AAD

VHC : tous les médecins vont prescrire des AAD

article
Thérapeutique Publié par jfl-seronet
0
Des résultats d’études (en population générale, gays, populations dans les départements et régions d’Outre-mer) ont été présentés le 15 mai dernier lors de la Journée nationale de lutte contres les hépatites. A cette occasion, le directeur général de la Santé a confirmé que la prescription des...

Sofosbuvir "low cost"

breve
0
DNDI (Drugs for neglected diseases initiative - l'initiative médicaments contre les maladies négligées) et le laboratoire pharmaceutiques égyptien Pharco ont annoncé (8 mars) l'arrivée prochaine de leur version "low cost" du sofosbuvir (nom de marque Sovaldi), un antiviral à action directe (AAD) utilisé dans le traitement du VHC. Comme le rappelle le "Quotidien du Médecin", ces deux structures...

La Chine en attente d'AAD contre le VHC

breve
0
La Chine compte près de dix millions de personnes d'hépatite C. En 2017, environ 240 000 nouveaux cas ont été diagnostiqués. Le traitement standard en Chine contre l'hépatite C, l’interféron pégylée, est inefficace dans un grand nombre de situations et a des effets indésirables importants, une faible tolérance et un cycle de soins long, entraînant un faible taux de traitement et des échecs...

Portrait de fil

AAD : mêmes taux de guérison pour la co-infection

L'utilisation de traitements antiviraux à action directe a montré des taux élevés de réponse virologique soutenue pour l'infection par le virus de l'hépatite C chez les patients avec et sans infection par le VIH comparativement aux taux de patients mono-infectés par le VHC, selon les résultats publiés dans Hepatology . 

En raison des faibles taux de réponse virologique prolongée associés aux thérapies à base d'interféron, de la progression accélérée de la maladie hépatique liée au VHC et des obstacles au traitement, la FDA a identifié les personnes infectées par le VIH et la co-infection par le VHC comme spécifiques. », a déclaré Cameron Sikavi, un résident de troisième année du département de médecine de l'Université Harbour de Californie au Los Angeles Medical Center. «Avec l'avènement des thérapies [AAD], le traitement du VHC a entraîné des taux de guérison plus élevés avec une courte durée de traitement comparativement aux traitements à base d'interféron pégylé et de ribavirine, en plus de meilleurs profils de sécurité et de tolérabilité. 

Des recherches antérieures ont montré que le traitement DAA peut améliorer l'espérance de vie et les taux de RVS. À l'aide de bases de données cliniques, les chercheurs ont examiné systématiquement le traitement de l'infection chronique au VHC chez les patients infectés par le VIH afin de déterminer si l'utilisation d'agents AAD répondait à un besoin médical non satisfait et entraînait des taux de RVS similaires à ceux des personnes mono-infectées. Dans leur revue, les investigateurs ont inclus des études datées entre janvier 2004 et juillet 2017, recherchant les mots clés «hépatite C», «VIH», «coinfection» et «antiviral à action directe». 

Les patients ayant une co-infection par le VHC et le VIH traités par des traitements à base d'interféron présentaient des taux de RVS nettement inférieurs à ceux observés chez les patients mono-infectés par le VHC. Les personnes mono-infectées qui ont commencé à prendre des agents DAA avaient des taux de RVS similaires à ceux des personnes co-infectées, avec une RVS supérieure à 93%. En comparaison avec les régimes à base d'interféron, il a été démontré que les médicaments DAA ont amélioré la sécurité, l'efficacité et la tolérabilité chez les patients co-infectés et mono-infectés. Sikavi et ses collègues notent également que les médecins doivent être conscients des médicaments antirétroviraux contre le VIH avant de commencer un traitement contre le VHC, et des comorbidités qui peuvent avoir un impact sur la RVS. 

"Compte tenu du succès de la thérapie DAA, il est impératif que la recherche future vise à identifier les programmes et les interventions qui réduisent le risque de réinfection au sein de cette population", a écrit Sikavi et ses collègues. "Les cliniciens doivent rester vigilants, particulièrement en ce qui concerne l'identification des interactions médicamenteuses, les prédicteurs négatifs ou la RVS, et les obstacles aux soins. Ce faisant, les améliorations des taux de RVS accordées aux AAD peuvent répondre à un besoin médical non satisfait parmi la population coinfectée, avec des implications cliniques significatives. » 


https://www.healio.com/hepatology/hepatitis-c/news/online/%7B5a07ee82-9a...

