CV indétectable

Mots clés  : TasPCV indétectable

C'est un soulagement de savoir que je ne suis pas infectieux

La sexualité a toujours eu une place très importante dans ma vie jusqu'à l'arrivée du VIH. Je suis passée par plusieurs stades…

 

Quand j'ai appris ma contamination, j'étais en plein forme et active, une personne dynamique une et j’étais en couple avec une personne plus âgé que moi, nous nous aimions et nous voulions voir tous dans la vie. Abasourdie par cette nouvelle je lui ai dit d'aller se faire dépister, il était séronégatif. J'ai rompu, je ne voulais pas la contaminer ; à l'époque, on ne savait pas si, en dehors des relations sexuelles, il y avait des risques. J'ai été malheureux, elle aussi, mais je ne pouvais plus rien projeter, c'était l'épée de Damoclès, j'avais commencé à planifier un mariage et la mort me faisait peur.

Grâce aux traitements, au suivi médical, aux infos sur la recherche et plaisant aux hommes, j'ai recommencé à avoir des amants de passage, sans rien dire mais toujours avec préservatif, prétextant ne pas supporter les contraceptifs genre pilules, stérilet, etc.

Puis j'ai rencontré un jeune homme charmant qui me plaisait puisque j’étais bisexuel pour être honnête avec vous. Je lui ai dit pour le VIH avant le premier baiser. Il m'a dit : "On se protègera" ou on attend que je deviens indétectable. Pendant un an tout allait bien. Un jour pendant un rapport torride après une soirée bien arrosée, je me suis rendu compte qu'il avait enlevé la capote ; j'ai été terrifié à l’idée que je le passe le VIH. IL a été très informer et il fait confiance à la science alors que j’ai eu des doutes.

Il me réconfort toujours que je ne transmettrai jamais le virus a personne tant que je reste indétectable et que ma charge virale est indétectable. Même si, pour un instant, je peux imaginer que ma vie sexuelle peut être presque normale j’ai eu toujours doute que je ne pouvais plus construire une famille et avoir des enfants.

Avec mon docteur et même ici à travers vos témoignages, je trouve la reconsolidation avec moi-même, je peux être rassurer quelques fois que ma vie sera comme avant et que je vais me marier un jour et avoir des enfants le plus naturellement du monde. Le sexe ne fait pas encore peur mais plutôt les effets de mon traitement, et mon état mentale-psychologique qui swing entre le haut et le bas.

Je suis non contaminant, donc plus une bombe humaine... et ça c'est révolutionnaire pour moi. Cela a réellement changé dans ma tête et mon corps le fait d'être NON CONTAMINANT !

La vie continue malgré tout.

Le sexe fait partie de mon épanouissement, je vis pleinement ma vie. Quand je fais l'amour, je me sens beau, désiré, même si j'ai une voie intérieure qui me répète que je suis séropo, je suis bien malgré mon âge. Le VIH ne m'interdit plus de vivre ma sexualité mais elle me freine parfois.

Je ne sais pas quand est ce que cette tempête va se calmer à l’intérieur de moi. Tous ses questions avec l’espoir de construire finalement une vie comme les autres si je me permets de le dire, d’avoir une famille, des enfants... de voir la vie encore par la même fenêtre qu’avant.

 

0
Aujourd’hui les traitements antiréroviraux permettent d’envisager sa vie avec plus de sérénité : avoir une vie effective et sexuelle épanouie, fonder...
Mots clés  : TasPCV indétectable

Suis-je vraiment indétectable avec une CV indétectable ?

salut

j'ai rencontre kelkun sur les reseaux sociaux, tout se passe bien , c'est l'impression que j'ai , j'ai dit que j'etais malade , que j'avais des problemes cardio respiratoires ce qui est vrai

pour le VIH je peut pas le dire, je n'y arrive pas, de plus , il se peut que cette personne ne sache pas que le VIH existe, elle vit pas en france , je ne sais pas s'il est connu autant qu'ici ds d'autres pays

tjrs est il, mon souci actuel serait de savoir (meme si j'ai des infos) , si vraiment vraiment, une personne VIH CV indetectable est non contaminante , ya t'il des etudes sur le sujet , est ce vraiment reel que l'on ne peut pas contaminer quelqu'un si il y a des rapports sexuels non proteges ?

