Drogues : cannabis grand gagnant

11 Décembre 2018
2 714 lectures
Notez l'article : 
5
 

Côté consommation de « substances psychoactives illicites en France », c’est le cannabis qui arrive en tête. L’Observatoire français des drogues et des toxicomanies (OFDT) et Santé publique France ont publié (26 novembre)  les résultats du Baromètre santé 2017 sur les usages de drogues illicites des adultes. Ces données récentes actualisent les estimations de 2014 et permettent de suivre leur évolution. Quels sont les chiffres ? Au cours du premier semestre 2017, un échantillon représentatif de la population française de 20 665 personnes âgées de 18 à 64 ans a répondu par téléphone à un questionnaire relatif aux drogues « illicites », dans le cadre de l’enquête Baromètre santé de Santé publique France. Ces données permettent de « mesurer les niveaux d’usage des adultes pour différentes substances illicites : cannabis, mais aussi d’autres produits plus rares parmi lesquels figurent notamment la cocaïne et la MDMA/ecstasy ». En 2017, le cannabis demeure de très loin le produit illicite le plus expérimenté en France. Près de la moitié des adultes (45 %) en ont déjà consommé (42 % en 2014). La proportion des personnes usagères dans l’année (11 %, soit un adulte sur dix) n’a pas varié par rapport à 2014 et celle des personnes usagères régulières (au moins dix fois dans le mois) passe de 3,1 % à 3,6 %. Par ailleurs, 2,2 % des 18-64 ans déclarent un usage quotidien (1,7 % en 2014). Les seules hausses statistiquement significatives portent sur l’expérimentation et l’usage quotidien et si les progressions observées sont bien moindres que celles intervenues entre 2010 et 2014, les niveaux 2017 s’avèrent être les plus élevés depuis 25 ans.  Les hommes consomment plus que les femmes. En 2017, plus de cinq hommes sur dix ont déjà consommé du cannabis au cours de leur vie contre moins de quatre femmes sur dix. L’écart entre les sexes s’est même accru entre les deux dernières enquêtes à propos de l’usage régulier. L’usage du cannabis évolue selon l’âge et concerne principalement les jeunes générations. Toutefois, la consommation dans l’année de cannabis au-delà de 25 ans concerne désormais 18 % des 26-34 ans, 9 % des 35-44 ans et 6 % des 45-54 ans. Les données indiquent que « les expérimentations des autres substances illicites sont beaucoup plus rares ». Elles se situent en deçà de 6 %, même pour les drogues stimulantes qui sont les plus diffusées après le cannabis : 5,6 % pour la cocaïne et 5 % pour la MDMA/ecstasy. Les expérimentations des autres substances illicites (LSD, amphétamines, héroïne, crack) sont similaires entre 2014 et 2017 et ne dépassent pas 3 %, sauf pour les champignons hallucinogènes (5,3 %). Les usages dans l’année de cocaïne sont en augmentation. Selon l’enquête Baromètre santé 2017, l’usage de cocaïne au cours de l’année continue d’augmenter significativement : il atteint désormais 1,6 %, en nette progression depuis deux décennies. Cette augmentation concerne surtout les hommes (dont l’usage dans l’année s’est élevé de 1,5 % à 2,3 % entre 2014 et 2017) et les plus de 25 ans.