui ignorent leur statut et personnes séronégatives. Les règles d’hygiène, d’asepsie standard s’appliquent dans tous les cas. Ces mesures sont conçues pour prévenir le risque de transmission du VIH (du patient au personnel dentaire, du personnel dentaire au patient et d’un patient à l’autre). Ceci est d’autant plus important qu’environ un quart des personnes vivant avec le VIH ignore qu’elles en sont atteintes. Cette ignorance de sa séropositivité concerne également les hépatites virales B et C. Les mesures de précaution standard doivent être garanties pour chaque personne quels que soient son état de santé, son statut sérologique.

Les résultats de ce testing prouvent qu’il existe une véritable méconnaissance du VIH dans certains cabinets dentaires, aussi bien de la part des dentistes que des secrétaires médicaux, aboutissant à des attitudes négatives et discriminatoires à l’égard des personnes vivant avec le VIH. Les arguments invoqués pour refuser les bénéficiaires AME, CMU-C, ACS sont avant tout d’ordre financier (délais de remboursement de l’Assurance maladie, pas de dépassement d’honoraires …). Les refus de soins opposés aux personnes vivant avec le VIH interrogent, eux, les pratiques éthiques et déontologiques et les connaissances médicales de certains professionnels de santé.

Refus de soins : les recommandations de Aides

Nos constats confirment la nécessité d'aller plus loin contre les refus de soins que la seule disposition actuellement envisagée dans le projet de loi santé. Si une évaluation des refus de soins doit être opérée, ce n'est certainement pas aux seuls ordres de s'en charger : l'objectivité et la neutralité invitent à ce que les associations de patients y soient étroitement impliquées. Autres avancées à apporter : adapter la définition légale des refus de soins, prévoir un accompagnement des personnes victimes de refus de soins par les associations, instaurer une base légale au testing autour d'un cahier des charges précis, renverser la charge de la preuve afin que ce soit aux médecins de prouver qu'ils n'ont pas refusé de soigner et non au patient qu'il a été refusé. Ces recommandations convergent avec celles formulées par le Défenseur des droits dans son rapport de 2014.

Refus de soins : mots pour mots
Voilà quelques propos entendus et notés par les testeurs lors des échanges avec certains dentistes ou leurs secrétariats. Panorama des refus.
La question des horaires : "Humm, faut que je vous rappelle. Le médecin voudra que je déplace l’heure…" ; "Plutôt fin de matinée ou début d’après-midi car ça nous fait plus de travail…"
Le VIH… ce grand méconnu : "Désolé mais le dentiste n’a pas la formation pour cette pathologie" ;"Ah par contre… elle a pas le droit. C’est une jeune ! Elle est pas encore assez formée. Faudrait voir à l’hôpital civil, vous serez mieux pris en charge" ; "Je vous rappelle pour annuler. Le dentiste préfère prendre seulement des personnes recommandées"
Le secret médical… pas très secret : "C’est noté pour la séropositivité"
Merci d’aller voir ailleurs : "Bon il vaut mieux que vous alliez dans un centre spécialisé, ils auront un matériel plus adapté" ; "C’est mieux pour vous si vous allez à l’hôpital. Vous serez mieux suivi"
Un luxe de précautions : "Je vous rappelle pour changer l’horaire : plutôt en fin de journée pour nous permettre de tout stériliser" ; "Les personnes comme vous, on préfère les mettre en fin de matinée, ça permet de nettoyer le cabinet…" ; "C’est gentil de prévenir, tout le monde ne le dit pas. (…). Au pire, on met deux paires de gants".

Commentaires

Portrait de la-vie-en-rose

Information relayée par la radio France-Info.

Reportage d'environ 5/10 minutes.

Portrait de jl06

nous aussi on peut joué(e) au con ...pas obligé d,anoncer à toute la galerie ! je parle pour des soins dentaires , et indetectable ,

Portrait de basique

ce qui est assez scandaleux, c'est que je crois qu'en 10 ans le conseil de l'ordre des dentistes n'aurait infligé qu'un seul Blâme!!! et comme la justice se retranche derrière la justice ordinale, et que celle-ci ne fait rien alors pourquoi ces "mauvais" dentistes se proveraient-il de continuer ?

