Vieillissement : GreyPride a la santé !

Initiative Publié par jfl-seronet 1614 lectures
Notez l'article : 
5
 
A -
A +

Récemment Seronet vous proposait une interview de Francis Carrier, président et fondateur de l’association GreyPride. Il y faisait le point sur cette initiative qui trouve un bon écho chez les personnes concernées et des associations. C’est notamment le cas de AIDES dont plusieurs militants sont impliqués dans différents groupes de réflexion et de travail. C’est tout particulièrement le cas d’Alain Bonnineau, vice-président de AIDES, impliqué dans GreyPride depuis le début. Il revient pour Seronet sur ce projet, et aborde les questions de santé que ce collectif prend en compte très sérieusement.

"Les enjeux du vieillissement des personnes LGBT vivant ou non avec le VIH font partie de nos réflexions. La question, centrée sur le VIH, a d’ailleurs fait l’objet d’une conférence de consensus que nous avons organisée en 2013. Cette initiative unique qui associait des personnes concernées et des professionnels de santé et du secteur social VIH nous a permis de voir si nos présomptions ou nos intuitions étaient partagées. Nous avons alors fait le constat que les enjeux étaient réels, mais que quasiment rien n’était fait, y compris par nous", explique Alain Bonnineau.

La conférence de consensus a permis d’identifier cinq axes sur le vieillissement et de proposer des premières recommandations. "Par la suite, il nous est apparu que cette question du vieillissement était transversale et que nous devions la prendre en compte dans toutes les actions. Cependant, nous avons fait connaître le résultat de la conférence de 2013 dans les différents Corevih qui ont déjà de nombreuses priorités. L’idée était que les Corevih travaillent sur la thématique Vieillir avec le VIH, alors que seul le Corevih Rhône Alpes le fait aujourd’hui", rappelle le vice-président de AIDES.

Si le résultat n’est pas aisément lisible dans les Corevih, le travail mené par AIDES avec la conférence a intéressé les pouvoirs publics. Alors qu’elle est ministre déléguée aux Personnes âgées et à l'Autonomie dans le gouvernement de Jean-Marc Ayrault, Michèle Delaunay, commande à trois associations : le Groupe SOS, SOS homophobie et AIDES, un rapport sur Vieillir LGBT. "Cette commande officielle, nous la devons à la notoriété du travail que nous avons effectué, explique Alain Bonnineau. L’idée est que notre contribution collective trouve une place et laisse sa marque dans la grande loi d'orientation et de programmation sur le vieillissement. On parle alors d’un projet de loi d’adaptation de la société aux enjeux du vieillissement. A cette époque, Michèle Delaunay se déclare favorable à l'ouverture de maisons de retraite spécifiquement destinées à accueillir des personnes LGBT, indiquant qu’elle leur portera une "attention particulière" (1). En fait, le gouvernement change. Manuel Valls remplace Jean-Marc Ayrault. Michèle Delaunay n’est pas reconduite au ministère où elle est remplacée par Laurence Rossignol, pas intéressée par ce sujet. La nouvelle ministre minore les conclusions des études car ses propos se concentrent uniquement autour de la problématique des personnes entrant en Ephad (2) — la moyenne d’âge d’entrée dans ces établissements est d’environ 80 ans. Elle considère que ce que nous soulignons dans nos propositions et revendications est peu envisageable pour cette population d’âge et donc les propositions de notre rapport restent lettre morte. Ce qui marque un coup d’arrêt".

"De son côté, Francis Carrier, un militant depuis toujours sur le bien-être et la qualité de vie des plus vulnérables et qui, par ailleurs, fut un acteur essentiel dans le projet Arc-en-ciel de Paris dans les années 90 à AIDES, nous interpelle. Il connaît notre travail de 2013, celui du rapport à la ministre et approche l’association avec une idée : créer une structure, GreyPride, sur le vieillissement des personnes LGBT. AIDES a de l’intérêt pour ce sujet, mais à ce moment-là elle privilégie d’autres priorités", explique Alain Bonnineau.

Au croisement de la conférence de consensus de 2013 et du rapport à la ministre, le vice-président de AIDES, qui s’est impliqué dans les deux chantiers, est mandaté par l’association pour travailler sur ce projet. Le premier écueil à éviter est celui d’une structure qui ne traiterait que des enjeux du vieillissement à l’aune du seul VIH, car si le sujet reste crucial, les problématiques de santé des personnes LGBT qui vieillissent sont plus larges. De son côté, Francis Carrier constitue un vrai réseau de personnes intéressées, de partenaires. Il s’agit de créer des groupes de réflexion sur les domaines que GreyPride entend traiter. Les réunions se tiennent au Crips Ile-de-France sur l'invitation de Michel Bourrelly qui en est alors le directeur. Un autre membre du conseil d’administration de AIDES, Michel Mangin, rejoint le groupe des militantes et militants.