merci de me confirmer

bonne soiree

Mots clés  : CV indétectableTasP

Charge virale indétectable : non contaminant-e

Comme c'est ici ou ailleurs un débat sans fin, ceux qui disent qu'une personne séropositive sous traitement depuis plus de 6 mois ne contamine pas et les autres qui n'y croient qu'à moitié ou pas du tout, je vous livre un lien d'une émission de télé avec les réponses des Pr Christine Rouzioux, virologue et le Pr Jean-Michel Molina, infectiologue :

http://www.allodocteurs.fr/maladies/maladies-infectieuses-et-tropicales/...

0
Janvier 2008 : publication de l' avis suisse du Professeur Hirschel qui affirme qu'une personne séropositive ne transmet pas le VIH par voie sexuelle...
1 commentaire

[TF1 JT de 20H] S+ en trithérapie = Non contaminant

Bonjour, 

ce 6 mai 2015 sur TF1 au Journal Télévisé de 20 heure, il a été revelé que les S+ (les Séro positifs) soignés par trithérapie n'etaient plus contaminant du tout, devant des millions de téléspectateurs.

Je me demande le choc que cela peut donner aux seropositifs pour qui leur medecins leur ont toujours dit qu'ils resteraient contaminant à vie.

Voici le lien pour revoir en replay ce qu'il a été annoncé (lien clicable) :

http://bit.ly/TF1-6mai2015-JTde20h-depistage

Tout est clairement expliqué à 1 minute 15.

CV indétectable et TPE

Il m'est arrivé le 18 janvier une mésaventure dont je ne me suis encore pas remis - ça ne fait même qu'empirer… Ce soir là il y a eu une rupture de préservatif avec un partenaire d'un soir (relation anale pénétrante pour le partenaire). Pour le rassurer nous sommes allés aussitôt aux urgences de l'hôpital, où il a reçu le traitement de 72 heures, en attendant de voir le médecin qui dirige le service des maladies infectieuses à Laval. J'étais confiant car j'avais peu de temps avant soumis cette situation, comme un "cas d'école", à ce même médecin qui me suit pour mon infection par le VIH, et il m'avait dit que dans cette situation (rupture de préservatif lors d'une relation avec une personne séropositive ayant une CV indetectable, ce qui est mon cas depuis 4 ans), la mise sous TPE n'était pas "au protocole", et le médecin des urgences, sans pouvoir être catégorique puis qu'elle n'était pas spécialiste de la question, jugeait "peu probable" que mon partenaire soit mis sous TPE. Or, 2 jours plus tard, m'enquerrant auprès de mon partenaire, il m'apprend qu'il a été mis sous TPE.

Pour moi, cela signifiait que j'étais toujours contaminant - alors qu'on avait tout fait pour m'assurer que le risque était quasiment "nul" (c'est le mot qui avait été employé), et le fait que j'aie pu contaminer une personne a été pour moi comme une deuxième annonce de séropositivité.

J'ai tenté de parler au médecin qui avait mis mon partenaire sous TPE, pas pour contester sa décision, mais pour savoir ce que cela disait de mon réel potentiel de contamination, et elle a refusé de me parler. 

J'ai très mal vécu cette situation qui me hante, et j'ai fini par demander un rendez-vous avec mon médecin - le chef du service. Alors là, double discours et rétropédalage ! De "nul en ce qui vous concerne", mon potentiel de contamination est devenu "infinitésimal". Il m'a dit que si c'était lui qui avait reçu mon partenaire, il ne l'aurait sans doute pas mis sous TPE mais je l'ai senti mal à l'aise, invoquant "le manque de données concernant les gays", et je suis reparti avec mes interrogations, mes doutes et mes angoisses. 

Je lui ai demandé une recherche approfondie pour connaître mon nombre de copies (dans mon labo le seuil de détection est de 20 copies et j'ai une CV indétectable depuis 4 ans). Mais il m'a dit que le labo ne faisait pas ce type de recherche et que ça ne servait à rien. Evidemment ça ne changerait rien fondamentalement et une analyse n'est qu'une photo à un instant T, mais ça m'aurait quand même rassuré si je n'avais que quelques copies… 

Je l'ai revu en mars dans le cadre du suivi habituel de mon infection, mais je n'ai pas trouvé les mots ni l'occasion de parler de ce que je ressentais.