Portrait de la-vie-en-rose

Je dirais même plus: on peut jouer les ROIS/REINES des cons quand on CONsulte pour la pose d'une COURONNE. 

Portrait de fighter48

Avant quand j'etais seronegatif, je ne posez pas la questions si le patient qui était avant moi avais le vih, est-on obligé de se justifier, pour ma part non !!! En plus ne sont t ils pas obligés de desinfecter leurs outils !! il me semble que oui, et si à cela on rajoute les patients qui ne se connaissent pas seropositif.
Un seronegatif demande t'il à son dentiste s'il a ses certificats de desinfection à chaque operation ???, non je pense pas, il faut faire confiance aussi aux praticiens.
Pour ma part j'ai fait le choix de ne rien dire à mon dentiste, pour l'instant.
Je le ferai s il venait à se tailler et que nos sang se mèlent.
C'est bien assez dur comme çà, je ne vais pas aller chercher la descrimination !!!

Par contre je serais curieux de savoir pour les emprunts bancaire, car là on est obligé de cocher la case avez vous le vih ??
S'il y a déjà eu un sujet sur le site merci de me le faire savoir.

Portrait de Sophie-seronet

Bonjour Fighter48,

Tu trouveras tous les forums sur le sujet des prêts bancaires, de la convention aeras et des assurances dans Sac de noeuds.

Bonne journée. Sophie

Portrait de didfie

 

J'habite à TOURS en Indre et Loire et je viens de lire sur le site internet de L a Nouvelle République quotidien local que 1 dentiste sur 3 refuserait de soigner les seropo.

 

Je pense qu'il faut faire changer les choses.

 

Quant à moi , j'ai de la chance , ma dentiste qui connait mon statut continue à me soigner.

 

Didier

Portrait de jl06

la vie  en rose , bravo pour t,on humour rose bien sur !!!

Portrait de Parisien75

J'ai écouté des extraits et je n'ai pas trouvé choquant qu'on propose les rendez vous de fin de journée ... Ok indetectables, mais je comprend la volonté d'appliquer le principe de précaution. A l'hôpital les patients "à risque" qu'ils soient S+ vHC VHB ou porteurs d'une bacterie résistante (porteurs sains) ils passent en dernier aux examens "invasifs" tels les endoscopies les colo .. Et ça a jamais choqué personne.. 

Cela ne concerne que moi mais je ne vois pas l'intérêt de mentionner la séropositivité dès la prise de rendez vous .. Dites le directement au dentiste à la limite, pas à sa secrétaire ! Et puis qu'est ce que cela change ? Il n'y a pas d'actes qui nécessite une antibiothérapie associée comme chez les porteurs de valve mecanique (à ce que je sache ) pas de risque de saignement plus que les autres ... Et puis ils portent des gants et quand au grand meme ils se couperaient .. CV < 20 ... Je ne dis pas qu'il faut leur faire courir un risque mais de là à annoncer la couleur partout ou on va ... 

Portrait de IMIM

est intrusif !!!!!

"Un 100% ? Pourquoi, comment, quand ou??????

"Ca n'a jamais choqué personne"!!!! ???? Tt dépends de quel coté de la barrière on se situe !!!!

Je ne trouve pas normal de passer en dernier lors d'une intervention chir.

Rester à jeun jusqu'à 16h, voir + Et ss boire... bj les reins !!!!

Il n'y a pas à opposer le principe de "précaution"

Le protocole de stérilisation doit être identique pour TOUS

S'il y a craintes, c'est que le taf est mal fait et que la confiance en l'équipe est moindre!!!!

G chopé un staphylocoque (pas doré) lors d'une intervention

Portrait de Sophie-seronet

Hello,

Je vous mets un lien vers le Grand Soir 3 de jeudi 4 juin, en présence de Paul Samakh, vice-président de l'ordre national des chirurgiens dentistes.

Cette opération de testing a été énormément reprise dans les médias au niveau national !

Bonne journée. Sophie

Portrait de narok

Il ne faut pas exagérer. Quelle drôle d'idée d'annoncer sa séropositivité au téléphone! C'est déjà sous-entendre qu'il y a un problème et que le dentiste pourrait avoir des raisons de refuser... Pour moi c'est chercher des verges pour se faire battre.

