Un compagnon de longue date

Bithérapie DTG + 3tc en allègement thérapeutique

Bonjour,

Cela fait 6 mois que je suis en 3/7 bitherapie DTG + 3tc.

J’ai d’ailleur commencer mon traitement en Bi d’attaque. Quelqu’un applique le meme traitement? Quelqu’un a déjà tenté un 2/7 ou voir moins ?

Effet secondaire?

J’aimerais prendre du poids et du muscle. Quelqu’un a i il deja eu des problèmes a prendre de la masse avec DTG en allègemenT. Merci pour transmettre vos experiences.

 

Mots clés  : TriumeqInsulinediabètique

Triumeq et Diabète

Bonjour,

 

Je suis sous Triumeq depuis le 28/11/2018 et je suis surpris des effets secondaires de ce médicament. Je suis Insulino-dépendant depuis 2001 avec 3 injections de Humalog Mix par jour. Depuis le début je prenais sois bi-thérapie, soit mono-thérapie et donc je viens de changer.

Je m'étonne des nombreux effets secondaires de ce médicament, qui m'a certe fait perdre du poids mais aussi donné beaucoup d'effets indésirables tels que :

- Augmentation notable de mes glycémies à jeun ou non, dépassant l'entendement (si encore j'avais fait une orgie gastronomique...)

- Hémoglobine Glycquée passée de 6.7 à 10 %

- Douleurs musculaires importantes

- Fatiques intenses (liées sans doute au médicament et à la hausse de la glycémie)

- Insomnies (favorisant les grosses envies de dormir dans la journée)

- Nausées...

 

Est-ce que quelqu'un a eu ce genre d'effets secondaires et cela s'est-il estompé avec le temps ? Car je ne peux indéfiniment me faire des injections "énormes" d'insuline !

 

En vous remerciant et en vous souhaitant ainsi qu'à ceux que vous aimez, une Très Bonne Année 2019 !

Mots clés  : annonce séropositivité

Annoncer sa séropositivité ?

Bonjour à tous. 

Voilà maintenant seulement 24h que j'ai appris ma séropositivité.. Et voilà donc 24h que je traine sur internet à la recherche de conseils et de personnes avec qui échanger. Sida info service, aides, seronet, etc... J'ai decouvert tout plein de sites d'information et de dialogue.  Je n'ai pas encore vu l'infectiologue, juste mon médecin traitant et je suis finalement assez préssé de la voir pour qu'elle m'éclaircisse pas mal de chose. 

Bref, ma problématique du jour est : comment le dire à mon copain. Actuellement nous sommes tous les deux chez nos parents pour les fêtes de Noel mais d'ici ce weekend on va se retrouver et je vais devoir lui annoncer. Je ne sais pas comment dire ça, j'ai peur de sa réaction et je ne sais pas du tout comment répondre à ses eventuelles questions ou inquiétudes. 

L'annonce aux parents... n'en parlons même pas !

 

Comment avez-vous fait ? Comment ça s'est pssé pour vous ? Avez vous des conseils à me donner ?

VIH et envie suicidaire : on en parle??

Salut tout le monde

je suis comme la plupart d'entre vous ici : sero+, sous traitement et tout va bien...

sauf que...

vous n'avez jamais eu (même quelques instants..) des idées noires...? avec des "pics" qui s'apparentent à de terribles envies suicidaires?

Ne portez pas de jugement sur ce post, ni de commentaires bisounours par pitié. Soyons honnêtes et échangeons.

merci de vos retours.

 

Mots clés  : recherche

Des chercheurs ont réussi à détruire des cellules infectées par le VIH

Cette avancée scientifique, présentée jeudi, pourrait être un premier pas vers une rémission possible du sida. 

Des chercheurs de l'Institut Pasteur annoncent jeudi 20 décembre avoir réussi à détruire des cellules infectées par le VIH. Leurs travaux, publiés dans la revue scientifique Cell Metabolism, ne représentent pas à ce jour une perspective de traitement, mais un espoir vers une guérison des malades du sida. 

