VHC : Unitaid et Find annoncent un partenariat

Publié par jfl-seronet le 21.10.2016
3 911 lectures
Notez l'article : 
5
 
ThérapeutiqueAADantiviraux à action directeVHChépatite C

Unitaid a annoncé le 4 octobre dernier un partenariat avec Find (1), visant à ouvrir le marché pour les produits de diagnostic et de traitement de l’hépatite C et à les rendre plus largement disponibles pour celles et ceux qui en ont besoin. Explications des raisons de ce partenariat et de ses objectifs.

Le projet d’Unitaid et Find, dont le budget s’élève à 38,3 millions de dollars, appuiera la mise au point d’outils plus efficaces et plus simples pour le diagnostic du VHC sur le lieu de soins. Il permettra d’introduire le dépistage et le traitement du VHC dans les programmes de lutte contre le VIH dans sept pays bénéficiaires (Cameroun, Géorgie, Inde, Malaisie, Myanmar, Thaïlande et Vietnam) sur une période de trois ans et demi.

Jusqu’à récemment, le traitement de l’hépatite C était complexe, long et entravé par l’efficacité limitée. Du fait des effets indésirables graves, certaines personnes avaient des difficultés à aller au bout de leur traitement qui pouvait durer une année ou plus, rappelle Unitaid. Les nouveaux antiviraux à action directe (AAD), ont révolutionné le traitement de la maladie ces dernières années. La combinaison de ces nouveaux médicaments, qui sont généralement bien tolérés et hautement efficaces, peut guérir les personnes atteintes par le VHC en trois mois. Ils permettraient d’en finir avec l’épidémie de VHC si leurs prix n’étaient pas si élevés dans les pays du Nord, ce qui conduit à des politiques de rationnement. Et s’il n’y avait pas un "manque d’outils de diagnostic appropriés pour le VHC. Unitaid rappelle qu’on estime, en effet, que moins de 5 % des personnes infectées par le VHC sont diagnostiquées. Les outils de dépistage et de diagnostic du VHC existants sont relativement coûteux et ne sont pas adaptés aux contextes cliniques des pays à revenu faible ou intermédiaire ou à toutes les infections, en particulier lorsque les personnes ont une co-infection VIH-VHC. Pour Unitaid, cela "rend difficile l’identification et le diagnostic — et donc le traitement — de l’infection par le VHC chez les personnes vivant avec le VIH.

VHC : une évolution plus rapide lorsqu’on est co-infecté par le VIH

"C’est l’exemple classique d’un obstacle et Unitaid peut permettre d’ouvrir les marchés afin de rendre les produits de diagnostic et de traitement de l’hépatite C plus abordables et par conséquent disponibles pour des millions de personnes", a indiqué Lelio Marmora, directeur exécutif d’Unitaid. Le risque d’être infecté par le VHC et que l’infection évolue plus rapidement en maladie du foie est six fois plus élevé chez les personnes vivant avec le VIH que chez les personnes séronégatives pour le VIH. Les personnes ayant une co-infection VIH-VHC sont par conséquent un groupe prioritaire pour le diagnostic et le traitement, note l’agence internationale.

"Cette grande avancée en matière de traitement offre une occasion immense de lutter contre l’hépatite C, en particulier chez les personnes co-infectées par le VIH et le VHC dont l’infection évoluera plus rapidement vers une maladie grave que les sujets infectés uniquement par le VHC", a surenchéri Catharina Boehme, administratrice principale de Find. "Le dépistage et le traitement doivent aller de pair, et aujourd’hui le manque de tests de diagnostic adaptés constitue le principal obstacle".

VHC : des objectifs pour en finir

En mai 2016, l’Assemblée mondiale de la Santé, l’organe décisionnel de l’OMS, a adopté la première Stratégie mondiale du secteur de la santé contre l’hépatite virale appelant : à réduire de 90 % le nombre des nouveaux cas ; à réduire de 65 % le nombre des décès dus à une hépatite virale ; à diagnostiquer 90 % des infections par le VHC et à faire en sorte que 80 % des personnes atteintes d’hépatite C chronique et remplissant les conditions bénéficient d’un traitement d’ici 2030. Comme le précise Unitaid, les objectifs du nouveau projet annoncé le 4 octobre sont les suivants :

- mettre sur le marché les nouveaux produits pour le diagnostic de l’hépatite C sur le lieu de soins ;
- faire en sorte que les tests de diagnostic et les traitements de l’hépatite C soient disponibles dans les systèmes de santé des pays bénéficiaires ;
- réduire le coût du dépistage et du traitement de l’hépatite C ;
- utiliser les conclusions du projet Find pour guider la politique mondiale et régionale sur la voie d’une intensification de la prise en charge du VHC.

(1) : Find diagnostics est une organisation non gouvernementale spécialisée dans la mise au point et la diffusion d’outils de dépistage pour les maladies liées à la pauvreté.