En ce qui me concerne, j'ai eu affaire à une grande variété de dentistes au cours des années. Je n'ai jamais annoncé ma séropositivité lors d'une prise de rendez-vous, ne serait-ce que pour préserver le secret médical. A partir du milieu des années 2000, un questionnaire obligatoire a été introduit, à remplir pour une première consultation. C'est là que j'ai indiqué que j'étais séropositif. Je n'ai jamais essuyé de refus. A la rigueur des remarques un peu douteuses sur les précautions de santé à prendre par les gens "comme moi", mais même ce genre d'attitude ambiguë je ne l'ai vécue qu'une poignée de fois.

Bien sûr, je vis dans une grande ville (Paris), et je ne dis pas que le problème n'existe pas parce que je n'en ai pas été victime. Je dis que si on milite pour l'absence de discriminations, il faut l'assumer jusqu'au bout et ne pas mettre en scène une situation qui peut justement les favoriser.  Nous n'avons pas à annoncer peureusement notre séropositivité au téléphone. Si des sourcils se haussent à la lecture du questionnaire, c'est à nous de hausser le ton. Si cela m'arrivait, je pense que je partirais en claquant la porte, mais en disant haut et fort que je le ferai savoir.

Portrait de IMIM

j'aurais passé ma vie à faire des procès à tt ce petit monde médical !!!!

D' une entrée pour une célioscopie, réveillée avortée, en passant par la dissimulation (hiv), les interventions ratées (d'ou patélectomie genou gauche),  les erreurs de diagnostics, les interactions médicamenteuses, les refus de soins, la maltraitance, la discrimination, le laxisme et dernièrement une grossière erreur d'ARV sur 3ans et un dossier médical de 20ans "égaré" !!!!!

Ils osent parler du code de déontologie !?!

En k de litiges, l'ordre des médecins peut faire tomber l'affaire ds le pourcentage d'erreurs médicales dont il bénéficie !!!

L'erreur est humaine !!MDR Mais LES erreurs à répétitions le sont-elles ?????

 Ils se couvrent les uns les autres

Je ne parlerais mm pas des secrétaires qui ne comprennent absolument rien des rapports médicaux qu'elles font D'ou erreurs


Tt ce que je veux c'est être soignée, opérée,  comme n'importe quel autre patient !!

Pendant des années je leurs est moi-mm trouvé des excuses

Mais ces 6dernières années ont contribuées à revoir mon jugement

Le monde médical est INTOLERANT, plein de préjugés et complètement abruti ! Et plus ils montent ds la hierarchie, et + ils les sont ! Imbus de leur savoir, de leur pouvoir Tt spécialités confondues !!! L'instruction ne rend pas intelligent

Pour en revenir aux dentistes, bien souvent la 1ère consult. consiste à faire le point sur ce qui doit se faire et est encaissée ("Mais vous avez une mutuelle !!)

Beaucoup refusent de faire un détartrage au 1er RDV

Mon petit fils à une carie Mais elle n'a pas été soignée, juste "détectée", bien que ce soit la raison de la visite, et le prochain rdv est en septembre!!!!!MDR

ABUSE !!

Portrait de frabro

Je n'ai jamais eu à subir aucune discrimination dans le monde médical, où je n'ai jamais disismulé ma séropositivité.

Que ce soit dans les grandes villes où les petites où j'ai vécu, j'ai toujours été accueilli comme n'importe quel patient et sans précautions d'horaires...

Il faut croire que je suis toujours tombé sur les 70 % de professions médicales intelligentes !

Il est vrai que je n'ai jamais annoncé quoi que ce soit au téléphone, mais toujours en face à face en regardant le professionnel de santé dans les yeux. C'est sans doute ça qui change la donne.

Portrait de IMIM

Tu fais parti des gens pour qui tt se passe toujours très bien

Quelle chance !!

Moi aussi j'annonce la couleur face à face Si je ne le dis pas c'est marqué en gros et en rouge sur les qq feullets que compte aujourd'hui mon dossier médical

30% de "professions médicales" qui ne respectent pas le code de déontologie, qu'ils se permettent de mettre en avant à tt propos!!?!