Aujourd'hui, le traitement du sida se fait grâce aux antirétroviraux, découverts dans les années 1990 et utilisés pour bloquer l'infection, mais ils n'éliminent pas le VIH de l'organisme. Les malades doivent prendre leur traitement à vie car ces médicaments ne permettent pas de détruire les réservoirs du virus, logés dans les cellules immunitaires, les lymphocytes T CD4. 

Empêcher l'infection des cellules 

Les chercheurs ont remarqué que le virus n'infectait pas tous ces lymphocytes T CD4 et, jusqu'ici, ils ne comprenaient pas pourquoi. Dans cette étude, ils sont parvenus à identifier les caractéristiques des lymphocytes T CD4 qui se font préférentiellement infecter par le virus, et dont l'activité métabolique permet au virus de se propager. 

Ces cellules ont la particularité de consommer davantage de glucose pour produire de l'énergie. Les expériences ont montré que plus l'activité métabolique de la cellule est forte, plus sa consommation en glucose est élevée, et plus elle est susceptible d'être infectée par le VIH. D'où l'idée des scientifiques de bloquer l'activité de ces lymphocytes, ceux qui se font préférentiellement infecter par le virus. Quand leur activité est bloquée, ces cellules résistent à l'infection et, à terme, cela permet d'éliminer le VIH. En laboratoire, les lymphocytes sont parvenus à bloquer l'infection grâce à des inhibiteurs d'activité métabolique, déjà explorés en cancérologie. 

"Ces travaux représentent un pas important vers la considération d’une rémission possible grâce à l’élimination des cellules réservoirs." 
Communiqué de l'Institut Pasteur 
à franceinfo 

"C'est une première étape intéressante mais nous ne sommes pas au stade où ça peut être applicable à l'homme dans un futur proche. Il faut poursuivre les recherches et cette publication est un espoir supplémentaire" vers une guérison du sida, a réagi sur franceinfo le spécialiste des maladies infectieuses et professeur à l'hôpital Saint-Louis à Paris, Jean-Michel Molina. Ces travaux "sont extrêmement importants car ils apportent des informations tout à fait intéressantes sur les cellules réservoirs du virus qui, chez les personnes sous tri-thérapie, persistent malgré le traitement, et qui obligent les personnes à prendre le traitement toute leur vie." 

La marche vers la guérison encore "très haute" 

Pour autant, souligne le Pr Jean-Pierre Molina, la marche reste "très haute" avant une possible guérison du VIH. "On n'en est pas là encore aujourd'hui. C'est une première étape importante qui ouvre la voie à des progrès futurs mais on est loin d'une application à l'homme, même si on a une piste tout à fait intéressante." Les limites, selon Jean-Pierre Molina, tiennent notamment au fait que les travaux ont été "menés en laboratoire sur des cellules qui sont infectées de façon artificielle par le virus, même si les résultats ont été également observés sur des cellules de patients manipulés en laboratoire." "Ça laisse entrevoir des pistes intéressantes", assure-t-il, "mais il va falloir confirmer, en laboratoire puis chez l'homme". 

https://www.francetvinfo.fr/sante/malad ... 09827.html

Mots clés  : Juluca

Juluca : switch, partagez votre expérience

Bonjour à toutes et à tous.

 

Je viens de passer sous JULUCA (Dolutégravir + Rilpivirine) depuis le 7 décembre, après 21 ans de TAR, et 14 combinaisons d'ARV.

Cela faisait longtemps que je n'attendais plus rien de positif en terme de qualité de vie, mon ancien infectiologue m'ayant clairement fait comprendre que j'avais mangé mon "pain blanc".

Mon nouvel infectiologue, depuis septembre dernier, a estimé que mon traitement à base d'INTELENCE, REYATAZ, CELSENTRI était beaucoup trop lourd, mon corps n'en pouvait plus, effectivement, et d'une efficacité moyenne sur mon immunité, insuffisante à ses yeux.

Il m'a donc proposé de passer sous JULUCA, m'indiquant que ce traitement, serait beaucoup plus léger, plus efficace, et que ça allait changer ma vie, dans un espace temps raisonnable de 6 mois suivant le début de ce nouveau TAR.

