Suivi du traitement VHC : Infirmière spécialisée ou médecin ?

1 Janvier 2017
903 lectures
Notez l'article : 
0
 

Une étude (1) a comparé la prise en charge des personnes vivant avec le VHC éligibles au traitement avec les nouveaux médicaments (AAD) par un médecin spécialiste du foie et une infirmière spécialisée. Quelque 550 personnes, candidates à un traitement par AAD, ont été prises en charge soit par un hépatologue, soit par une infirmière spécialisée. Le suivi proposé était identique aux groupes : consultations de démarrage du traitement, puis mensuelles, puis à quatre et douze semaines après l’arrêt du traitement. Les traitements proposés étaient  Sovaldi (sofosbuvir) + Daklinza (daclatasvir) avec ou sans ribavirine, Harvoni (sofosbuvir + lédipasvir) avec ou sans ribavirine, Sovaldi (sofosbuvir) + Olysio (siméprévir) avec ou sans ribavirine. Parmi les participant-e-s : 60 % étaient des hommes, 47 % avaient une cirrhose, 11 % avaient reçu une transplantation, 14 % avaient une insuffisance rénale, 18 % un diabète et 1,5 % étaient co-infectés par le VIH. Enfin, 61 % des personnes avaient le VHC de génotype 1. Deux critères ont été étudiés dans les deux groupes : l’efficacité du traitement et sa tolérance. La durée du traitement a été de 12 semaines pour 86 % des personnes et de 24 semaines pour 14 %. Concernant l’efficacité, le taux de réponse virologique soutenue à 12 semaines (RVS 12) était de près de 93 % : 91,2 dans le groupe suivi par le médecin et 94 % dans celui suivi par l’infirmière spécialisée. Autres différences, il y a un peu plus d’arrêts de traitements et de personnes perdues de vue dans le groupe suivi par le médecin versus celui suivi par l’infirmière. Pour les chercheurs, la prise en charge des personnes ayant une hépatite C chronique traitées par AAD peut être réalisée par une infirmière spécialisée et donc ne plus être l’apanage du seul médecin. Elle permettrait même de limiter les personnes perdues de vue, ce qui reste à démontrer définitivement par une étude randomisée.

(1) : L’infirmière spécialisée fait mieux que le médecin spécialiste. Scoazec Borghi G et al., CO12. 79èmes journées scientifiques de l’Afef.