Crack : Paris se dote d’un nouveau plan

10 Juin 2019
337 lectures
Notez l'article : 
0
 

Le 27 mai dernier, une réunion associant la préfecture de la région Île-de-France, la préfecture de police de Paris, la Mission interministérielle de lutte contre les drogues et les conduites addictives (Mildeca), la ville de Paris et l’Agence régionale de santé d’Île-de-France a débouché sur un plan de « lutte contre le crack dans le Nord-Est parisien ». Ce plan d’actions porte sur la période 2019-2021, indique un communiqué de presse. « Face aux problématiques que pose l’addiction au crack dans le Nord-Est de Paris en matière sociale, de sécurité et de santé publique, ce plan propose une meilleure régulation de l’espace public et une politique coordonnée de réduction des risques et des dommages en faveur des usagers de crack et des poly-consommateurs en errance », explique le texte officiel. Ce plan s’est fixé quatre objectifs : accompagner les usagers-ères pour réduire les risques et favoriser les parcours de soin ; renforcer les capacités d’hébergement et d’espaces de repos ; intervenir dans l’espace public à destination tant des usagers-ères que des habitants-es ; améliorer la connaissance des publics concernés. Il se décline en 33 actions opérationnelles. Parmi lesquelles, on peut citer : le renforcement des maraudes médico-sociales de réduction des risques avec des passages sept jours sur sept ; le financement de 1, 3 million d'euros par l’Agence régional de santé Île-de-France de l’accompagnement et de la prise en charge médicosociale, des usagers-ères de drogues en errance ; le financement par l’État, pour un montant de 1,2 million d'euros annuels, de 80 nouvelles places d’hébergement pérennes pour les usagers-ères de crack, qui s’ajouteront aux 72 places existantes, portant à 152 le nombre de places d’hébergement pour ce public ; le renforcement du dispositif Assore géré par l’association Aurore, qui permettra d’ouvrir 60 places de mise à l’abri à l’hôtel avant que les places d’hébergement pérennes s’y substituent ; un effort de un million d'euros de la Ville de Paris pour assurer le renfort des maraudes, le renouvellement des véhicules de maraude, l’accompagnement sociale des usagers-ères et l’hébergement et une nouvelle maraude spécialisée « riverains, usages de de drogues et médiation sociale ». Ce plan et ses mesures seront financés à hauteur de trois millions d’euros en 2019. « Évalué chaque année, ce plan sera doté de financements comparables et/ou adaptés à l’évolution des besoins au titre des années 2020 et 2021 », souligne le communiqué officiel.