J'en suis donc, tout au début.

Passage direct, sans pause thérapeutique pour évacuer l'ancien TAR au JULUCA. (lire mon profil pour mieux comprendre les pourquoi du comment).

 

Etat général avant la première prise: dégradé, depuis un an, grosse perte de poids et d'appétit, perte musculaire en masse et en forces, CD4 stables aux alentours des 400, CV infime, mais détectable toute l'année, dans une fourchette allant de 41 à 69 copies.

Première prise, 7 décembre 2018

Choix d'horaire de prise: le matin

Dès la première nuit, moi qui étais hypersomniaque, je n'ai pu dormir que 4 heures, et encore d'un mauvais sommeil, perturbé par des rêves sans queue ni tête. 

Ça m'a rappelé l'Isentress pris pendant l'année 2009, que j'avais surnommé l'IsenSTRESS...

3ème jour de prise, dimanche 9 décembre

Le soir, à 23 heures, je me sens complètement surexcité, survolté, complètement perché, bref, pas du tout moi même, au point que ça me fait peur.

Dès le lendemain, j'envoie un SMS d'urgence à mon psychiatre pour lui demander de "m'encorder" et de convenir d'un protocole de surveillance psy, à savoir, au moins un SMS d'information par jour, lui relatant ce que je vis et constate, de positif comme de négatif.

Plusieurs jours se passent dans une détresse, une inquiétude, quant au fait que ces effets secondaires pourraient s'installer sur le long terme, et ma (déjà) piètre qualité de vie, devenir insupportable.

A la réflexion, je me dis que je peux décaler cette prise du matin progressivement, jour après jour vers le soir, pour éviter d'être complètement perché le soir et mieux dormir.

Aussitôt dit, aussitôt fait, en 4 jours. 

Je le prend maintenant le soir vers 20h00.

Mes nuits sont plus longues (je dors entre 23h00 et 05h30), toujours avec des rêves, mais moins "fatigants".

Par contre, depuis que je le prend le soir, je transpire la nuit comme une grosse vache, et mes draps et oreillers sont trempés au réveil, sueur très nauséabonde qui plus est, pas le top confort.

J'en ai déduit que je devais trop manger le soir (suis sous régime hyper calorique et hyper protéiné, avec complément Renutryl booster).

Donc hier, je n'ai pris qu'un Renutryl le matin, et essayé de manger aussi "normalement" que possible, ce qui est encore un combat pour moi.

Ce matin, je me suis réveillé dans des draps secs.

Je suis certes toujours très fatigué, mais j'ai l'impression que mon corps s'habitue à ce changement de traitement vécu très violemment les premiers jours.

C'est l'objectif que je compte poursuivre: accompagner mon corps dans cette démarche, jusqu'à ce qu'il soit habitué, j'espère rapidement, à cette nouvelle chimie pour lui.

Le changement a été violent, l'ancien TAR fêtant son pot de départ, en même temps que le nouveau fêtait son arrivée.

Voilà où j'en suis, aujourd'hui 19 décembre, fatigué, pas très frais, mais content quand même de l'évolution, et ne baissant pas les bras, même si ce n'est pas passé loin, et vraiment secouant.

Je ne me sens plus de combattre indéfiniment, dans des souffrances tant physiques que psychiques, mais pour l'instant, je m'accorche encore.

 

Et vous? 

D'autres témoignages?

Si vous le vivez bien, faites le savoir, ça aidera d'autres, pour qui c'est moins facile, à tenir la rampe, partagez vos trucs et astuces si vous en avez.

Merci

Stef

 

 

 

Mots clés  : bilan annuel santé

Bilan annuel : comment ça se passe pour vous ?

hello,

je vous ecrit de l’hopital pour mon premier Bilan annuel de synthese...
comment ca se passe pour vous.