Voilà pouquoi rien n'évolue !

Ne pas vouloir prendre en compte des faits établis

Les labos sont des mécènes et le monde médical est leur saint !!!!!

Bienvenue ds le monde des bisounours !!!!!!mdr

Plutôt que de vouloir ridiculiser les "victimes" il serait tant de prendre les dispositions qui leurs seraient favorables

Si on avait laisser faire on serait encore en chambre stérile de nos jours!!!!!

Portrait de Aradia

Je n'ai jamais rencontré de problèmes pour mes soins,  j'annonce d'entrée que je suis séropositive.

J'ai aussi subi des interventions chirurgicales et à mon souvenir, je suis passée tôt le matin, pareil pour le dentiste, je passe à n'importe quelle heure.

J'aborde je sujet facilement avec les professionnels de santé ce qui doit certainement les rassurer.

La dernière fois, je suis allée faire mon bilan, à ma grande surprise la dame qui me prélevait a mit des gants,à vrai dire j'ai été un peu choqué, J'ai engagé la conversation et lui ai parlé du rapport Hirschel.

Quand je suis retournée la seconde fois pour mes analyses elle n'avait plus de gants, le message est passé !

Dans tout les cas je pense qu'il faut aborder le dialogue, comme pour n'importe quelle maladie, c'est ma façon à moi de faire évoluer les mentalités.

Idem pour une rencontre amoureuse, je le dit...comme ça c'est clair pas de fausse surprise !

Portrait de Parisien75

Je ne suis pas sur qu'inciter les infirmiers a ne pas porter de gants soit un message positif. Les anciens ne le font pas et je trouve ça quand même moyen autant pour moi que pour lui ! Il manipule quand même des aiguilles et du matériel qui va entrer dans mes veines. Ils devraient tous porter des gants, pour tout les patients, question d'hygiène et de sécurité. Pareil pour les dentistes .. J'ai été choqué d'entendre dans les écoutes "c'est bon, il va mettre des gants !" Ah Parce que d'habitude monsieur met ses mais dans la bouche sans gants ?!

Portrait de Aradia

Oui je sais ! Mais j'ai toujours vu les prélèvements  se faire sans gants... c'est mon côté " rentre dedans".

Cette dame a été de mauvaise foi quand je lui ai demandé pourquoi elle mettait des gants , elle m'a répondu  qu'elle avait fait de la ponceuse et que ses mains étaient irritées " je soupçonne un mensonge"!

Je conçois le principe de précaution aussi bien pour elle que pour moi, j'ai simplement voulu la rassurer  pour le VIH et lui faire comprendre que nous ne sommes plus en 1980 !

Portrait de IMIM

 bonjour la "démocratie sanitaire"!!!!!!

Vous avez les chiffres sous les yeux et vous démentez encore !!!

Vous vous retranchez derrière vos propres expériences.....

Je ne suis pas SDF, ni migrantes ni émigrée, et pourtant je soutien leur combat

Parce qu'en France, pays des droits de l'homme, il se passe des choses indicibles

Mais, bien sur, vous ne vous sentez pas concernés par ce qui se passe autour de vous !

Tout va très bien madame la baronne !!!

Mais vous avez été les premiers surpris par l'évènement "Charlie"!!??!!!Mm pas moi !!

Alors c'est sur, quand on s'appelle "Dupont", qu'on habite les "quartiers chics", qu'on vient de la part de .., et que ds la foulée de la sérologie par le sexe, (bien sur),  on  annonce son  "statut social" : La COREVIH !!!

Dont mm les  AS sont pleines de préjugés

Je c aujourd'hui pourquoi rien ne change !!

*** Un propos a été modéré ***

Moi aussi, j'ai toujours "afficher" ma sérologie, je discute j'explique et je fais passer des TAS DE MESSAGES

Mais est-ce à moi de faire l'éducation du milieu médical !!?????????????????

A partir du moment ou un doc dit "jpeux rien faire pour vous" !?!? Cest fermé 

C'est ce que je vis : rumato, neurologue, orl, virologue et médecins traitants

Non suleument ils ont laissé se dégrader ma santé pendant des années, mais ils ont épuisé mon énergie et ma patience

Je les méprise autant qu'ils en ont à mon égard ! Je ne leur dois rien, mm pas la vie qu'ils ont faillit me prendre concrètement  4 FOIS !

