Déserts médicaux : il n’y aura pas de loi

5 Février 2012
1 582 lectures
Notez l'article : 
0
 
Desert-medical.jpg

Evidemment avec douze de ses articles sur quinze supprimés en commission des Affaires sociales, la proposition de loi du Nouveau Centre visant notamment à lutter contre les déserts médicaux n’avait aucune chance d’être adoptée. C’est ce qui s’est passé le 26 janvier. L'Assemblée nationale a rejeté la proposition de loi. L’UMP et le gouvernement se sont opposés à des mesures jugées coercitives. L'auteur de la proposition de loi, Philippe Vigier, n'a pas réussi dans l'hémicycle à obtenir le rétablissement des articles supprimés. Il a déploré la stratégie de l’UMP qui a rendu son texte inopérant et n’a, selon l’AFP, pas participé au vote de ce texte "complètement dénaturé". Les déserts médicaux sont un problème sérieux en matière d’égalité aux soins. Pour des raisons électorales, l’UMP n’a pas voulu braquer les médecins libéraux qui votent à droite. Le texte de Philippe Vigier proposait, par exemple, 12 mois de stage obligatoire dans une maison de santé ou un hôpital en zone déficitaire pour les étudiants en troisième année d'internat et 3 ans d'exercice obligatoire en zone déficitaire pour tout médecin après sa formation. Une solution radicale pour un vrai problème. Lors des débats, Nora Berra, la secrétaire d'Etat à la Santé, a été à mi chemin de la commisération (du genre : cette proposition "part d'un bon sentiment") et du dogmatisme : "Nous ne sommes pas favorables à des mesures d’obligation (…) Nous préférons des incitations qui respectent la liberté d’exercice et d’installation". Elle a surtout mis en avant l'existence de "mesures fortes mises en place depuis cinq ans et en train de produire leurs premiers effets". Très honnêtement, pour le moment, ça ne marche pas vraiment. Et à ce rythme, les déserts médicaux n’ont pas fini d’avancer.

 

Commentaires

Portrait de sonia

..des médecins roumains et des infirmières bulgares des gérontologues ivoiriens et des gynécologues chinois ! Le sujet de l'exode médical embarrasse tous les partis, alors pourquoi ne pas ouvrir la France à des professionnels de santé Etrangers? (en plus ils coûteront moins cher...)