Le Royaume-Uni veut en finir avec le VIH

22 Février 2019
693 lectures
Notez l'article : 
0
 

Le Royaume-Uni a annoncé qu’il allait mettre fin à la transmission du VIH dans le pays d’ici dix ans, indique un communiqué (7 février) de l’Onusida, qui salue l’annonce. En 2016, tous les États membres des Nations Unies s’étaient engagés à en finir avec l’épidémie de sida d’ici à 2030 dans le cadre de la Déclaration politique des Nations Unies sur la fin du sida. Le Royaume-Uni a accéléré massivement ses efforts de riposte au VIH ces dernières années, avec pour résultat une baisse de 28 % des nouveaux cas de VIH au cours des deux dernières années notamment. Le 30 janvier dernier, à Londres, le secrétaire d’État à la Santé et aux affaires sociales, Matt Hancock, a lancé une campagne (soutenue par un budget supplémentaire de 600 000 livres. Ces 600 000 livres seront utilisées pour soutenir quatorze organisations non gouvernementales qui « pilotent de nouvelles approches dans la prévention du VIH et œuvrent pour impliquer les communautés plus exposées au risque ou défavorisées ». « Même si le monde a franchi un grand pas dans la lutte contre le VIH et le sida, nous devons accélérer nos efforts », a affirmé de son côté Penny Mordaunt, secrétaire d’État au Développement international. « Nous sommes convaincus de pouvoir créer un avenir sans sida pour le monde entier. Tel est le niveau de notre ambition » Le gouvernement britannique joue un rôle important dans la riposte mondiale au VIH depuis le début de l’épidémie. Il a investi 1,2 milliard de livres dans le Fonds mondial et élargi l’accès au traitement antirétroviral par l’intermédiaire de UK aid, un programme quinquennal de 150 millions de livres mis en place pour changer la vie de plus de trois millions de personnes parmi les plus pauvres du monde. « Cette annonce représente un autre exemple de l’engagement réel du Royaume-Uni en faveur de la fin de l’épidémie de sida, non seulement dans le pays, mais aussi dans le monde entier », s’est satisfait Tim Martineau, directeur exécutif adjoint par intérim de l’Onusida. En septembre prochain, Londres accueillera la conférence internationale de l’initiative Les villes s’engagent. Cet événement devrait réunir des représentants-es de plus de 275 villes participantes, dans le cadre du premier rassemblement mondial de villes qui accélèrent leurs actions pour en finir avec le sida comme menace de santé publique. Cette initiative  a été lancée en 2014 par l’Onusida, en partenariat avec la Ville de Paris, l’International association of providers of aids care et Onu-Habitat. Elle vise à soutenir « les villes dans l’accélération de leur riposte au VIH et d’en finir avec l’épidémie de sida d’ici à 2030 ». Londres a rejoint cette initiative l’année dernière. Ces dernières années, les nouvelles infections à VIH dans la capitale britannique ont reculé de plus de 40 % et, avec un résultat exceptionnel concernant les objectifs 90-90-90 qui sont déjà atteints. Ainsi : 95 % des personnes vivant avec le VIH connaissent leur statut sérologique vis-à-vis du VIH, 98 % de ces personnes sont sous traitement antirétroviral et 97 % des personnes sous traitement présentent une charge virale indétectable.