Car moi on me fait venir a 7h30, je devais faire une échographie a dominale... on m’a mis dans une cabine, mais jusqu’à 9h45 le doc ne s’est pas pointé...
ajeun l’infirmi En a profité pour me faire les prises de sang.
puis on m’a emmené avec un camion au service cardiologie, ça faisait tres déportation tout ca pour faire 200metres, je me suis sacrement senti assisté, enfin ca l’a fait un peu bizarre, j’aur Préfère utiliser mes jambes.
en plus niveau discretion confidentialite, j’etais avec une autre personne, j’avous que cela m’a gêné...
je suis donc revenu a pieds au service des maladies infectieuse, j’en ai profité pour refaire mes etiquettes pharmacie...

de retour en infectiologie, les infirmieres comme d’habitude adorable m’ont servi un petit dej Et depuis j’attend dabs mon box, toujours pas de nouvelle du doc qui devait me faire l’echo abdominale Et la consultation dethieticienne est reportée a cet aprem car elle est absente...

j’avais demande a consulte un dermato pour des grains de beauté a verifier, je ne sais pas si c’est prevu Du coup...

et vous c’est comment vos bilans annuel ??

 

Mots clés  : CCR5

Injection anticorps CCR5 : "produit accéléré " pour la FDA

https://globenewswire.com/news-release/2018/11/13/1650233/0/en/CytoDyn-s...

Traduction:

 Protocole pivot pour l'essai de monothérapie PRO 140 devant être déposé auprès de la FDA en 2018

Des injections sous-cutanées simples une fois par semaine remplacent la multithérapie pour certains patients infectés par le VIH

Les résultats de la monothérapie Phase 140 PRO 140 HIV comprennent:

Près de 1 an de suppression de la charge virale avec PRO 140 dose de 350 mg sans multithérapie: 40 patients Environ 1 an de suppression de la charge virale avec PRO 140 dose de 525 mg sans multithérapie: 21 patientsLa majorité des poussées de charge virale dues à des événements (à savoir, la grippe) ont provoqué une augmentation Taux de répondeur avec une dose de 350 mg à environ 44% Taux de répondant avec une dose de 525 mg à environ 71% Taux de répondant avec une dose de 700 mg à environ 92%

VANCOUVER, Washington, le 13 nov. 2018 (GLOBE NEWSWIRE) - CytoDyn Inc. (OTC.QB: CYDY), société de biotechnologie développant un nouvel anticorps monoclonal humanisé CCR5 destiné à de multiples indications thérapeutiques, fait le point sur le PRO 140 (leronlimab) comme agent unique pour le maintien de la suppression de la charge virale du VIH (ARN du VIH-1 <40 copies / mL). À ce jour, environ 92% (ou 24 patients sur 26) nouvellement recrutés et ayant reçu PRO 140 700 mg dans le cadre de l'essai de monothérapie de phase 3 portant sur CD03 et traité pendant une période allant jusqu'à 12 semaines ont obtenu une suppression de la charge virale. Les patients inclus dans l'essai de phase 3 en monothérapie ont été présélectionnés pour l'infection par le VIH-1 CCR5-tropique.

«Notre analyse des données indique que les patients traités avec la dose de PRO 140 à 700 mg qui ont atteint leur charge virale supprimée au bout de six semaines risquent fort de continuer à maintenir cette charge», a déclaré Nader Pourhassan, Ph.D., président de CytoDyn et PDG. «Compte tenu de ces données prometteuses (taux de réponse de 92%), nous prévoyons de soumettre un protocole d’essai central en monothérapie pour le PRO 140 en tant que traitement d’entretien à agent unique avant la fin de 2018, dans l’intention de déposer une demande d’agrandissement de l’étiquette en fonction du premier traitement d'association. approbation », a expliqué Pourhassan.

«Il est d’une importance capitale dans l’essai de phase 3 en monothérapie que tous les non-répondeurs au PRO 140 aient réussi à supprimer la charge virale du VIH lorsqu’ils sont revenus à leurs schémas antithérapeutiques antérieurs au PRO 140 en monothérapie», a déclaré Jacob Lalezari, MD, directeur de Quest Clinical Research, et l'investigateur principal de l'essai de monothérapie d'investigation de phase 2 et de phase 3 PRO 140 de CytoDyn. "Il s'agit d'une réalisation majeure, car les patients continuent de disposer d'options pour maintenir la suppression de la charge virale du VIH."