Je me fais opérer prochainement

Il est noté en rouge entouré S+ Ex tox et je passerais en dernier, comme TOUJOURS !

PS J'incite toujours à mettre des gants et je dis JE SUIS S+

Portrait de Aradia

Tout va bien pour moi... je ne vais pas nier le contraire !!! Je ne viens pas des quartiers chics et suis recommandées par personne...je m'assume point !

Pour info je ne fait pas de difference entre un PD, un toxico ou la personne qui a eue  le VIH par le sexe, peu importe.

Nous sommes tous dans le même bateau !

Je sais que des personnes connaissent la discrimination liée aux soins mais c'est à chacun de faire entendre sa voix .

Sympa ton jugement " ceux qui ne pensent pas comme nous sont des cons " Brassens !

Portrait de IMIM

quand la "pensée" est du vécu...........

TU ne fais pas de différence TU ne vis pas ça

Tant mieux pour TOI

Mais de grace, cessez de nier, de démentir et de mépriser la réalité des autres!

Portrait de frabro

la baronne et moi ne faisons que dire notre vécu, et chaque fois nous nous faisons agresser, par ceux qui prêchent la tolérance et l'acceptation. 

Cherchez l'erreur...

Si vous avez la même attitude face aux professionnels de santé, ne vous étonnez pas de vous faire jeter.

Portrait de Koala75

Labaronne!!! Ca me fait bondir ce genre de commentaires... Je pense que tu prends le probleme à l'envers. Le port de gants devrait etre mis pour tous les patients, c'est d'ailleurs ce qui est enseigné a tous les pro de santé dans le cadres des procédures STANDARDS (ca porte bien son nom: ca devrait etre un automatisme). Donc l'objectif n'est pas qu'ils ne mettent pas de gants pour personnes mais plutot qu'ils en mettent pour tout le monde.. Donc on peut comprendre qu'elle ait été genée par ta remarque. Et je pense qu'elle a essayé d'avoir du tact avec toi en inventant une excuse.

Portrait de Aradia

J'ai voulu dire que cette laborantine  mettait des gants pour les seropositifs !

Après comme je l'ai dit plus haut, j'approuve le principe de précaution !

Portrait de anjely

En Allemagne, où je vis, on est pas obligé de dire à un medecin, dentiste etc. si on est VIH positive. Le medecin/dentiste/personnel médicale doit se protéger.

Moi depuis je ne dis plus que je suis sero+, car moi aussi j'ai fait des mauvaises expériences pendant les 20 ans que je vis avec ce virus....

Portrait de basique

Les mesures visant à éviter les contaminations directes ou croisées doivent être systématiques. Quelque soit le praticien, il doit se protéger dès lors que l'acte en lui même peut présenter un danger.. bactéries, virus, champignons, .. la liste est longue... ce qui est insupportable c'est de réserver un traitement particulier aux porteurs de VIH. Un dentiste qui ne prend pas ses précautions avec TOUT le monde est par principe un dentiste DANGEREUX pour tout le monde.. S'il refuse les séropos, Celà interroge sur ses pratiques qui doivent être du coup peu fiables pour tous les autres germes.. est-ce que celà signifie que ces dentistes sont si peu scrupuleux au point de n'avoir pas confiance dans leurs process de stérilisation et de décontamination ? hé bien moi je pense que oui... parceque l'hygiène ca prend du temps, et que ca les fais chier de perdre du temps.. alors qu'ils devraient le faire pour tout le monde.. POUR MOI UN DENTISTE QUI REFUSE LES SEROPOS EST UN DENTISTE QUI SAIT PERTINEMMENT QU'IL TRAVAILLE DANS DE MAUVAISES CONDITIONS D'HYGIENE, NON PAS PARCEQU'IL NE SAIT PAS COMMENT FAIRE MAIS PARCEQU'IL NE VEUX PAS LE FAIRE POUR CASER PLUS DE PATIENTS CHAQUE JOUR.....

