Copi à l'affiche

Mercredi 13 Mars 2019 - 20:30 au Samedi 23 Mars 2019 - 20:30
1 427 lectures
Notez l'article : 
0
 

Cyrille est à l’hôpital, malade du Sida. Pour son anniversaire, il reçoit la visite de son vieil ami Hubert, dandy d’une époque révolue. Au fur et à mesure, sa chambre se remplit de visiteurs de plus en plus étranges tels qu’un jeune journaliste timide, une cantatrice italienne étouffée par une cuisse de poulet, un professeur de médecine lubrique et sa maîtresse, une infirmière fumant de l’opium. Les situations loufoques se succèdent jusqu’à la crise. Telle est la trame de La visite inopportune, très belle et très forte pièce de Copi. Elle est présentée du 13 au 16 mars dans une mise en scène Stéphane Auvray-Nauroy, avec Julien Kosellek, Eram Sobhani, Michèle Harfaut et Mathieu Mullier-Griffiths, Laurent Joly et Fabio Di Domenico au Théâtre l’Étoile du Nord (16 rue Georgette Agutte - 75018 Paris). Réservations : nicolas "@" lanouvellecompagnie.com / 06 31 45 76 17.

Face aux nombreux visages de la dictature, Copi érige patiemment son feu de joie : dans ces basfonds de Montevideo, en Argentine, les machos sont pédés, les pédés sont des femmes, les gros machins sont des vagins, et quand on crève la dalle, on s’attaque sauvagement aux flics et l’on nourrit les gosses avec leurs tripes. Cette révolution tourne très mal, dans un bain de sang, mais elle n’en semble pas moins nécessaire. Comme corollaire à cette barbarie ‐ celle du pouvoir et celle des insurgés ‐ monte un rêve d’une infinie beauté, celui du tango. Ce tango‐là n’est pas un élément de culture mais de survie. C’est ce qui le rend si émouvant. Les insurgés l’inventent sous nos yeux comme un autre exutoire à la difficulté de vivre. Nous rêvons d’un spectacle qui mêle cette violence et cette beauté. Un spectacle qui se souvient également de l’origine des plus grands chants ‐ ceux qui montaient dans les champs de coton, ceux qui s’inventent probablement aujourd’hui même et que nous ne connaîtrons que bien trop tard. Cachafaz de Copi, mise en scène Eram Sobhani à partir du 16 mars à 20h30 au théâtre l’Étoile du Nord.

Une femme parle au téléphone, sans logique ni raison. À ses dires, elle est dans le cosmos. Soumise à un procédé scénique aliénant, l’interprète est conduite jusqu’aux limites de son humanité, éprouve le chaos et se frotte à l’infiniment grand. Si le rire survient, il est glaciaire. Loretta Strong est, ici, mise en scène par Florian Pautasson, avec Stéphanie Aflalo. Le spectacle est présenté du 21 au 23 mars à 19h30 au théâtre l’Étoile du Nord.