Mots clés  : AADantirétroviraux à action directecoinfectionVHChépatite C

Fin de limitation d’accès pour les AAD

breve
0
"Adieu Limitation – Soulagement chez les personnes atteintes d’hépatite C", mettent en avant le AHCS (Schweizerische Hepatits C Vereinigung, l’association suisse sur l’hépatite C) et le Conseil Positif Suisse , dans un récent communiqué (12 septembre). Les deux organisations non gouvernementales y annoncent qu’à "compter du 1er octobre 2017 seront levées les restrictions imposées depuis près de...

VHC, les traitements par AAD efficaces au Sud

breve
0
Les antiviraux à action directe (ADD) ont depuis trois ans révolutionné la prise en charge de l’hépatite C chronique, permettant d’obtenir une guérison chez plus de 90 % des personnes, quel que soit le statut VIH (co-infection ou pas) ou la sévérité de l’atteinte hépatique. Ces médicaments sont très peu accessibles aux personnes infectées par le VHC dans les pays du Sud en raison de leur coût. L...

Portrait de fil

VHC : Antiviraux à action directe

HARVONI et SOVALDI : prise en charge universelle dans l'hépatite C chronique 
le 06 Avril 2017 

Le périmètre de remboursement des antiviraux d'action directe (AAD) hospitaliers HARVONI (lédipasvir, sofosbuvir) et SOVALDI (sofosbuvir) est étendu à tous les patients adultes présentant une hépatite C chronique, y compris les porteurs asymptomatiques ayant un stade de fibrose F0 ou F1 qui ne sont pas à risque de transmission du virus de l'hépatite C (VHC). 

Le taux de prise en charge est de 100 %. 

Cette extension de prise en charge s'applique dans le cadre de l'agrément aux collectivités et de la rétrocession aux patients ambulatoires. 

Pour les populations particulières (échec d'un 1er traitement, insuffisance rénale, cirrhose grave, co-infection avec le VIH, VHB, etc.), la prise en charge de ces AAD nécessite la tenue d'une réunion de concertation pluridisciplinaire lors de l'initiation du traitement. 

HARVONI et SOVALDI sont les deux derniers AAD commercialisés à ce jour à bénéficier officiellement de cette prise en charge universelle. Pour les autres AAD (DAKLINZA, OLYSIO, EXVIERA, VIEKIRAX), l'extension de prise en charge est applicable depuis février et mars 2017. 

En outre, de nouveaux tarifs de prise en charge sont entrés en vigueur le 1er avril 2017 : 
• pour HARVONI, le prix de vente (HT) par UCD (unité commune de dispensation) aux établissements de santé passe de 547,619 euros à 513,009 euros ; 
• pour SOVALDI, le prix de vente (HT) par UCD aux établissements de santé passe de 488,095 euros à 341,667 euros. Autrement dit, pour un traitement de 12 semaines (1 comprimé par jour), le coût total passe de 41 000 euros à 28 700 euros. 

Une prise en charge universelle, quel que soit le stade de fibrose 
Dans le cadre de l'agrément aux collectivités et de la rétrocession, le remboursement des antiviraux d'action directe HARVONI 90 mg/400 mg comprimé pelliculé (lédipasvir, sofosbuvir) et SOVALDI 400 mg comprimé pelliculé (sofosbuvir) est étendu à l'ensemble des patients adultes présentant une hépatite C chronique, quel que soit le stade de fibrose. 

Le périmètre de prise en charge couvre désormais l'indication entière de l'autorisation de mise sur le marché (AMM) de ces AAD, à savoir le traitement de l'hépatite C chronique (HCC) chez les adultes, en association avec d'autres médicaments (Cf. VIDAL Reco "Hépatite C"). 

Cette décision repose sur les recommandations de la Commission de la transparence (Cf. avis du 19 octobre 2016), selon lesquelles le traitement par AAD "peut désormais être proposé à l'ensemble des patients infectés par le VHC, y compris les porteurs asymptomatiques ayant un stade de fibrose F0 ou F1 qui ne sont pas à risque de transmission du VHC". 

La Commission appuyait sa recommandation sur : 
• la qualité des résultats thérapeutiques et la bonne tolérance observée actuellement avec les antiviraux d'action directe, 
• le fait que la majorité des malades graves ont été traités au cours des 3 dernières années, 
• le bénéfice attendu sur la qualité de vie. 