«Il semble que la plupart des évacuations de charge virale chez les patients du groupe recevant la dose de 700 mg soient dues à un événement tel que la grippe ou la vaccination qui a entraîné une augmentation du nombre de lymphocytes T. Avec des cellules T supplémentaires, de nombreux co-récepteurs CCR5 supplémentaires doivent être couverts par le PRO 140 pour maintenir la charge virale du VIH supprimée. Parmi les patients inclus jusqu’à présent dans le groupe recevant la dose de 700 mg, on n’a noté que deux évitements de la charge virale, un patient a été vacciné et le second est toujours à l’étude », a ajouté le Dr Lalezari.

CytoDyn reste sur le point d'achever le dépôt d'une demande de licence de produits biologiques (BLA) pour le PRO 140 en tant que traitement d'association pour les patients VIH atteints de FDA d'ici le premier trimestre de 2019. D'après un rapport de recherche commandé par BioVid Corporation, la Société estime que le potentiel du marché américain pour le PRO 140 en tant que traitement combiné contre le VIH est d'environ 1,2 milliard de dollars par an. En outre, le rapport BioVid estime que 40% du potentiel de marché du PRO 140 en tant que traitement d'association pourrait être réalisé au cours de la première année de commercialisation, ce qui pourrait représenter un chiffre d'affaires de 480 millions de dollars.

À propos de PRO 140
Le PRO 140 est un anticorps monoclonal humanisé pour les IgG4 qui bloque CCR5, un récepteur cellulaire qui joue plusieurs rôles et qui a des implications sur l’infection par le VIH, les métastases tumorales et la signalisation immunitaire.

Dans le contexte du VIH / SIDA, PRO 140 appartient à une nouvelle classe de médicaments appelés inhibiteurs de l’entrée virale; il masque CCR5, protégeant ainsi les cellules T saines de l'infection virale en empêchant le sous-type prédominant de VIH (R5) d'entrer dans ces cellules. En même temps, PRO 140 ne semble pas interférer avec le fonctionnement normal du CCR5 dans la médiation des réponses immunitaires. Le PRO 140 a fait l'objet de sept essais cliniques, chacun démontrant son efficacité en réduisant ou en contrôlant de manière significative la charge virale en VIH chez des sujets humains testés. Le PRO 140 a été désigné «produit accéléré» par la FDA. L'anticorps PRO 140 semble être un puissant agent antiviral, entraînant potentiellement moins d'effets secondaires et moins de doses requises par rapport aux traitements médicamenteux quotidiens actuellement utilisés.

Dans le contexte du cancer, les recherches ont montré que le CCR5 joue un rôle central dans l'invasion de la tumeur et les métastases et que l'augmentation de l'expression de CCR5 est un indicateur du statut de la maladie dans plusieurs cancers. De plus, des chercheurs ont montré que les médicaments qui bloquent CCR5 peuvent bloquer les métastases tumorales dans les modèles de laboratoire et animaux de cancer agressif du sein et de la prostate. CytoDyn mène actuellement des recherches supplémentaires sur le PRO 140 dans le traitement du cancer et envisage de lancer des essais cliniques de phase 2 sur l'homme, le cas échéant.

 

Injections de Newfill pour le visage

Salut tout le monde,

j'ai 35 ans, je suis séro+

sous traitement depuis 2010 

j'étais un beau garçon, mais je suis devenu très creux au niveau du visage (cernes, paumettes)  j'ai l'air fatigué 365 jours/an alors que je suis en forme.

Les gens me renvoient (malgré eux) ma maldie en pleine tête en me disant : "mais tu as l'air fatigué". "Tu t'es creusé". "Où sont passé tes joues?"...etc

mon médecin ayant bien entendu mon complexe m'invite à faire faire des injections de Newfill pour le visage.

Parmi vous , qui a eu recours à ce truc? c'est un peu flippant... les résultats sont-ils probants??

 

j'espère vraiment vous lire car j'ai rdv bientôt

merci