AHF appelle à la démission de Michel Sidibé

11 Janvier 2019
1 371 lectures
Notez l'article : 
5
 

La Aids healthcare foundation (AHF), une des plus grandes organisations internationales dans le domaine de la lutte contre le sida a appelé (fin décembre) le secrétaire général de l’Onu, António Guterres, à « démettre immédiatement Michel Sidibé de ses fonctions de directeur exécutif » de l’Onusida. Dans un communiqué, l’AHF dénonce « l’’absence de décision prise par le Conseil de coordination du programme (CCP) concernant la destitution de Sidibé »n, lors d’une récente réunion à Genève. Elle considère cette décision comme « absolument déplorable ». Elle estime qu’elle constitue une «  insulte pour le personnel victime de harcèlement sexuel et d’intimidations surgis pendant le mandat de Sidibé à l’Onusida ». La situation est si difficile aujourd’hui pour Michel Sidibé que ce dernier a annoncé sa décision de démissionner en juin 2019,  bien avant la fin officielle de son mandat. Dans son communiqué, la AIDS Healthcare Foundation mentionne les conclusions du rapport émis par le comité d’experts-es indépendants. Ce rapport constitue une charge contre Michel Sidibé auquel il est reproché d’avoir dirigé un secrétariat qui « refuse d’assumer ses responsabilités, aboutissant à une culture d’impunité qui prévaut dans l’organisation, une culture qui ne garantit pas de lieu de travail sécurisé et digne à son personnel, et ne respecte pas les droits de l’homme, contrairement aux droits et aux valeurs stipulés par les Nations Unies ». « L’AHF, pour sa part, salue la détermination du gouvernement suédois, qui a fait primer ses principes et suspendu le financement de l’Onusida jusqu’à ce que Sidibé soit destitué », indique le communiqué de la fondation. « Les autres pays donateurs à l’Onusida devraient également suivre l’exemple de la Suède. L’AHF reconnaît les contributions de l’Onusida dans la riposte mondiale au sida, pourtant cela a malheureusement été éclipsé par l’insistance de Sidibé à rester en poste au détriment du Programme commun et de son personnel, dénonce l’AHF. Cette dernière « exhorte le Secrétaire général Guterres à remplacer immédiatement Sidibé par un leader capable de transformer la culture de l’Onusida et de se recentrer sur sa mission qui consiste à lutter contre le VIH/sida partout dans le monde. « Secrétaire général Guterres, les personnes vivants avec le VIH/sida ne peuvent payer le luxe d’attendre six mois de plus jusqu’à ce que [Michel] Sidibé décide de quitter à sa convenance. Nous vous exhortons à agir immédiatement – des vies innocentes sont en  péril !», conclut la fondation.