Montpellier sans sida

18 Avril 2019
318 lectures
Notez l'article : 
0
 

Voilà, une ville de plus ! Montpellier a rejoint, début avril, la liste des villes (environ 250 à ce jour) qui s’engagent à accélérer leur réponse face au sida (le réseau Fast-track cities ou réseau des villes internationales contre le sida). Elle devient ainsi, la quatrième ville française à intégrer ce réseau, après Paris, Nice et Bordeaux. Sur le site officiel, la ville de Montpellier explique : « Vers Montpellier sans sida est une mobilisation de l’ensemble des acteurs médicaux, paramédicaux, étudiants en santé, associatifs et politiques de la ville pour s’impliquer dans la lutte contre le VIH/sida de façon optimisée et coordonnée, en prenant en compte les spécificités du terrain dans un objectif de diminuer significativement l’incidence de l’infection par le VIH. L’objectif de ce réseau est de parvenir à zéro nouvelle contamination par VIH d'ici 2030. Montpellier a choisi une marraine de renom pour cette adhésion, la professeure de médecine Françoise Barré-Sinoussi, prix Nobel de médecine. Interviewé par France Bleu, le docteur Alain Makinson, a expliqué qu’une prévention efficace portait ses fruits : « Le travail ciblé sur le public le plus touché par l'épidémie (les hommes à multiples partenaires) a permis de faire reculer de 40 % le nombre de nouvelles contaminations en 2018, a indiqué ce spécialiste en maladies infectieuses du CHU de Montpellier et coordonnateur de Montpellier sans sida. À Montpellier, le CHU suit plus de 2 000 personnes vivant avec le VIH et compte plus de 100 nouveaux-elles patients-es chaque année.