Violences faites aux femmes : une plateforme en ligne

5 Décembre 2018
1 660 lectures
Notez l'article : 
5
 

« Faire le premier pas » : depuis mardi 27 novembre, une plateforme internet permet aux femmes de signaler par « chat » à des personnels de la police et de la gendarmerie les violences sexuelles et sexistes qu'elles ont subies, un dispositif dont le gouvernement espère qu'il libérera la parole. Ce portail de signalement en ligne, accessible par ordinateur, tablette ou smartphone, repose sur 36 policiers-ères et gendarmes, mobilisés 24 heures sur 24, 7jours sur 7, depuis Guyancourt (Yvelines) et Rennes. L'idée est d'« écouter, conseiller » et « accompagner » les femmes vers le dépôt d'une plainte, mais aussi de permettre aux témoins de signaler des faits dont ils auraient connaissance. « Seules 10 % des victimes de violences sexuelles et sexistes déposent plainte. Le silence, la peur... Ça ne peut pas durer ! » a souligné le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner, qui assistait au lancement. La plateforme doit donc contribuer à un « mouvement de libération » de la parole des victimes, lequel n'est cependant « pas suffisant », a noté Marlène Schiappa, la secrétaire d'État à l'Égalité entre les femmes et hommes, appelant les témoins à se manifester. « Quand vous avez connaissance d'une violence sexiste ou sexuelle, votre devoir de citoyen, c'est d'appeler la police ou la gendarmerie, ou désormais de vous connecter à cette plateforme », a-t-elle insisté. 130 femmes sont mortes l'an dernier en France sous les coups de leur compagnon, ex-conjoint ou petit ami, contre 123 en 2016, selon les chiffres dévoilés par le ministère de l'Intérieur lundi 26 novembre, au lendemain de la journée internationale pour l'élimination des violences faites aux femmes. Le gouvernement souligne également que 93 000 femmes déclarent avoir déjà été victimes d'un viol ou d'une tentative de viol.

Commentaires

Portrait de sonia

L'année des 7 femmes.

Étonnants les chiffres communiqués par le gouvernement (si tant est qu'il y en ait un).

" 130 femmes sont mortes l'an dernier en France sous les coups de leur compagnon, ex-conjoint ou petit ami, contre 123 en 2016, selon les chiffres dévoilés par le ministère de l'Intérieur lundi 26 novembre, au lendemain de la journée internationale pour l'élimination des violences faites aux femmes " (NDLR). 

Bien dans ma peau de femme, je déclare, en tout honneur. la nouvelle prière de mes sœurs de l'éphémère indulgence :

Seigneur Vih j'atteste que tu es la Vie éternelle, 

Porter plainte quand on est seropo, même pas en rêve.! 

J'espère que c'est pas un effet d'annonces et que la plate forme ne sera pas saturée de mouchards, car on a bien compris que le signalement de témoins d'actes ou d'intentions de violences sexistes peut mener très loin. Vers un gregory 2? Sadisme...