Tu veux ma photo ?

Publié par Sophie-seronet 7879 lectures
Notez l'article : 
4.2
 
A -
A +

Lorsqu’on apprend sa séropositivité, on est d’abord confronté à son propre regard : l’estime de soi peut être bouleversée et chacun-e, à son rythme, doit prendre le temps de l’accepter pour pouvoir vivre sa vie sans la centrer autour du VIH. Tout comme le regard qu’on porte sur soi, celui des autres va conditionner nos vies, alors il y a un véritable enjeu lors de l’annonce, voire une responsabilité qui passe parfois par une mise en danger de soi mais qui permet aussi de faire évoluer les mentalités, de transformer ce regard. Entre indifférence, admiration, jugement, respect, curiosité… Gila, Maya, Aurore et Gys vous racontent le regard des autres et comment elles voient les choses.

Le regard des autres, c'est nous qui l'induisons

Le regard des autres est multiple, il dépend du niveau culturel des gens. Souvent les personnes jugent par bêtise, par ignorance ou par manque d’information... Personnellement quand je l’ai annoncé, je ne me suis pas sentie jugée, je travaillais dans une association et tout le monde était au courant. L’annonce a été bien accueillie, les personnes l’ont vécue comme une tuile pour moi et c’est tout. J’ai eu une vie très décousue et aujourd’hui il y a un seul témoin du moment de ma contamination : c’est ma meilleure amie qui me regarde avec bienveillance. Elle est fière de moi et en même temps admirative de mon parcours de vie.
Lire la suite...

Je VIH sans me plaindre

Chez mes proches, ma famille, c'est confus, il y a de la jalousie parce que j'assume mon état et que je fais ce que je veux, et surtout j'ai une vie sexuelle avec ce VIH... Il y a les reproches : "Tu ne veux pas entendre que tu as fait un AVC", de l'admiration : "Oui tu en connais un paquet sur les IST et tu t'occupes des autres à AIDES"... Mais pas de véritable dialogue sans jugement, ça c’est chiant, je ne me sens jamais naturelle, authentique ou franche… toujours obligée de tricher : "Oui je vais bien" même quand je me sens chiffon !
Lire la suite...

Le regard de autres est une prison dont il faut se libérer

Le regard des autres, je crois, m’a brûlée trop tôt, voire calcinée même : j'étais toxicomane (avant d'être séropositive) et les jugements ne sont ni tendres ni compassionnels avec une ado paumée de 17 ans… Le mépris, la peur, le jugement, les réprimandes médicales, familiales, autres… Côté famille, c'est le déni plus ou moins ; on n'en parle pas, du sida non : Maya est forte, elle se débrouille avec sa merde, ramassée de plus dans des circonstances non approuvées ! A part maman (une vraie maman ne lâche pas son enfant) c'est valable pour toute ma famille quasiment, frères compris. Quelque part, j’ai le sentiment qu’ils m'en veulent de ma résistance, de ma longévité malgré les menaces de mort et cette vie de "bohème" que je menais.
Lire la suite...

Quand j’ai révélé ma séropositivité, j’ai eu des réactions différentes

J’ai eu au fil des années de nombreux regards posés sur moi, tantôt positifs, tantôt négatifs, mais très rarement neutres. Le VIH reste une maladie "pas comme les autres" dans la conception que s’en font les gens, il est fortement connoté. Souvent la première réaction après le premier choc de l’annonce du statut sérologique est de demander comment on a pu attraper ça ! J’ai déjà entendu un membre du corps médical me demander, de but en blanc, si j’étais toxicomane. Le mode de contamination implique vraiment des réactions différentes. Pour ma part, je n’ai jamais eu de preuves de son origine mais une très forte suspicion concernant un de mes ex. Dès que j’en parle, je vois souvent des réactions d’empathie ou de pitié.
Lire la suite...

Pays : 

Commentaires

Portrait de rigologue

BRAVO Mesdames, vous avez su écrire ce que je n'ai  pas pu  formuler....

bonne continuationLaughing

Portrait de frederic16

Bien de rassembler de bon temoignages,l oeil avec tant de dire.Sauf que le titre ressemble beaucoup a des dires de banlieusarde.Donc je pense que Sophie aurait pu mieux faire(mon avis),un avis.AMITIE

                             comment voulez-vous que le regard de la personne change

                                   avec tant d agressivité  sur un titre(d ou le personnage)