"Entre avril et juin 2016, nous sommes passés à la construction proprement dite de l’association, explique Alain Bonnineau. Lors d’un grand salon LGBT, Francis a distribué un questionnaire sur le vieillissement des personnes LGBT qui était à la fois un outil de visibilité, un support pour engager la discussion et le moyen de comprendre mieux encore les aspirations des personnes LGBT sur la question du vieillissement. Ces derniers mois, des rendez-vous ont été pris avec le Défenseur des droits, Jacques Toubon, des adjoints à la maire de Paris comme Yann Brossat, en charge du logement, ou Dominique Versini, en charge notamment des personnes âgées. Nous avons conduit un vrai travail de plaidoyer, expliquer nos priorités".

"Sur cette même période, GreyPride a mis en place ses premières actions, ouvert sa ligne téléphonique, créer ses statuts, élu ses premiers administrateurs, rédigé son règlement intérieur et une charte avec ses valeurs. Beaucoup de monde s’est mis au boulot dans le cadre de différents groupes de travail. Un groupe travaille sur les questions de santé. Il est en cours de constitution et comprend notamment Francis Carrier, Yves Ferrarini [ancien directeur de Sida Info Service, ndlr], moi-même. Notre travail démarre. Il portera sur le VIH, les comorbidités, la sexualité et la santé sexuelle, les maladies chroniques, les dimensions du sensoriel et les aspects de la qualité de vie au quotidien, etc. Nous envisageons d’investir les questions liées aux problèmes de perte d’audition, pertes de vision, de problèmes de dentition, et peut-être, la dimension psy et neurologique", détaille le vice-président de AIDES. Ces prochains mois, le groupe de travail sur la santé qui va être reçu par le cabinet de la ministre de la Santé avancera sur priorités et fera ses premières propositions d’actions. A suivre.

(1) : Michèle Delaunay, interviewée par Thomas Vampouille, Michèle Delaunay : Si des maisons de retraite homos ouvrent, je les accompagnerai, metronews.fr, 28 novembre 2013.
(2) : Etablissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes.

Les cinq axes de la conférence de 2013 et les recommandations
1 - Lien social et isolement
● D’accompagner les projets de personnes vieillissantes vivant avec le VIH en lien avec la problématique de l’isolement, pour anticiper, maintenir et réinventer du lien social ;
● De favoriser le partage d’informations et d’expériences entre les générations de PVVIH ;
● De mettre en place des dispositifs d’accompagnement administratif, social et juridique pour aider les personnes concernées à mieux anticiper leurs besoins futurs et les impacts du vieillissement sur la qualité de vie.
2 - Sexualité, santé sexuelle
● D’obtenir un consensus autour de Hirschel et du Tasp tant de la communauté scientifique, médicale qu’associative (= avoir le même discours) ;
● De créer des espaces pour parler du bien-être sexuel (associations, hôpitaux, etc.) et prendre en compte la dimension psychologique de la sexualité ;
● D’inciter les professionnels de santé (infectio,  sexo, etc.) à parler de sexualité.
3 - Santé
● De développer une meilleure coordination entre les médecins spécialisés du VIH et les autres spécialistes, principalement ceux du vieillissement et des maladies liées à l’âge, ce afin d’assurer une prise en charge de qualité sur le plan médical de personnes plus exposées de par leur histoire ;
● De mettre en place des plans personnalisés de santé pour les PVVIH vieillissantes incluant les questions préventives (prévention des maladies en lien avec le VIH mais aussi avec le vieillissement) ;
● De proposer en parallèle du parcours de soins des programmes d’accompagnement et de soutien psychologique et social des PVVIH vieillissantes du fait de plus grandes vulnérabilités liées à leur histoire.
4 - Ressources financières, pauvreté
Ressources :
● De revaloriser les minima sociaux ;
● D’ouvrir les compléments de ressources ;
● De garantir un maintien des droits le temps des demandes
Restes à charge :
● De supprimer les restes à charge ;
● D’introduire un double critère d’âge et de ressources.
Information :
● De favoriser la transparence et la mise en réseau ;
● De faire le lien entre le médical et le social.
5 - Lieu de vie, hébergement et logement
Soutenir le maintien à domicile :
● en améliorant la coordination (services d’aide à la vie quotidienne et soins) ;
● en solvabilisant les services d’aide à la vie quotidienne (PCH + de 60 ans) ;
● en formant et/ou rémunérant les aidants (famille, proches, aide extérieure)
Améliorer l’accueil dans les structures collectives existantes :
● Décentrer du seul critère de l’âge pour déterminer les dispositifs d’accès ;
● Prendre en compte les sexualités des PVVIH accueillies ;
● Mettre en place des formations des intervenants en établissements
De promouvoir la création et la pérennité de structures collectives innovantes du type maisons de vie conviviales :
● pour les personnes qui souhaitent répondre ensemble à leurs besoins (Maladie-s ? Orientations sexuelles ? Conditions de vie ?) ;
● pour les personnes qui veulent concilier  autonomie, solidarité et qualité de la coordination des soins ;
● Le passage d’un dispositif à l’autre doit être possible et souple.

