VHC : 15 millions d'infections évitables

8 Février 2019
4 822 lectures
Notez l'article : 
0
 

D'ici à 2030, il serait possible d'éviter que 15 millions de personnes soient infectées par l'hépatite C dans le monde. Mieux encore, on pourrait éviter 1,5 million de décès par cirrhose et cancer du foie. Pour cela, il faudrait appliquer un ensemble complet de mesures qui associent le dépistage, la prévention et les traitements. Telles sont les conclusions d'une étude publiée le 29 janvier dernier et qui examine dans quelle mesure les objectifs d'élimination de la maladie que s’est fixée l’Organisation mondiale de la santé (OMS) sont réalisables. Ces progrès possibles correspondent à une réduction de 80 % de l'incidence (nouvelles infections) et de 60 % du nombre de décès par rapport à 2015, rappelle l’AFP. « L'élimination du virus de l’hépatite C est un objectif extrêmement ambitieux, qui nécessite des interventions de prévention et un dépistage améliorés, en particulier dans les pays les plus touchés, tels que la Chine, l’Inde et le Pakistan », relève le professeur Alastair Heffernan, de l'Imperial College de Londres. C’est ce chercheur qui a dirigé l’étude parue dans la revue médicale The Lancet. « La réalisation de telles réductions nécessite un programme de dépistage massif et une augmentation rapide du nombre de nouveaux traitements à court terme - à savoir 51,8 millions de traitements antiviraux à action directe d'ici à 2030 », souligne-t-il. Il s'agit notamment de dépister 90 % des personnes atteintes et de les traiter d'ici là. C’est cette stratégie qui a été conduite en Égypte, pays très fortement touché par le VHC. L’Égypte a progressé en traitant 700 000 personnes avec des AAD grâce au déploiement du dépistage, d'après les chercheurs-euses. « À l'échelle mondiale, on estime que 71 millions d'individus sont infectés de manière chronique par le virus de l'hépatite C et que 10 à 20 % d'entre eux développeront des complications hépatiques, dont la cirrhose et le cancer, qui ont causé plus de 475 000 décès en 2015 », notent les auteurs-es. Ces dernières années, le nombre de décès dus à cette infection virale a augmenté, ajoutent-ils. L'infection se contracte le plus souvent par les transfusions sanguines non testées, du matériel d'injection de soins non stérile, essentiellement dans des pays à faibles revenus, ainsi que par l'utilisation de drogues injectables sans précautions d'hygiène (partage de matériel…). L'arrivée en 2014 des antiviraux à action directe (AAD) a révolutionné le traitement en permettant des guérisons de l’infection plus de neuf fois sur dix. En conséquence, en 2016, les 194 États membres de l'OMS se sont engagés à éliminer cette hépatite virale en tant que menace pour la santé publique. Les objectifs comprennent une réduction de la mortalité de 65 % et de 80 % des nouvelles infections d'ici à 2030. L'OMS a estimé le coût de la mise en œuvre de sa stratégie à 11,9 milliards de dollars pour la période 2016-2021, note la revue. L'étude, publiée dans The Lancet, repose sur un modèle mathématique de l'épidémie mondiale d'hépatite C dans 190 pays.