L'observance : j'y pense et puis j'oublie

31 Mai 2016
3 190 lectures
Notez l'article : 
0
 

Quand on prend un traitement antirétroviral, l'observance est le gage d'une charge virale indétectable et d'un système immunitaire préservé, objectifs qui sont au cœur du succès thérapeutique. Depuis l'arrivée des trithérapies, les traitements ont évolué vers une plus grande efficacité, une simplification des prises et une diminution du nombre de pilules. Aujourd'hui les combos (Atripla, Eviplera, Stribild et Triumeq) réduisent les prises à un comprimé par jour, participant à faciliter l'adhésion au traitement. L'allègement thérapeutique offrant encore de nouvelles perspectives à l'observance. Des outils comme les piluliers, plus ou moins intelligents, les alertes sur smartphone, les conseils de l'équipe soignante, les programmes d'éducation thérapeutique du patient (ETP) facilitent la vigilance et concourent à renforcer l'observance au quotidien. Cependant, la motivation à prendre un traitement au long cours peut être tributaire d'un sentiment de lassitude ou de l'apparition d'effets indésirables, être bousculée par la prise de produits psychoactifs, par un changement de mode de vie ou d'habitudes... Comment se passe votre observance depuis l'initiation de votre traitement ? Avez-vous déjà changé de traitement pour faciliter sa prise au quotidien ? Des trucs et astuces à partager autour des pilules, gélules et comprimés ? Le chat thématique du mardi 31 mai, de 21h à 22h, sera animé par Ernesto.

Commentaires

Portrait de ernesto-seronet

Une dizaine de personnes en vigie pour évoquer le thème de l'observance, et qui font état de pratiques très individualisées, déterminées souvent par le parcours avec les traitements, la longueur de celui-ci (initié quelques fois très tôt dans la vie), les difficultés rencontrées, la présence d'autres pathologies. Le nombre de comprimés pris et leur diminution dans le temps est un facteur essentiel qui va favoriser une meilleure observance, mais c'est quelques fois les effets indésirables et les années de prises successives qui peuvent rendre le respect des prises beaucoup moins évident, voire conduire à une tentation de choix de pause thérapeutique face à la lourdeur cumulée des traitements. La crainte cependant de laisser sortir le virus de son sommeil et voir apparaitre des maladies opportunistes est un puissant moteur de l'observance. Et la marge de tolérance va être perçue différemment d'une personne à l'autre. Certains n'ont jamais ou une seule fois rater une prise de traitement, voire respectent un timing très strict, quand d'autres s'accordent une amplitude horaire qui ne leur occasionne pas d'inquiétude et que semblent confirmer les résultats satisfaisants des bilans. Beaucoup inscrivent l'observance dans un cadre plus large d'hygiène de vie, d'alimentation de qualité. Aussi la prise d'aliments, d'un repas complet quelques fois indissociable de celle du traitement, comme dans le cas de l'Eviplera, peut constituer un obstacle : quand il n'est pas possible de prendre les comprimés dans la situation souvent décrite comme idéale, celle du petit-déjeuner, où les automatismes peuvent s'instaurer plus facilement, la prise hors de chez soi au cours d'un repas avec des collègues, des proches, de manière discrète, peut s'avérer plus complexe. Et quand il faut avoir des comprimés sur soi, un combo est alors plus pratique. Le rythme de vie et en particulier les horaires de travail, surtout quand ils changent ou sont irréguliers, conditionnent aussi l'observance. Mais les réveils plus tardifs les jours de repos peuvent aussi induire des décalages ou des loupés dans les prises. Alors, au rayon des astuces : l'alarme sur le smartphone matin et soir, le flacon de comprimé avec le bol du petit-déjeuner, ... Et à l'exception d'un pharmacien aux petits soins qui se déplace même pour apporter les traitements, les équipes soignantes semblent ne pas être un appui majeur dans l'observance, ni dans la proposition d'ETP (Education Thérapeutique du Patient), dont très peu ont entendu parler. Vue, vécue, pour certains, comme une corvée, quand ce n'est pas même une agression, un emprisonnement, l'observance, intégrée et adoptée comme une habitude, une règle, est pour d'autres simple comme un brossage de dents.

Vous êtes invité-e-s comme d'habitude à poster sur ce thème vos commentaires et réactions à la suite de celui-ci , et à exprimer ici vos suggestions de thèmes que vous souhaiterez aborder dans les mois à venir, ou d'évolution du "format" de ces chats thématiques.

La semaine prochaine, ayant fui les Yakuzas, puis traversé les Corées, arriverons-nous à pied par l'Empire du Milieu, après avoir vu de nos yeux débridés, et dans un certain émoi, deux fois 700 millions de chinois ? Alors, du haut du Musée des Arts de la Chine, en serons-nous l'OBServateur, plus tout à fait France, mais pas encore Nouvel ?

Portrait de Yanphebus644

bonsoir Ernesto

je suis depuis peut de temps sur le site de séronet , et je remercie au passage l'asso de aides 86 ou j'ai etait recus par un garcon qui se nome Angelot , et qui ma guidé , et ou je me déplace une fois par mois sur poitiers , et que j'apprécie beaucoup .

pour revenir sur L'OBSERVANCE , je suis impeut dessus qu'il y est qu'une dizaine de personnes pour ce théme qui à mon sens

à une trés  grande importance .

encore merci pour se théme .

à bientot

Yan

Wink

Portrait de tong.nat

Suite à ce fidèle compte rendu,

il convient de signaler, qu' après une longue période de traitement et une prise de nombreux comprimés , les nouveaux ARV en limitant la prise à 1 comprimé par jour a favorisé l' observance .en réduisant les effets secondaires .

1 comprimé par jour n'est plus problématique, l'observance  est celle de toute maladie chronique : ne pas l'oublier !!!

 Tong Cool