États-Unis : détection tardive du VIH

14 Décembre 2018
287 lectures
Notez l'article : 
0
 

Le VIH n'est encore le plus souvent diagnostiqué aux États-Unis que trois ans en moyenne après qu'une personne a contracté le virus, selon un rapport des autorités sanitaires publié le 27 novembre. Ce délai représente toutefois une amélioration notable comparativement à la précédente estimation de trois ans et sept mois en 2011, précisent les auteurs de cette étude des Centres de contrôle et de prévention des maladies (CDC), fondée sur des chiffres de 2015, explique l’AFP. Tout en se félicitant de cette « nette amélioration », les CDC insistent sur la nécessité pour les personnes exposées à un risque de se faire tester plus souvent étant donné que 40 % des nouvelles infections par le VIH passent par des personnes vivant avec le VIH qui l'ignorent. « Si vous risquez d'être infecté par le VIH, faites vous tester », insiste Jonathan Mermin, directeur du Centre national pour le VIH/sida, l'hépatite et la prévention de la tuberculose aux CDC. « Quand l'infection par le VIH est diagnostiquée plus rapidement, le nombre de personnes qui peuvent contrôler le virus [par des traitements antirétroviraux ndlr] augmente et les nouvelles infections diminuent », indique Brenda Fitzgerald, directrice des CDC. Les CDC recommandent donc à toutes les personnes âgées d'entre 13 et 64 ans de se faire tester au moins une fois dans leur vie. Pour celles courant un risque élevé d'infection, comme les hommes ayant des relations sexuelles avec d’autres hommes, les autorités sanitaires estiment que les tests devraient être conduits au moins une fois par an, voire tous les six mois. La même fréquence est recommandée aux 42 % de personnes consommatrices de drogues par injection ainsi qu'aux 59 % des hétérosexuels-les courant un risque accru de contracter le VIH. Selon le dernier rapport des CDC, 29 % des gays et des bisexuels n'avaient pas été testés pour le VIH au cours des douze derniers mois. Et un quart des personnes chez qui on a diagnostiqué le VIH en 2015 avaient été infectées pendant sept ans ou plus sans le savoir. Chez les hommes hétéros, la durée médiane entre le moment de l'infection et le diagnostic est de cinq ans, contre deux ans et demi pour les femmes hétéros et les femmes injectrices de drogues. Sur le 1,1 million de personnes vivant avec le VIH aux États-Unis, 85 % savent qu'elles sont infectées, selon les dernières estimations des CDC.