Vieillir en chiffres
10 000 à 11 000 personnes de plus de 60 ans en France vivent avec le VIH et sont suivies. (1)
Fin 2012 en France, 29 % de la population adulte avait plus de 60 ans. (2)
Environ 100 personnes vivant avec le VIH sont hébergées dans un Ehpad. (3)
35,5 % des personnes vivant avec le VIH avaient plus de 50 ans en France en 2011. (4)
50 % des personnes vivant avec le VIH auront plus de 50 ans à l’horizon 2015 aux Etats-Unis. (5)
72,3 % des personnes vivant avec le VIH de plus de 50 ans se déclarent seul-e-s et/ou célibataires. (6)
Les personnes âgées de 60 ans et plus sont au nombre de 15 millions aujourd’hui ; elles seront 20 millions en 2030 et près de 24 millions en 2060. (7)
En 2012, 5,7 millions de Français avaient 75 ans et plus. (8)
75 % des personnes de plus de 65 ans sont propriétaires de leur logement. (9)
En France, l’espérance de vie est de 84,8 ans pour les femmes et 78,4 ans pour les hommes.
En 2011, les personnes de 60 ans et plus ont subi une hausse moyenne de +11,8 % de leur cotisation à une complémentaire santé. (10)
15 à 20 % des personnes de plus de 65 ans sont atteints de dépression, ce chiffre atteint 40 % en institution, dont 15 % se manifestent dès la première année. (11)
Les personnes d’une moyenne d’âge de 55 ans présentent trois fois plus de comorbidités que les personnes séronégatives de plus de 70 ans. (12)
88,7 % des personnes ne peuvent pas toujours compter sur un tiers pour les amener chez le médecin. (13)
Le montant de l’allocation de solidarité aux personnes âgées (Aspa) sans ressources (anciennement le minimum vieillesse) est de 787,26 euros par mois. (14)
79 % des personnes séropositives de plus de 50 ans rencontrent des problèmes financiers. (15)
Environ trois millions de personnes âgées de 50 ans et plus en Afrique subsaharienne seraient séropositives, soit 14 % de la population adulte vivant avec le VIH. (16)


(1) Données de l’Inserm (FHDH CO4), 2010.
(2) Recensement, données fin 2012. Insee.
(3) Etude Direction générale de la Santé, mars 2013.
(4) Inserm (Institut national de la santé et de la recherche médicale).
(5) Rapport du Gay men health crisis (GMHC).
(6) Enquête "VIH, hépatites et vous", AIDES, 2010.
(7) Introduction Service du Premier ministre aux Rapports Broussy, Aquino et Pinville, 2013
(8) Insee.
(9) Rapport Broussy, janvier 2013.
(10) UFC Que Choisir, enquête 2011.
(11) Rapport Aquino, février 2013.
(12) Etude Roah, 2006. Etats-Unis.
(13) Enquête "VIH, hépatites et vous", AIDES, 2010.
(14) Service public.fr
(15) Etude "50 plus" Terrence Higgins Trust, juillet 2010.
(16) revue "AIDS", juillet 2012.


Pays : 

Commentaires

Portrait de ORAISON

à l'origine le projet proposé par Francis Carrier était d'engager une réflexion sur des mesures visant à réduire la solitude des gays seniors. Ce à quoi je lui avais fait connaître mon opinion, à savoir qu’il ne m’apparaissait pas de différence dans l'esseulement des seniors qu'ils soient gays ou pas, que la réponse ne pouvait être que sociétale entendons par le retour à une bienveillance sur l'intergénérationnel, et plus encore concernant les gays je me souviens d’avoir ajouté qu’il suffit de se promener sur les sites de rencontres homos pour comprendre que la préoccupation essentielle d'une majorité de vieux homos n’est pas leur isolement…. Vous me comprenez… J’ai un peu le sentiment que je n’étais pas seul à faire ce constat puisque je remarque que à bout de souffle, désormais le projet aurait bifurqué vers les aînés VIH… !! Pourquoi pas.

Cependant pour avoir vu trop souvent tant d’homos âgés séopo ou pas, inhumés sans être accompagnés par personne, je ne nies pas que globalement la question de l’esseulement des personnes âgées est une souffrance en France pourtant j’oserai dire même que les homos - eux - ont l’avantage d’une plus grande liberté pour tisser et retisser des liens forts, encore faudrait-il qu’ils réimaginent leur projet de fin de vie autrement qu’…

En tous les cas cher Alain ton article aura permis de raviver ma mémoire sur ta gentillesse dont j’ai un très bon souvenir.

Cordialement

Philippe Vinsonneau Bordeaux

Portrait de ballif

la solitude est un réflexe de protection de la peur de l'autre   Ils ne savent pas ce qu'est le sida même avec les campagnes de protections  Regardés les nouveaux venus sur seronet  ils sont 45/50 et recherchent une femme ou et homme  Le ''scandale'' des affiches  par la religion cathalique   C'est vieux croutons du VATICAN comme des sénateurs   Ils fond des réunons secrettes et à la fin rien ne bouge   A 70/90 ans la fourdre sexuelle est faible!!!