Épilepsie et cannabidiol : l’ANSM alerte

29 Janvier 2019
2 300 lectures
Notez l'article : 
0
 

Le 22 janvier dernier, l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) a alerté « sur les dangers liés à l’utilisation de produits contenant du cannabidiol vendus notamment sur Internet. L’ANSM a appelé « les patients souffrant d’épilepsie et les parents d’enfants atteints d’épilepsie à ne pas utiliser des produits contenant du cannabidiol (CBD) vendus en dehors du circuit légal ». En effet, l’ANSM « a connaissance d’une augmentation de l’utilisation de CBD acheté de cette manière chez des patients atteints de certaines formes d’épilepsies ». « Depuis le début du mois de décembre 2018, l’utilisation du médicament Epidyolex, à base de CBD, est autorisée de façon temporaire et nominative par l’ANSM (ATU - Autorisations Temporaires d’Utilisation) pour la prise en charge de certaines formes sévères d’épilepsie », rappelle le communiqué de l’agence. « Le CBD est un des composés actifs majeurs du cannabis. Des produits contenant cette substance sont vendus en dehors du circuit légal, en particulier sur Internet, sous différentes formes, notamment  huiles, capsules, tisanes ou encore e-liquides pour cigarettes électroniques, alors que leur vente est interdite. Ces produits peuvent être accompagnés d’allégations thérapeutiques, c’est-à-dire de messages qui leur associent une action de prévention ou de guérison, en particulier dans l’épilepsie », détaille l’ANSM. « Bien qu’il puisse présenter un intérêt dans le traitement de certaines formes sévères d’épilepsies, le CBD  a des effets psychoactifs, peut être potentiellement toxique pour le foie et est susceptible d’augmenter les concentrations dans l’organisme de certains médicaments notamment des anti-épileptiques, avec le risque d’accroître leur toxicité », prévient l’agence. «Par ailleurs, la qualité et la sécurité des produits vendus en dehors du circuit légal n’est pas garantie, en particulier en ce qui concerne la quantité réelle de CBD, la présence éventuelle d’autres composés actifs du cannabis ou d’autres produits toxiques, exposant donc à des risques. L’utilisation du cannabidiol vendu en dehors du circuit légal peut donc être dangereuse », point l’ANSM qui rappelle que « le traitement de l’épilepsie nécessite un encadrement et un suivi médical attentifs » ; qu’un « médicament à base de CBD peut être délivré pour certaines formes sévères d’épilepsies par le biais d’ATU nominatives depuis décembre 2018. Il s’agit de l’Epidyolex. L’ANSM recommande (…) de solliciter l'avis du spécialiste qui assure le suivi du patient qui, seul, pourra entreprendre cette démarche si elle est la plus appropriée au regard de la situation », de la personne. Enfin, elle rappelle que les « traitements administrés aux patients souffrant d’épilepsie, enfants ou adultes, doivent toujours être soumis à une prescription médicale et ne doivent en aucun cas être modifiés ou interrompus sans l’avis d’un médecin ».