UN DENTISTE QUI REFUSE LES SEROPOS EST AVANT TOUT UN MAUVAIS DENTISTE.. voilà c'est tout..

Portrait de IMIM

A la façon dont ont certains de discriditer systématiquement les témoignages de ceux qui n'arrivent + à se faire soigner, de les faire passer pour des exceptions, malgré des chiffres à l'appui, et qui,  de surcroit, auraient un comportement agressif envers le personnel médical, 

ils ne font que contribuer insinueusement au lent démentèlement d'un état social et égalitaire, de part leur manque de solidarité, leur aveuglement face à la réalité, accomodé de mauvaise foi

Venant de personnel d'institutions censées nous soutenir, c'est désolant !

Pour changer les choses il est mieux de pointer du doigt ce qui ne va pas, que de se congratuler pour ce qui va (enfin pour certains!!)

30% de discrimination chez le dentiste !!

Digne d'une "démocratie sanitaire" ???

Cherchez l'erreur, vous entendrez ma colère !

Portrait de RastaKouette

Portrait de Aradia

Bonjour docteur

Une Dame attend dans la salle d'attente, j'ai rendez-vous à 15 h et elle à 15 h 30...quiproquo! Qui va passer en premier ? Elle est arrivée en avance  mais ça ne justifie pas qu'elle passe devant moi.

Bon! Lui dis-je allez y madame, je suis plongée dans mon livre qui est très passionnant ce n'est pas un problème pour moi.

Au bout de 45 mn de consultation, viens mon tour et je rentre dans le cabinet.

Elle: c'est gentil d'avoir laisser votre place, bon à nous maintenant.

Moi:vous savez je ne suis pas pressée si ça peut rendre service.

Elle:mais vous avez une super mine tout en me scrutant de haut en bas.

Moi:je me suis simplement reposée puisque j'étais en vacances chez mes parents...j'ai dormi à heure fixe puis je me suis bien alimentée...voilà!

Elle:j'ai eu très peur quand j'ai ouvert le courrier, j'ai poussé un Ouf de soulagement quand j'ai vu vos résultats, enfin la charge virale est à nouveau inférieur à 20 copies et les T4 n'ont pas bougés,toujours 1315.

Moi: je le savais docteur que ce n'était que passager et que tout allait rentrer dans l'ordre, j'ai voulu faire l'allègement mais malheureusement ça n'a pas marcher pour moi...

Elle: vous allez continuer le traitement d'attaque tout l'été.

Moi: ok pas de souci je le supporte bien.

Elle: on a  fait tous les examens cette année ?

Moi: oui docteur j'ai fait le gynéco,le rhumato,le kiné mais le procto je ferais à la fin de l'année.

Elle:vous savez que le Condrosulf n'est plus remboursé.

Moi: non je ne savais pas, décidément il dérembourse de plus en plus de médicaments,

de tout façon c'est pas grave car je ne sentais pas son effet.

Au bout d'heure de consultation je repars avec mon ordonnance et un bilan à faire. 

Je la remercie encore une fois pour son professionnalisme.

Elle: vous savez c'est mon métier et c'est mon devoir d'orienter mes patients vers mes confrères, j'ai mon réseau !

J'ai un bon docteur qui n'hésite pas à prendre le téléphone pour me diriger vers un spécialiste qu'il connait.

Fin 

Comment un pseudo peut susciter autant de haine, j'aurai du peut être m'appeler la "sans dents" je serai dans le moule comme ça!

Quand au jugement de savoir que j'ai attrapé le VIH par le sexe, ça me laisse sans voix !!! Sida propre et Sida sale! Honteux!

Au fait! J'ai été contaminé par un toxico, il ne savait pas et moi non plus.

J'ai aussi sauvé la vie à deux mecs d'overdose...dans ce milieu quand il y a un problème on voit les courageux!

Je ne suis pas agressive mais je fais entendre ma parole pour le "rentre dedans" , j'ai toujours annoncé ma séropositivité en face à face les yeux dans les yeux, jamais au téléphone.

Malgré mes 30 ans de VIH, je travaille à temps complet même si la MPDH m'a accordée le 80%, je préfère aller au boulot que de me morfondre chez moi.

