Une nouvelle scientifique sur un vaccin anti-virus de l’hépatite C

Publié par Franck-seronet le 19.01.2012
38 840 lectures
Notez l'article : 
1
 
Thérapeutiquevhcvaccination

La revue scientifique "Science Translational Medicine" vient de publier les résultats d’une étude de phase 1 concernant un vaccin anti-virus de l’hépatite C. Explications.

Vaccination4.jpg

A l’essai, un vaccin expérimental contre le VHC vient de montrer dans une  étude de phase 1 (la première étape d’un parcours de trois à franchir) qu’il induisait une réponse immunitaire soutenue des lymphocytes T (un premier bon point) et la production de cytokines contre le VHC. C’est la revue scientifique "Science Translational Medicine" qui le révèle dans son édition du 4 janvier 2012. Nous n’avons toujours pas de vaccin contre le VHC (contrairement au VHB) parce que c’est un virus qui mute rapidement et que les virions (les particules de virus) présentent malgré tout pas mal de différences entre eux lorsqu’ils se multiplient. Or, un vaccin doit permettre de déclencher une réponse immunitaire contre une majorité importante, voire la totalité des virions pour en empêcher le développement et l’installation lors d’une contamination ou pour une neutralisation thérapeutique (dans le cas d’un vaccin thérapeutique).


Les chercheurs ont utilisé un adénovirus (le virus du rhume et des "coups de froid") comme vecteur pour apporter des morceaux de VHC (des protéines du virus C) que le système immunitaire peut reconnaître pour déclencher une protection. Le problème est que, même si ces virus du rhume sont de très bons vecteurs de vaccins, ils sont si communs (qui n’a pas eu de rhume récemment… ?) que beaucoup de gens, ayant développé des anticorps, sont déjà partiellement protégés contre eux. Il a donc fallu trouver une variété d’adénovirus du chimpanzé auquel l’homme n’est pas "habitué" et que l’organisme humain va laisser "rentrer", mais il faut que cette manipulation offre toutes les garanties de sécurité chez l’homme. 41 volontaires n’ayant pas le VHC ont donc testé ce nouveau vaccin expérimental pour la première fois, et le vaccin a montré qu’il déclenchait une réponse immunitaire T contre le VHC qui pourrait permettre de développer plus avant un vaccin préventif (protégeant d’une infection par l’hépatite) ou un vaccin thérapeutique (permettant au corps de mieux combattre le VHC si l’on est déjà infecté). On pense qu’un vaccin thérapeutique est un but raisonnable dans la mesure où des personnes arrivent déjà à guérir spontanément et naturellement d’une infection par le VHC. La prochaine étape cruciale de la recherche, sera de voir si ce vaccin expérimental pourra protéger effectivement et dans la vraie vie contre des infections par le VHC, et là le chemin peut être encore long…

Commentaires

Portrait de BD92110

Même si le chemin peut etre encore long.