Refus de soins et santé en prison

25 Février 2019
427 lectures
Notez l'article : 
0
 

Secrétaire d'État auprès de la ministre de la Santé Agnès Buzyn, Christelle Dubos a récemment rencontré l'Association des journalistes de l'information sociale (AJIS) pour détailler ses pistes d'actions, rapporte le Quotidien du Médecin (14 février) qui a assisté à cette rencontre. Une des pistes prioritaires est la santé des personnes les plus vulnérables. Christelle Dubos a rappelé que la fusion de l'aide à la complémentaire santé (ACS) et de la CMU-C allait être mise en œuvre au 1er novembre 2019, afin d'améliorer l'accès aux soins en réduisant le taux de non-recours aux droits sociaux, et de simplifier la couverture sociale des personnes les plus démunies, indique le quotidien médical. Elle a également souligné qu’elle travaillait avec le Défenseur des droits sur l'accès aux droits et aux soins et spécialement la question des refus de soins. « Des difficultés sont effectivement posées par certains médecins, nous travaillons là-dessus, mais cela relève de la déontologie médicale. Nous faisons aussi un travail avec les personnes concernées, en leur disant que ce n'est pas normal de se voir refuser des soins. Plus on en parlera et plus les médecins s'en rendront compte », a indiqué la secrétaire d'État. Autre piste de travail, une « feuille de route sur la santé en prison est en train d'être finalisée, afin de mieux prendre en charge les personnes au moment de leur entrée, pendant et après leur sortie de prison », a indiqué Christelle Dubos lors de cette rencontre avec l’AJIS.