Je vais changer de pseudo chiche! Pour la Duchesse. Alors n'en parlons pas!!! Comme on dit "calomniez calomniez il en restera toujours quelque chose" !

Portrait de frabro

C'est une simple question de mathématique. Si 30% des dentistes refusent plus ou moins directement les séropos, c'est que 70 % les acceptent sans problème. Il n'y a donc rien d'étonnant à ce que certains d'enrte nous soient comme moi toujours passés dans le 70 %. mais il semblerait que ce soit politiquement incorrect de l'écrire ?

Comme la baronnne, j'annonce de vive vois et pas au téléphone. Qu'aurait donné le testing de Aides s'il avait été fait en face et face et non au téléphone ? Probablement ds résultats très différents. Mais ça aurait moins fait le buzz...

J'adore des phrases comme "venant de personnel d'institutions sensées nous soutenir c'est désolant"  ça vise qui au juste ? et ça veut dire quoi ? Comme La baronne, je travaille à temps plein par choix et je le ferai jusqu'à ce que j'ai une retraite me permettant de vivre et de me soigner ensuite. Sur l'ensemble de ma carrière, je n'ai travaillé "dans une institution sensée nous soutenir"  que pendant cinq ans, et en suis sorti depuis près de quinze ans. Juste comme ça, pour info.

Mon infectiologue, inquiet de ne pas avoir de nouvelles depuis un mois, m'a envoyé un mail hier pour avoir de mes nouvelles et faire le point sur mes besoins en ordonnances pour traitements et analyses, tout comme sur les orientations nécessaires vers des spécialistes : ça aussi ça existe.

Tiens, je vais aussi changer de pseudo et m'appeler "Le Marquis" : ça m'irait bien, chère Duchesse, non ?

Wink

Portrait de Sophie-seronet

Bonjour,

Si ce testing a été mis en place c'est bien parce qu'il y a de nombreux refus de soin de la part des dentistes !

Maintenant que la preuve a été faite, que l'info a été très largement diffusée et que l'ordre des chirurgiens dentistes en a pris conscience, la prise en charge va pouvoir s'améliorer ; ce qui est une excellente chose pour toutes les personnes qui sont confrontées à des refus de soins.

On est très contents pour ceux pour qui ça se passe bien, ils comprendront aisément qu'ils ne sont le coeur de cible de ce testing.

L'objectif ici est de trouver des solutions pérennes pour une même égalité de traitement dans l'accès aux soins pour toutes les personnes séropositives.

Bonne journée. Sophie

Portrait de barberousse

Merci Sophie pour ce recentrage.

Ce qui serait interessant, c'est que l'équipe de Aides

complète le testing en nuançant les refus de soins dûs par

les dentistes directement

et ceux influencés par les Assistantes Dentaires, du secrétariat/prise de rdv.

 

Je m'explique :

J'avais un super dentiste qui m'a arraché deux dents infectés.

S'en suivent les relevés d'empreinte dentaires, radios puis retour

à l'accueil pour le devis et la prochaine visite.

 

La secrétaire était du genre femme fatale, personne influente au cabinet.

Elle me remet le devis de 800 euros remboursés 300 euros sécu et mutuelle confondus.

Elle exige un cheque de 500 euros comme caution afin de commander ma dent en céramique.

 

Je lui donne son fameux cheque et m'en retourne à la maison.

Je passe une semaine terrible d'angoisse, collée à mon ordi, laissant

les factures et procès verbaux s'accumuler.

 

Cet état de détresse psychologique m'a empêchée d'honorer mes visites chez le dentiste.

Je rappelle la secrétaire, essayant de m'en expliquer, implorant sa clémence pour une dernière

chance d'avoir une  belle  dent en ivoire(ceramique) qui viendra combler le trou de mon sourire défaillant.

 

Manque de chance, je refais une crise d'angoisse et me fais hospitaliser à l'hôpital de jour.

Craignant pour les saignements de ma bouche, de surcroît assommée par les tranquillisants,

je ne pris aucun risque et ne vais pas chez le dentiste.

 

Je re rappelle la secrétaire et l'informe de mon hospitalisation et la resollicite pour un dernier rdv.

 

Très séchement, elle me déclare cesser tout prochain rdv à son cabinet et me dit d'aller voir ailleurs; elle a pas tort, remarque ...

