Médecines complémentaires : quand et pourquoi ?

Mardi 12 Mars 2019 - 21:00 au 22:30
251 lectures
Notez l'article : 
0
 

Régulièrement, les médecines alternatives ou complémentaires (MAC) font débat… parfois même jusque devant les tribunaux. L’Ordre des médecins reconnaît officiellement quatre types de MAC : l’acupuncture, l’homéopathie, la mésothérapie et l’ostéopathie, rappelle le site 66 millions d’impatients. L’Inserm (Institut national de la santé et de la recherche médicale) distingue « les méthodes fondées sur des produits naturels (phytothérapie, aromathérapie, etc.), les techniques axées sur la manipulation (ostéopathie, chiropraxie, etc.), les thérapies du corps et de l’esprit (hypnothérapie, méditation, sophrologie, etc.) ou encore les approches complètes reposant sur des bases théoriques qui leur sont propres (acupuncture ou homéopathie par exemple). On estime que 40 % des Français-es ont recours aux MAC. D’ailleurs, certaines d'entre-elles sont remboursées comme l’acupuncture contre l’usage du tabac. Ces médecines alternatives ou complémentaires sont le plus souvent réglementées et des dizaines de milliers de professionnels-les de santé y sont formés-es. Il n’en demeure pas moins qu’elles font toujours débat, comme on l’a vu récemment avec l’homéopathie. Avez-vous recours aux MAC ? Dans quelles circonstances et pour quelles raisons ? En parlez-vous avec votre médecin traitant et/ou votre infectiologue ? C’est autour de ces questions que Diane-Seronet vous propose d’échanger pendant le chat thématique, mardi 12 mars à partir de 21 heures.