Sport sur ordonnance : la HAS publie un guide

3 Novembre 2018
2 280 lectures
Notez l'article : 
0
 

Les médecins peuvent, depuis 2016, prescrire de l'activité physique comme n'importe quelle autre thérapie. Reste que des freins persistent. La Haute autorité de santé (HAS) a élaboré un guide pour accompagner les médecins et les aider à mener des consultations dédiées à l'activité physique. « Il s'adresse en particulier aux médecins de ville : ce sont les meilleurs interlocuteurs pour convaincre les patients des bénéfices de l'activité physique. Il est de plus démontré que la prescription est un facteur d'adhésion à l'activité physique », souligne la professeure Dominique Le Guludec, présidente de la HAS, cité par le Quotidien du Médecin (18 octobre). « Il n'existe quasiment aucune contre-indication à l'activité physique légère à modérée », rappelle, pour sa part, le Dr Alexandre Feltz, médecin généraliste et adjoint au maire de la ville de Strasbourg en charge de la santé publique ; une ville en pointe dans le soutien à la prescription médicale d’activité sportive,, cité dans le quotidien médical. Dominique Le Guludec espère que « les médecins [vont s’emparer] de ces outils afin d'améliorer la prescription de l'activité physique sur tout le territoire ». Reste le problème de sa prise en charge par l’assurance maladie… ce n’est pas le cas aujourd’hui et c’est donc un obstacle. En complément de son guide, la HAS propose six référentiels spécifiques à l'obésité, au diabète de type 2, à la bronchopneumopathie obstructive, à l'hypertension artérielle, à la maladie coronaire stable ou à l'accident vasculaire cérébral. D'autres suivront en 2019 concernant le cancer, les personnes âgées, l'insuffisance cardiaque chronique, la dépression et la grossesse.