Je suis certaine, que si j'avais pu m'adresser au dentiste directement, j'aurais pu négocier un rapport de confiance et de tolérance.

 

Bilan, au jour d'aujourd'hui, je suis presque édentée, j'ai un trou de 800 euros dans mon compte bancaire et je n'ai toujours pas trouvé de nouveau dentiste !

 

Portrait de IMIM

Ouai, merci o modé pour cette mise au point !!

Et c'est tout le corps médical qu'il serait bon de tester !!

SILENCE ! ON DISCRIMINE !

https://youtu.be/WiGDcdYPqwc

Portrait de Bastet44

Idem que Fabro

En 30 ans de séropositivité au VIH/VHC, je n'ai eu à subir aucune discrimination.

Pourtant, j'ai vécu en Espagne pendant les dix premières années noires (1985-1995) et en France depuis 1996.

J'ai changé plusieurs fois de chirurgiens dentistes et je n'ai jamais eu le moindre souci lorsque je les informais de ma séro+. D'ailleurs, comme ils sont censés tout stériliser, que par ailleurs avec les traitements nous avons une charge virale indétectable, pourquoi serions nous obligés de les informer ?

Portrait de IMIM

la discrimination

Puisque certains ne se sentent pas concernés qu'ils ouvrent un sujet : " la non discrimination !"

On viendra pas poster parce que cela ne nous concerne pas !

Portrait de frabro

Seronet est un site d'échange et de partage où chacun peut donner son opinion librement sur tous les sujets dans le respect de sa charte.

Si nous ne sommes pas "le coeur de cible du testing", nous pouvons comme je le fais en contester la méthode, celle de l'annonce au téléphone à une secrétaire probablement non concernée et non informée. 

Je me demande parfois si nous sommes aussi "le coeur de cible de seronet" et si nous avons le droit d'y témoigner de façon positive, sans mauvais jeu de mot.

Il faut dénoncer les praticiens qui discriminent et faire agir les ordres professionnels en ce sens, personne n'a dit le contraire, et le meilleurs accès aux soins pour tous fait aussi partie de mes combats privés et professionnels depuis vingt ans. 

Le problème avec la discrimination, c'est qu'elle est aussi à l'oeuvre sur ce site censé la combattre...

Portrait de RastaKouette

frabro wrote:

.

Il faut dénoncer les praticiens qui discriminent 

Beaucoup de praticiens malheureusement ne connaissent rien sur le VIH d'ou un manque d'informations.

C'est là le problème!

Nos bla bla bla sur la charge virale indétectable et non contaminant c'est du petit chinois pour certains.

Portrait de IMIM

VOUS n'êtes jamais discriminés, je ne vois pas en quoi vous pourriez témoigner sur un tel sujet !!???

Vous vous contentez juste de discriminer un peu plus sur ce site ceux qui n'ont AUCUNE raison de subir de telles pratiques

Vous les affligez un peu plus et vous semblez y prendre un malin plaisir !

"Si tu manges ton pain devant un afffamé, ne t'étonnes pas qu'il t'agresse "

Portrait de guppy

Mon dernier rendez-vous chez un dentiste date de 2013. Ce praticien ne refusait pas de me soigner mais exigeait des rendez-vous en tant que dernier patient de sa journée c'est à dire vers 18h 18h30, car d'après ce dernier si les soins étaient effectués au début de sa journée de travail durant les trois heures suivantes il devait les consacrer à la désinfection du matériel et par conséquent ne pouvait pas recevoir d'autres patients. De plus impossible pour moi d'obtenir des rendez-vous le mercredi, journée réservée aux enfants.

Je suis séropositif depuis 1990, des professionnels de la santé j'en ai rencontré des tas, je suis également allé me faire soigner les dents à la faculté dentaire de Lille, tous étaient au courant de ma séropositivité, j'obtenais des rendez-vous à des heures normales c'est à dire aussi bien à 8 heures le matin qu'à 14 heures l'après midi, je n'ai jamais eu de problèmes jusqu'à ce jour de 2013.

J'ai oublié de vous dire que sur ma fiche patient le vih était en gros caractères rouges !