Depuis, je fais des cauchemars, je me sens à nouveau un "empoisonneur", et je je n'ai plus de relations sexuelles. J'ai même été tenté - réaction puérile je vous l'accorde - d'arrêter mon traitement ARV puisqu'au final ça ne changeait rien - je ne prenais pas mon traitement que pour moi, c'était aussi parce que c'était aussi un moyen de réduire les risques d'exposition dans ce cas de figure par exemple. J'ai bien conscience qu'il y a quelque chose d'irrationnel dans cette représentation que fais de mon état, mais je me sens très seul et désemparé face à cette situation.

Je ne conteste pas la décision d'avoir mis sous TPE mon partenaire, ne serait-ce que pour le rassurer. Mais quid de mon ressenti ? J'ai l'impression d'avoir été traité avec le plus grand mépris et laissé tombé comme une m…

Est-ce que quelqu'un a déjà -vécu ce genre de situation et comment l'a-t-il gérée ? Moi plus ça va et plus j'ai des idées noires… En plus, en tant que militant de AIDES, je me sens en porte-à-faux quand je fais la promotion du TASP.

Mots clés  : CV indétectableTasP

CV indétectable : Épée de damoclès concernant mon petit-ami

. Apres avoir vécu un premier craquage de capote (charge virale indetec. a ce moment mais depuis 1 moi seulement) j'ai eu un coup de stress intense et j'ai été profondemment peiné de voir mon copain prendre un TPE agressif pendant 1 mois (diarrhée and co).

Depuis on s'est toujours bien protegés (et mon indetectabilite s'est prolongée ..) mais il nous arrivait d'avoir des "couacs" comme de petites penetrations non protegées rapides sous l'effet de l'excitation. Pas tout le rapport, jamais. Juste quelques va et viens dirons nous.  C'était "mal" mais dur de résister et de repasser à la capote apres 3 ans de non-protection. Aujourdhui l'idée que jai pu contaminer l'amour de ma vie me hante. "Et si " il y avait eu contamination pendant ces penetrations répétées qui ont eu lieu "avant" les fameux 6 mois d'indetectabilité ?? Je guette chaque signe, dès qu'il a mal a la tete ou un peu de fievre je m'inquiete (mais biensur je ne dis rien, il ne se doute pas...). Forcement ca retenti sur notre vie sexuelle qui est moins active.

Un depistage était prevu mais entre temps les examens .. Je n'ose pas le lui rappeler et l'éventualité d'une infection me terrorise. Est - ce que ca vous paraît "plausible" ?

Mots clés  : CV indétectablePartner

Enfin une lecture claire, honnête et complète de l'étude Partner !

Cela faisait un moment que cette question me turlupinait compte tenu des échanges sur le site à ce sujet, voilà enfin des éléments de réponse :

http://www.catie.ca/fr/nouvellescatie/2014-04-10/etude-fournit-nouvelles...

On y apprend notamment que pour une projection sur 10 ans (au sein d'une relation stable donc) le risque (maximal) de transmission n'est pas si négligeable (entre 11 et 18 % selon les pratiques sexuelles) et pourtant ce ne sont pas des lapins ("les couples admissibles faisaient état de 45 relations sexuelles sans condom par année en moyenne").

Finalement que du bon sens : il y a une chance sur 13 ou 14 millions de gagner au loto et pourtant il y a des gagnants tous les mois voire toutes les semaines.

Ce que j'en retiens est une bonne nouvelle au niveau collectif (si tous les séropo sont traités, l'épidémie sera certainement enrayée à moyen terme) à relativiser au niveau individuel (je ne me vois pas jouer à la roulette russe avec la santé de mes partenaires donc pour moi c'est capote sauf si ma partenaire est au courant et a pris conscience du risque même s'il est faible)

Bonne lecture, notamment aux fanatiques du raccourci "séropo avec cv indétectable = non contaminant".

0
La conférence internationale sur le sida de Melbourne s’est ouverte avec un appel de la société civile aux leaders politiques afin qu’ils se donnent...
1 commentaire