Tous les AAD disponibles sur le marché bénéficient désormais d'une prise en charge universelle 
HARVONI et SOVALDI sont les 2 derniers AAD à bénéficier officiellement de la prise universelle pour le traitement de l'HCC. 
Cette extension de prise en charge a été accordée successivement : 
• aux médicaments EXVIERA (dasabuvir) et VIEKIRAX (ombitasvir, paritaprevir, ritonavir) fin février 2017 (notre article du 28 février 2017) ; 
• aux médicaments OLYSIO (siméprévir) et DAKLINZA (daclatasvir) au mois de mars (notre article du 23 mars 2017). 

Pour le médicament ZEPATIER (elbasvir, grazoprévir) commercialisé en janvier 2017, la prise en charge a été d'emblée applicable à l'ensemble des patients adultes présentant une HCC (génotypes 1 et 4 selon l'AMM). 

Des libellés de prise en charge communs à tous les AAD 
Comme pour les autres AAD, la prise en charge d'HARVONI et SOVALDI dans les populations particulières (Cf. Encadré 1) nécessite que le traitement soit décidé en réunion de concertation pluridisciplinaire (RCP). 

Encadré 1 - Populations particulières pour lesquelles la prise en charge d'OLYSIO et de DAKLINZA est subordonnée à la tenue d'une RCP 

• patients en échec d'un premier traitement par antiviraux d'action directe 
• patients insuffisants rénaux (si le débit de filtration glomérulaire est inférieur à 30 mL/min), hémodialysés chroniques ou transplantés rénaux ; 
• patients ayant une cirrhose grave, compliquée MELD supérieure à 18 ou avec facteurs d'aggravation ou ayant des antécédents de cirrhose grave ; 
• patients en pré ou post-transplantation hépatique ; 
• patients ayant un carcinome hépatocellulaire ou un antécédent de carcinome hépatocellulaire ; 
• patients co-infectés par le VIH, le VHB ou un autre virus à tropisme hépatique ; 
• patients dont l'état de santé ou le traitement peuvent interférer avec la prise en charge de l'hépatite C. 

Modalités de prescription : en pratique 
Le remboursement d'HARVONI et de SOVALDI est intégralement pris en charge par l'Assurance maladie (taux de 100 %). 
Leur prescription est hospitalière et réservée aux spécialistes en gastro-entérologie et hépatologie, en médecine interne ou en infectiologie. 

Des prix en baisse au 1er avril 
Outre l'extension de prise en charge, les prix d'HARVONI et de SOVALDI ont été renégociés à la baisse, ce qui permet de diminuer (considérablement dans le cas de SOVALDI) le coût global de ces traitements. 

Les nouveaux prix de vente (HT) par UCD (unité commune de dispensation) aux établissements de santé applicables à partir du 1er avril 2017 s'élèvent à (Cf. Tableau I) : 
• 513,009 euros au lieu de 547,619 euros pour HARVONI. Autrement dit, pour un traitement par HARVONI de 12 semaines (1 comprimé par jour), le coût HT total passe de 46 000 euros à 43 092 euros. ; 
• 341,667 euros au lieu de 488,095 euros pour SOVALDI. Autrement dit, pour un traitement par SOVALDI de 12 semaines (1 comprimé par jour), le coût HT total passe de 41 000 euros à 28 700 euros. 

http://eurekasante.vidal.fr/actualites/21166-harvoni-et-sovaldi-prise-en...

Mots clés  : antiviraux à action directeVHCAADhépatite C

VHC : l’accès universel aux AAD effectif et cher !

article
Thérapeutique Publié par jfl-seronet
0
Le récent accord entre le gouvernement français et le laboratoire Gilead ouvre enfin la porte à l’accès universel aux nouveaux traitements contre le VHC. Cet accès sans restriction, demandé depuis longtemps par les associations et promis depuis 2015 par le gouvernement, est effectif depuis le 1er...

VHC : un accord sur les prix aurait été trouvé avec Gilead

breve
0
SOS hépatites explique dans un communiqué de presse (31 mars) que les autorités de santé ont trouvé un accord sur le prix des médicaments anti-VHC avec le dernier laboratoire avec lequel des négociations étaient en cours : Gilead. Ce que le ministère de la santé confirme d’ailleurs quelques heures plus tard en, sortant son propre communiqué. SOS hépatites explique que cet accord va "ouvrir de...

Une mutuelle suisse fait un pas vers le VHC

breve
0
En Suisse, la caisse maladie Concordia va rembourser en partie les personnes vivant avec le VHC qui achètent leur traitement anti-VHC en version générique en Inde ou au Bangladesh pour des raisons de prix, indique le site d’infos suisse 24heures.ch. Cette nouvelle possibilité est offerte aux personnes qui ont une assurance complémentaire. Ce remboursement est soumis à une condition : il faut...

Pages

S'abonner à AAD