Grèce : des prostituées accusées du "crime" de séropositivité… relaxées

23 Mars 2013
1 598 lectures
Notez l'article : 
0
 

On en avait parlé car cette affaire avait fait scandale bien au-delà de la Grèce… La justice grecque a finalement blanchi (11 mars) douze travailleuses du sexe séropositives au motif qu’elles avaient des relations non protégées par préservatifs avec leurs clients. Elles ont subi plusieurs mois de détention provisoire, après leur arrestation en mai 2012. Le tribunal d'Athènes a blanchi lundi 11 mars ces douze femmes de l'accusation de "tentatives de lésions corporelles graves". Comme le fait remarquer l’AFP, ces décisions de relaxe ont fait l'objet d'une couverture médiatique à minima, alors que leur incrimination avait été très largement mise en scène par le gouvernement socialiste grec (notamment de la part des ministres de la Santé et de l’Intérieur). La police avait rendu publiques l'identité et les portraits de 16 d'entre elles placées en détention provisoire, en invoquant la nécessaire protection de la santé publique. Les portraits des jeunes femmes avaient été publiés dans la presse. Celle-ci n’insistait que sur les risques encourus par les clients sans jamais s’interroger sur les risques pour les travailleuses du sexe ou la responsabilité propre aux clients eux-mêmes. Cette méthode avait scandalisé de nombreuses organisations non gouvernementales de défense des droits de l'homme. Amnesty International avait dénoncé une campagne "totalement erronée" exposant "les travailleurs du sexe à la stigmatisation et à la violence", tout en risquant "de limiter leur accès aux services de santé". La prostitution est légale en Grèce, à condition qu'elle s'exerce dans le cadre de maisons closes au fonctionnement théoriquement réglementé. Cette affaire est sortie (a été montée, disons plutôt) dans un contexte d’augmentation important des cas de contaminations… mais cela n’est pas dû aux travailleuses du sexe, mais à l'absence de toute campagne de prévention. Un effet direct de la crise financière qui frappe le pays.

Commentaires

Portrait de bernardescudier

BRAVO

Portrait de bernardescudier

Un responsable de l'institut Pasteur en Grece fait l'objet d'une enquete de la justice grecque pour le scandale de l'emprisonnement de prostituees pour crime de seropositivite.Papadimitriou - Institut Pasteur

Un responsable de l'institut Pasteur en Grece  fait l'objet d'une plainte d'associations de lutte contre le sida, instruite par la justice grecque pour le scandale de l'emprisonnement  de prostituees pour crime de seropositivite.

 

Papadimitriou, vice president de l'Institut Pasteur en Grece, l'institution francaise de recherches bien connue dans le monde entier, serait compromis dans un scandale moral et politique.

 

De fait, Papadimitriou, vice president de l'Institut Pasteur en Grece, est aussi en charge de la structure de l'etat grec, le Keelno, qui s'occupe des maladies infectieuses et du sida en Grece, en qualite de directeur.

 

Avec l'aide de docteurs, de soignants et de membres du Keelno qu'il dirige, des usagers de drogue et des prostitues, ont ete testes pour le Vih au hasard sur une place sans leur consentement, puis confies directement a la police a l'issue des tests qui devaient signifier leur statut serologique.

Traduits en justive, mis en prison, leurs visages et leur identites ont ete montres a la television grecque. Ces faits datent d'une annee. Mercredi dernier, la justice a libere pour partie certaines personnes.

 

1 - En Grece, les avocats des prostituees arretees pour crimes de seropositivite ont informe la presse que Papadimitriou est poursuivi par la justice grecque. Le procureur de la republique a dilligente une action en justice contre trois personnes : a savoir Papadimitriou comme directeur du Keelno ( le service d'etat  du ministere de la sante grecque charge des maladies infectieuses ), l'ancien ministre grec de l'interieur, et la presidente du Keelno.

 2 -  En France, les autorites de l'Institut Pasteur ... ont contacte les associations de lutte contre le sida qui ont porte leur lutte contre Papadimitriou, suite a la publication de divers textes d'alertes. 

 

 

 2.1 - Emues par le scandale de l'arrestation de prostitues en raison de leur seropositivite, ces autorites francaises ont pris contact avec le ministre actuel de la sante grecque et l'ambassadeur de France en Grece pour avoir des renseignements sur Papadimitriou. 

 

 

 

2.2 - Ces autorites francaises ont pretexte qu'avant la publication des alertes, les autorités de l'Institut Pasteur n'avaient pas été informees. Croyez les  si vous voulez.

 

 

 

 2.3 - Ces memes autorites francaises ont confirme que l'Institut pasteur en Grece avait été questionne. Et que le president de l'institut en Grece, Mr Antonionidis, ainsi que le directeur general avait été emu ... mais que les autorités sanitaires grecques et francaises  n'avaient pas le pouvoir, pour l'instant, de demettre Mr Papadimitriou de ses fonctions. 

 

 

2.4 - Ces memes autorites francaises ont enfin pretendu qu'a l'issue de l'action de la justice grecque, elles poseraient des exigences vis a vis des Grecs, et de l'Institut Pasteur en Grece. 

 

 

 

En conclusion, les associations de lutte contre le sida ont repondu que le calendrier des associations de lutte contre le sida ne correspondait pas au calendrier des autorites francaises et grecques de l'Institut Pasteur  ni au calendrier des autorités administratives et politiques francaises ou grecques. Concernant Papadimitriou, des temoignages etaient reunis probablement pour un proces eventuel  contre lui, en mémoire d'une affaire precedente ou déjà il s'était affranchi des limites de la moralite et du caractere d'exemplarite que revendiquent nos gouvernements démocratiques. Papadimitriou avait semble-t-il,conditionne l'aide alimentaire aux malades du sida en echange de la divulgation de leurs dossiers médicaux. Pour eviter un scandale politique et moral,  une solution avait ete trouvee avec des avocats du premier ministre de l'époque qui était Mr Semitis.  

 

 

Ps - Quant a Mr l'ambassadeur de France en Grece,  par rapport a Papadimitriou, il pretend ne pas avoir été informe par les associations de lutte contre le sida, ni par la presse grecque, francaise ou internationale ni par les lanceurs d'alertes qui l'avaient contacte ni par les chaines de television grecque, francaise et internationale. Mais enfin vous savez les ambassadeurs, ils sont ... accessoires. 

 

 

Bernard Escudier   

 

 

 SOURCES  

 

Les infos sont sur Tf1 mais aussi dans Seronet, LE SITE WEB D'AIDES (deux articles du 10 Mai 20 et du 23 mars 2013 ), et dans la presse francaise et grecque, mais les sites d'informations ne citent pas les noms et les responsabilites des dirigeants grecs et des institutions francaises incrimines.

 

 

1 - sur le site de Tf1 en date du 4 Mai 2012   !

http://lci.tf1.fr/monde/grece-16-prostituees-ecrouees-pour-crime-de-sero...

2 - le site de l'ecole des hautes etudes en sante publique date du 6 Mai 2012 ( blog : http://blog.ehesp.fr/mediasantepublique/2012/05/06/vih-on-enferme-les-pr...)

3 - Le site d'Aides seronet ( articles du du 10 mai 2012 et du 23 mars 2013 )

-  http://www.seronet.info/article/grece-les-travailleuses-du-sexe-victimes...

http://www.seronet.info/breve/grece-des-prostituees-accusees-du-crime-de...

4 - le site du journal le monde en date du 4 Mai 2012 - www.lemonde.fr/.../grece-16-prostituees-ec...  - voir encadre ci-dessous :