Le Défenseur des droits dresse son bilan pour 2014

9 Février 2015
453 lectures
Notez l'article : 
0
 

Le Défenseur des droits a, de nouveau, connu en 2014 une activité soutenue avec plus de 100 000 demandes d'interventions et de conseils. Ces demandes ont donné lieu à 73 000 dossiers de saisine, pointe le Défenseur des droits - Jacques Toubon (en poste depuis juillet où il a succédé à Dominique Baudis), dans son rapport d'activité annuel publié le 27 janvier, explique l’AFP. Première indication : un motif de réclamation connaît une hausse significative, d’environ 23 % : la "déontologie de la sécurité", autrement dit la relation entre les citoyens et toute personne chargée de la sécurité (police, gendarmerie, douanes, administration pénitentiaire, etc.). Le premier motif de saisine du Défenseur des droits reste en 2014 "celui de l'origine" (19,87 % des réclamations). Celle-ci représente 65 % des saisines en matière de service public, et reste le premier critère invoqué en matière d'accès aux "biens essentiels" comme le logement privé ou les comptes bancaires. Personnes précaires, femmes seules ou étrangers peinent toujours à accéder aux soins du fait notamment de la complexité des démarches ou d'un manque d'informations, note aussi le bilan du Défenseur des droits. Par ailleurs, afin de lutter contre le racisme, une plateforme sera lancée dans l'année, en partenariat avec d'autres organisations (Licra, France TV, association des maires de France, CSA, SOS Racisme) pour aiguiller les victimes dans leurs démarches et proposer des outils de prévention. Jacques Toubon s'est récemment ému que la justice ne prenne pas bien "en charge les questions de discrimination", relevant la difficulté "en matière de preuve" et pointant une "réponse pénale insuffisante". Enfin, le rapport souligne que la crise et les arbitrages réalisés ont un "impact négatif sur les politiques publiques", freinant "l'égalité".