VIH, hépatites : une enquête santé à Mayotte

22 Décembre 2018
2 462 lectures
Notez l'article : 
0
 

Santé publique France lance l’enquête Unono Wa Maore à Mayotte. C’est la première enquête menée à Mayotte permettant d’établir une photographie globale des comportements de santé de la population générale mahoraise, indique Santé publique France. Elle vise également à tenter d’estimer la prévalence de certaines maladies comme le diabète, l’hypertension artérielle, l’obésité et contribuera à l’actualisation de stratégies de dépistage des hépatites B et C, de l’infection VIH et des autres infections sexuellement transmissibles. Lancée le 21 novembre 2018, en collaboration avec l’Agence régionale de santé Océan Indien, l’enquête comprend deux volets : un entretien à domicile en face à face et des prélèvements biologiques. Les résultats seront attendus fin 2019. Les thèmes de santé abordés incluent une partie classiquement suivie en métropole (consommations de tabac, d’alcool, accès aux dépistages, recours aux soins…), ainsi que des sujets relevant de problématiques de santé spécifiques à Mayotte : diabète, hypertension artérielle, couverture vaccinale des jeunes enfants, VIH. La première étape est un entretien en face à face. La seconde étape est un volet biologique. A l’issue de l’entretien, l’enquêteur informera les participants-es de 15 ans et plus des modalités de réalisation du dépistage conjoint des trois infections VHB, VHC, VIH et des auto-prélèvements pour les infections à gonocoques et chlamydiae effectués à domicile. Les prélèvements seront analysés par un laboratoire et les résultats seront restitués gratuitement au participant ou à la participante dans différentes structures de soins de l’île. Ce volet vise à actualiser les estimations de prévalence de ces infections dans la population générale. Les premiers résultats de l’enquête permettront d’une part de définir les priorités de santé publique pour améliorer l’état de santé d’une population très exposée à de nombreux risques sanitaires, et d’autre part de développer et d’adapter des dispositifs de prévention et de promotion de la santé pour toute l’île. Les résultats sont attendus à partir de la fin de l’année 2019.