Sida/Afrique : le pape très dogmatique

12 Avril 2014
2 503 lectures
Notez l'article : 
0
 

Il y a certainement des évolutions du discours du pape dans certains domaines, mais en matière de prévention du VIH/sida, le dogme de l’Eglise catholique semble tenir bon. Ainsi le pape François a recommandé (7 avril) au personnel sanitaire travaillant pour l'Eglise en Afrique d'éduquer les populations à "la responsabilité sexuelle" et "la chasteté", prônant "la monogamie" et "la fidélité" dans les couples. Dans un discours aux prélats de Tanzanie en visite de travail à Rome, le pape argentin a salué l'œuvre de ceux, qui, dans l'Eglise, "prennent soin de ceux qui souffrent du sida". "Je pense tout spécialement au témoignage (....) de ceux qui œuvrent de manière diligente à éduquer les personnes dans le domaine de la responsabilité sexuelle et de la chasteté", a déclaré le pape François. C'est "en promouvant la prière, la fidélité maritale, la monogamie, la pureté et le service humble de chacun dans les familles" que l'Eglise en Tanzanie peut contribuer "au bien-être social" de ce pays d'Afrique de l'Est, a-t-il ajouté. Le message du pape François reste très proche de ceux de ses prédécesseurs Jean Paul II et Benoît XVI. François prône la chasteté et la monogamie, mais s’est bien gardé de traiter de la question du préservatif dans la lutte contre le sida. Jean Paul II et Benoît XVI ont contesté l’utilité du préservatif en matière de lutte contre le sida. Mais il n’y a pas que des mauvaises nouvelles concernant l’Eglise catholique. Ainsi la Cour suprême des Philippines a débouté (8 avril) les instances dirigeantes de l'Eglise catholique locale qui réclamaient l'invalidation d'une loi sur le contrôle des naissances facilitant l'accès des plus pauvres à la contraception en la rendant gratuite. La saisine en mars 2013 par l'Eglise de la plus haute juridiction philippine avait entraîné la suspension de cette loi promulguée en décembre 2012 par le président Benigno Aquino. Le texte prévoit la gratuité des moyens de contraception (préservatif, pilule) et l'éducation sexuelle à l'école. Il rend obligatoire la formation des travailleurs sociaux au planning familial et légalise les soins post-avortement - même si l'avortement lui-même reste interdit, tout comme le divorce, rappelle l’AFP. Selon une récente enquête d'opinion, 72 % des Philippins approuvent la nouvelle loi que ses partisans jugent indispensable pour lutter contre la pauvreté et faire baisser le taux de fertilité élevé de 3,54 enfants par femme. Une quinzaine de mères meurent des suites de l'accouchement chaque jour aux Philippines, d'après l'organisation caritative britannique Merlin.

Commentaires

Portrait de frabro

La monogamie et la fidélité dans le couple, tout comme la chasteté, sont d'excellents moyens de lutter contre la transmission des mst. Qui peut dire le contraire ?

Que ça coïncide avec la doctrine catholique, nul ne peut non plus dire le contraire et le pape est dans son rôle lorsqu'il la rappelle.

Vous pouvez rappeller les diatribes de ses prédecesseurs contre le préservatif, mais François, que je sache, n'a jamais tenu ce genre de discours. 

Feriez-vous de "l'antipapisme primaire "?

Enfin, je ne vois pas bien le rapport entre le début de la brève et la suite sur la contraception...Que certaines églises catholiques comme celle des Pjhilippines soient éminament rétrogrades est de notoriété publique, mais en France nous avons Caritas et Christine Bouttin...

Bref, évitons les amalgames, les propos sortis du contexte et l'anti cléricalisme : exposons plutôt de vrais arguments, ce sera plus utile.