Contributions au Fonds mondial

21 Février 2019
200 lectures
Notez l'article : 
4
 

La campagne du Fonds mondial pour la 6e conférence de reconstitution de ses ressources financières - qui se tiendra le 10 octobre 2019 à Lyon - a officiellement commencé le 8 février à New Delhi pour la réunion de lancement traditionnelle. À cette occasion, l'ambassadeur du Luxembourg en Inde a annoncé que son pays contribuerait à hauteur de 9 millions d'euros pour les trois ans à venir, soit un engagement financier de +11 % par rapport aux 8,1 millions engagés sur la période 2017-2019. Le diplomate a, par ailleurs, encouragé « tous les partenaires à envoyer un message clair aux millions de personnes qui ont besoin de cette aide pour accélérer le mouvement contre le sida, la tuberculose et le paludisme ». Le Luxembourg consacre déjà plus de 1 % de son revenu national brut à l'aide publique au développement ; la France n'en consacrait que 0,38 % en 2017. Par ailleurs, la ministre de l'Enfance et de la Jeunesse irlandaise, présente a annoncé une augmentation de la contribution de l’Irlande au Fonds mondial d’au moins 50 % (c'est-à-dire passant de 30 millions d'euros à 45 millions). L'Irlande est par ailleurs l'un des membres fondateurs du Fonds mondial en 2002. Profitant de cette occasion, plusieurs chefs d'État africains ont annoncé leur engagement en faveur d'une augmentation des financements nationaux pour la santé et appeler les États à augmenter leurs contributions. Le Fonds mondial a annoncé avoir besoin d'un minimum de 14 milliards de dollars sur la période 2020-2022 pour mener à bien sa mission (soit +15 % par rapport à la dernière conférence de reconstitution, période 2017-2019). La France, pays hôte de cette 6e conférence, doit se mobiliser et mobiliser ses partenaires pour assurer le plus haut niveau d'engagement possible.