Des activistes veulent l'arrêt de PrEP Discover

22 Novembre 2016
4 955 lectures
Notez l'article : 
0
 

Arrêter temporairement le nouvel essai de PrEP du nouveau médicament de Gilead, le Descovy. C'est ce que demande un collectif d'activistes ("Pause Discover") et d'associations impliqué dans la lutte contre le VIH du monde entier. Cet essai, lancé cet été aux Etats-Unis, doit tester l'efficacité du TAF (ténofovir alafénamide), via le Descovy en PrEP, en comparaison du médicament déjà utilisé, le Truvada (avec ténofovir TDF). TDF versus TAF, en somme. Selon les activistes, les méthodes de conduite de la mise en place de l’essai Discover sont problématiques. "Il est incroyable que Gilead n’ait pas suivi les recommandations de bonnes pratiques de participation aux essais", dites GPP, s'insurge le collectif. Ces "GPP", créés en 2007 par les acteurs de la lutte, veulent éviter les manquements éthiques et la répétition des erreurs ayant conduit à l'échec d’essais cliniques de prévention par le passé, via une véritable concertation et l'implication des communautés. Pour l’essai Discover, le laboratoire Gilead, fabricant de Truvada et de Descovy, a fait cavalier seul, et cela commence déjà à poser des problèmes. L'essai doit s'implanter aux Etats-Unis et en Europe, dans certains pays où la PrEP n'est pas autorisée, ce qui risque de rendre l'accès difficile, sans prise en compte des barrières légales et sans s'appuyer sur les communautés locales pour aider à l'information et à l'orientation. Pour des personnes qui sont fortement exposées aux risques d’infection et dont un retard d'accès à l'outil peut coûter une contamination. Autre problème, Gilead expose, dans un essai "dans la vraie vie", à une perte de chance les participants recevant le Descovy, sachant que ce dernier traitement n'a pas de preuve scientifique préalable de l'efficacité du TAF qu’il contient en PrEP. Alors même que le Truvada, lui, a été reconnu efficace et n'est toujours pas disponible partout. "Des effets pervers qui questionnent le recrutement de ces personnes alors qu'elles auraient besoin immédiatement du Truvada en PrEP, et accroissent nos inquiétudes", poursuivent les activistes. Face aux reproches, Gilead a déjà lâché un peu du lest, sur la demande d'arrêt du Truvada pour les participants qui prennent déjà de la PrEP et souhaiteraient rentrer dans l'essai de PrEP avec TAF, ou la création d'une commission et la nomination d'un expert indépendant sur la récolte et l'utilisation des données. Malgré cela, les activistes souhaitent mettre l’essai Discover sur pause, temporairement. De façon à mettre en place deux véritables comités de pilotage comprenant des acteurs de la communauté VIH, un en Amérique du Nord et l'autre en Europe ; cela afin de donner une place prépondérante à ces autres acteurs, tout en définissant un nouveau cadre de recrutement et d’évaluation des critères de l'essai. Ces groupes permettraient également de lister les associations partenaires dans les pays, qui aideraient au suivi, soutien et accompagnement des personnes participantes à l’essai Discover. Sans parler de la suppression des campagnes de communication actuelles de Gilead. En fin de missive, les activistes préviennent : si leurs doléances sont ignorées, ils se réserveront le droit de rendre publics dans le détail les méthodes et moyens mis en œuvre par le laboratoire pour arriver à ses fins.