Homophobie : les élus-es parisiens mobilisés

20 Novembre 2018
1 246 lectures
Notez l'article : 
0
 

Des élus-es parisiens de tous bords ont demandé à la mairie de Paris, qui s'y associe, de renforcer la lutte contre les actes homophobes, et faire de ce combat une « grande cause nationale » en 2019, selon un document consulté par l'AFP (8 novembre). « Face à la recrudescence des actes discriminatoires et des violences », les élus-es ont invité la maire de Paris (PS) Anne Hidalgo à mettre en place « une campagne de communication pour rappeler la liberté de chaque citoyen-ne de notre ville de vivre sa sexualité ». Plusieurs agressions homophobes sont survenues ces derniers mois dans la capitale, entraînant un déferlement d'indignation. Ce vœu, soutenu par la mairie de Paris, a été discuté lors du prochain conseil municipal (14 novembre). En matière de lutte contre les violences LGBTQIphobes », le Conseil de Paris émet le vœu que la ville s’engage : à faire paraître dans les plus brefs délais une campagne de lutte contre les LGBTQIphobies sur tous les supports d’information de la ville ; à pérenniser l’organisation de rencontres avec tous les acteurs (directions de la ville, Préfecture de Police, associations, etc.) pour établir un plan d'actions afin d'endiguer les violences LGBTQIphobes et à débloquer des moyens suffisants pour mettre en œuvre ce plan d'actions ; à renforcer son soutien aussi bien moral, organisationnel que financier par les subventions aux associations spécialisées dans la lutte contre les LGBTphobies et l’accompagnement des victimes ; à renforcer son dispositif parascolaire de lutte contre toutes les discriminations, - à former et à renforcer la présence des médiateurs de rue afin d‘assurer une présence humaine dissuasive sur le territoire ; à mettre en œuvre le vœu adopté au Conseil de Paris de juillet 2016 qui autorise la seule déclaration pour définir administrativement le genre d'une personne pour les services publics municipaux ; à devenir ville refuge pour toutes les personnes LGBTQI+ persécutées dans le monde. Alors que la mairie de Paris travaille sur un « plan de lutte contre les actes homophobes », remis au gouvernement mi-novembre, les élus-es réclament donc « la mise en place de formations pour mieux entendre et accompagner les victimes de violence », la « mise en place d'une campagne nationale » et le « renforcement de la lutte au sein des établissements scolaires ».  A l'initiative du groupe UDI-Modem, le vœu signé par Les Républicains, les écologistes, socialistes, communistes, macronistes (PPCI et DP), radicaux de gauche ou élus du groupe Générations, propose aussi que « la lutte contre le sexisme et les LGBTQIphobies » soit « grande cause nationale pour l'année 2019 ».