Philippines : l'Eglise catholique joue contre les pauvres

5 Août 2013
2 245 lectures
Notez l'article : 
0
 

La Cour suprême des Philippines a commencé (9 juillet)  à examiner la requête de l'Eglise catholique qui entend faire invalider une loi sur le contrôle des naissances facilitant l'accès des plus pauvres à la contraception, et, pour faire bonne mesure, menaçant d'excommunication les élus qui la défendent. Il s'agit du dernier recours judiciaire pour la puissante Eglise philippine qui a organisé des prières publiques avant le début des audiences, rappelle l’AFP. La Cour suprême avait suspendu la promulgation de la loi en mars après sa saisine par l'Eglise. La contraception est déjà légale sur cet archipel de quelques 100 millions d'habitants catholique à 80 %, mais son coût la rend hors de portée des personnes les plus démunies, notamment dans les campagnes et les bidonvilles. La nouvelle loi, à laquelle l’Eglise catholique s’oppose, fait obligation aux centres médicaux de fournir gratuitement préservatifs et pilules contraceptives. L'avortement lui-même reste proscrit mais le texte autorise et facilite les soins post-avortement. On pourrait penser aussi que la diffusion large des préservatifs pourrait être utile en matière de lutte contre le VIH (ces dernières années, l’épidémie s’y est développée, selon l’ONUSIDA), mais ce n’est pas le souci de l’Eglise, pas plus que la pauvreté des gens de l’Archipel. Aux Philippines, plus d'un quart des 100 millions d'habitants vit sous le seuil de pauvreté. Aucun calendrier n'a été rendu public pour les travaux de la Cour suprême.